Espagne – Pologne (1-1) : Lewandowski frustre la Roja

En clôture de ce dimanche plein de choc après le match de l’équipe de France et le choc entre l’Allemagne et le Portugal, un match très important venait prendre place à Séville entre deux nations qui devaient absolument gagner pour survivre dans la compétition.

Peu de changements dans les équipes.

Du coté Polonais on ne change rien à l’équipe qui a perdu contre la Slovaquie lors du premier match, avec comme menace la présence de Robert Lewandowski, l’homme aux 41 buts en Bundesliga cette saison.
Luis Enrique a lui renouvelé sa confiance en Alvaro Morata, critiqué depuis le premier match et ses occasions ratées. Un changement tout de même, Gerard Moreno auteur d’une belle rentrée contre la Suède, prend la place de Ferran Torres en attaque.

Morata débloque le match

Et c’est la Pologne qui rentre le mieux dans ce match, avec tout d’abord une situation litigieuse aux abords de la surface de Unai Simon (2′), et une grosse frappe du milieu de Leeds Mateusz Klich qui passe de peu au-dessus du but espagnol (6′). La Roja met ensuite le pied sur le ballon et développe son jeu de possession sans trop inquiéter l’arrière-garde polonaise. Le temps passe sans pouvoir se mettre quelque chose sous la dent jusqu’à la 25ème minute et cette frappe écrasée de Gerard Moreno que Morata prolonge dans le but, en se faufilant devant Glik. Un but contesté car malgré l’intervention de la VAR qui a accordé le but, le doute subsiste au vu des images de télévision.

A partir de là le match s’emballe, et les occasions s’enchainent pour les deux équipes. Le coup-franc de Moreno passe juste à coté du poteau (34′), Swiderski est lui tout proche de marquer à la réception d’un centre de Robert Lewandowski (35′), avant de voir sa frappe s’écraser sur le poteau espagnol, ballon qui reviendra dans les pieds de Lewandowski qui frappe. Unai Simon parvient toutefois à détourner ce ballon, qui semblait se diriger vers lui (43′). Enfin juste avant la mi-temps, un bon mouvement collectif espagnol voit Alba passer le ballon à Gerard Moreno, qui voit sa frappe échouer dans le petit filet extérieur.

On a donc assisté à une bonne mi-temps, qui a attendu le but de Morata pour s’emballer et nous offrir un spectacle digne des joueurs sur le terrain.

Une deuxième mi-temps rythmée

Les deux équipes reviennent des vestiaires avec les mêmes intentions, et Lewandowski ne met pas longtemps avant de faire craquer la défense espagnole. A la réception d’un centre de Kamil Jozwiak, Robert Lewandowski prend le dessus dans le duel aérien sur Aymeric Laporte pour placer sa tête à la gauche de Unai Simon. 1-1.
La réaction des espagnols ne se fait pas attendre, se portent à l’attaquent et se voit accorder un pénalty pour une grosse semelle de Moder sur Moreno. Le buteur de Villareal veut se faire justice lui-même, mais envoie son ballon sur le poteau droit de Szczesny. Le ballon revient sur Morata, mais ne peut cadrer sa reprise.

La joie de Lewandowski

Malgré l’ascenseur émotionnel la Roja ne faiblit pas et Luis Enrique fait rentrer Torres à la place de Olmo, encore une fois décevant ce soir, pour apporter plus de vitesse, de dribbles dans les 30 derniers mètres polonais. L’Espagne continue de pousser et Morata voit sa frappe repoussée par Szczesny (63′). Ce même gardien qui se troue complètement dans sa sortie sur un corner espagnol, heureusement pour lui sans conséquences. Malgré les entrées de Sarabia et Fabian, les problèmes identifiés durant le premier match restent les mêmes: manque de talent offensif, manque de verticalité dans le jeu. On se retrouve donc avec une Pologne bien organisée en défense avec cette ligne de 5, face à des attaquants sans idées, sans inspiration.

Les Espagnols manquent aussi de nombreuses occasions de prendre l’avantage, mais Szczesny est vigilant, comme sur la frappe de Rodri, bien captée, ou prompt à sortir dans les pieds de Morata (84′).

Szczesny plus rapide que Morata sur ce coup

La fin de match continue sur un bon rythme, les polonais étant encore plus appliqués en défense et dans les duels. Les espagnols ne trouvent pas la faille. Cette Roja ne semble pas disposer d’assez de talent en attaque pour faire des différences au plus haut niveau. Sur les deux matchs contre la Suède et ce soir contre la Pologne, cette équipe censée faire partie des favorites ne se créé pas assez d’occasions pour espère quoi que ce soit. La différence avec des équipes comme l’Italie ou les Pays-Bas qui développent un jeu offensif est flagrante. Enfin, passer d’un Allemagne – Portugal flamboyant à ça, il fallait bien se ouiller la nuque.

Le match se termine avec une domination stérile, et la Pologne arrache un point de cet affrontement. Ils gardent donc toutes leurs chances de se qualifier en vue de leur match contre la Suède. La Roja quant à elle se retrouve dans une situation très compliquée, avec seulement deux points en deux matchs.
Les choix de Luis Enrique ne manqueront pas d’être examinés et critiqués, surtout en ce qui concerne le choix de ses joueurs.

Titulariser le jeune Pedri qui découvre encore le haut niveau peut interroger, et le choix de faire jouer Marcos Llorente au poste de latéral droit n’est pas logique puisque le jeune espagnol a réalisé une excellente saison au poste de milieu offensif. Enfin, on ne peut pas s’empêcher de penser à des joueurs laissés de coté par le sélectionneur, comme Iago Aspas qui a réalisé une bonne saison du coté de Vigo et qui aurait pu peser offensivement.

Avec le point du match nul la Pologne se retrouve 4ème et l’Espagne 3ème, les deux nations joueront donc leur qualification en 1/8ème de finale lors de la dernière journée contre respectivement la Suède et la Slovaquie.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.