Les Tops et Flops de France – Portugal : Un match nul dans tout les sens du terme.

Dans ce dernier match plein d’enjeu, les deux nations se retrouvaient pour une revanche de la finale de l’Euro 2016 perdue par les hommes de Didier Deschamps. Des enjeux de classement, de qualifications, tout était réuni pour assister à un beau match.

Le match

Si des buts il y a eu, on ne peut pas dire que le spectacle proposé était à la hauteur d’un affrontement entre le Champion d’Europe en titre et le Champion du Monde en titre. 1 seul but dans le jeu, 3 penaltys et très peu de grosses occasions, le match s’est surtout concentré au milieu de terrain jusqu’à totalement se finir à 15 minutes du terme, lorsque les deux équipes se contentaient de faire tourner le ballon, totalement satisfaites de ce match nul.

Cristiano Ronaldo avait lancé son équipe suite au penalty bêtement concédé par Hugo Lloris, Benzema lui a répondu au bout du temps additionnel à la suite d’un autre penalty. 1-1 balle au centre. Une première mi-temps d’un niveau exécrable coté français. Kounde et Tolisso perdus sur le coté droit, Mbappe et Benzema invisibles, une doublette au milieu qui multiplie les erreurs, c’est dur à regarder et on en est presque heureux d’arriver à la mi-temps.

On se dit que DD doit changer quelque chose, et il le fait en faisant rentrer… Lucas Digne. Un changement de courte durée puisque le latéral d’Everton demandera le changement quelques minutes après, pour un souci musculaire. La seconde période démarre sur les chapeau de roues puisqu’à la 47ème, Pogba lance Benzema dans la profondeur qui ajuste Rui Patricio pour donner l’avantage aux bleus. Le match se détend un peu jusqu’à la 59ème minute et l’obtention d’un nouveau pénalty pour le Portugal. Cristiano Ronaldo centre un ballon qui se dirigeait vers Thomas Pesquet dans l’ISS, mais Kounde dévie le ballon de la main. Ronaldo s’en charge et le transforme.

Les bleus reprennent le contrôle du ballon et le Portugal recule, satisfait du match nul qui les assure une qualification au tour suivant. La domination s’intensifie jusqu’à cette frappe magnifique de Pogba aux 25 mètres détournée par le portier portugais sur sa barre. Rui Patricio nous a surement privé là d’un des plus beaux but de la compétition. Le match se finit sur un faux rythme, les deux équipes se contentant de faire tourner l’horloge histoire de ne rien risquer. Ni blessure, ni élimination. Un spectacle bien long, et triste pour ces deux nations normalement ambitieuses.

Score final 2-2, tout le monde est content et qualifié. Passons à autre chose, le 1/8ème de finale contre la Suisse lundi à 21h.

Les Tops

Griezmann : le patron.

Si il a baissé le pied comme tout ses coéquipiers vers la fin du match, Antoine Griezmann a fait preuve de beaucoup de générosité dans les efforts, notamment dans les retours défensifs en première mi-temps, ou dans le pressing lors du second acte. Replacé en meneur de jeu, il a semble beaucoup plus à l’aise dans ce dispositif. Le chef d’orchestre, le patron, c’est bien Antoine.

Karim Benzema : premiers buts.

Comment ne pas mettre Benzema dans les tops? Avec ses deux buts, il est en apparence le grand artisan de la victoire française. Mais attention, si on se penche en détail sur sa prestation, Karim a été quasi invisible en première mi-temps, attendant en marchant les ballons. Un peu plus actif en seconde, il ne fait tout de même pas preuve d’assez d’investissement dans le jeu de son équipe. En atteste sa petite marche du dimanche quand Griezmann courait de défenseur en défenseur pour effectuer le pressing. 2 buts qui sauve une prestation moyenne, l’arbre qui cache la forêt.

Renato Sanches : Roi du Milieu.

Titularisé au milieu de terrain aux cotés de Moutinho et Danilo, le milieu du LOSC a été impressionnant par son activité et sa justesse dans le jeu. Il a régné en maître sur le milieu du terrain et a complètement éteint N’Golo Kanté. Match plein pour Renato.

ça a été dur pour les milieux français contre Renato.

Les Flops

Hugo Lloris : Kung-fu fighting.

La gardien de l’équipe de France a fait encore une fois preuve de ses lacunes. S’il reste un excellent gardien sur sa ligne, le portier de Tottenham a tout de même du mal sur le jeu au pied et lors des sorties aériennes. Il concède ce penalty en mettant KO Danilo (Lopes en serait jaloux), une énorme erreur pour lui. Jamais Lloris ne doit sortir aussi loin de sa ligne sur un coup franc aussi lointain. Et comme il n’a pas arrêté de penalty depuis 9 ans (!!!!), Ronaldo ne s’est pas fait prier.

Le coté droit Kounde – Tolisso.

Après le match raté de Pavard face aux Hongrois, DD a lancé le jeune Kounde sur le terrain. Si le défenseur central a réalisé une excellente saison à Seville, le lancer pour sa première titularisation dans un match aussi important à un poste différent du sien n’était pas un cadeau. Jules semblait totalement découvrir ce rôle, en étant ni solide défensivement ni tranchant offensivement.
De son coté, on voulait faire passer Tolisso pour un Matuidi bis, on s’est vite rendu compte que ce n’était pas le cas. Auteur d’un match catastrophique, se trouvant partout sauf sur l’aile droite, Tolisso a laissé parler son QI football durant ce match, et il a pas dit grand chose. Allier le mauvais placement avec les imprécisions techniques, il fallait le faire.

Kylian Mbappe : endormi.

La presse française glorifiait notre trio d’attaque composé de Benzema, Griezmann et Mbappe. Si le premier malgré des matchs moyens a débloqué son compteur et que le premier a sorti des gros matchs assortis d’un but contre la Hongrie, on attend toujours l’entrée du petit Mbappe dans la compétition. Ce soir encore il n’a fait aucune différence, très discret et gâchant même un amour de passe de Pogba en première mi-temps. Peu d’efforts défensif, une discrétion dans la construction du jeu offensif, il va falloir se réveiller pour aller au bout, surtout en voyant la partie de tableau de la France.

L’arbitrage flou.

Le petit flop pour l’arbitrage concerne deux décisions particulières, concernant des penaltys. Sur l’action du penalty sifflé en faveur des français, le contact parait tout à fait licite, comme il y en a des dizaines durant les 90 minutes. Mais même après vérification vidéo, il est accordé. Très bien pour nous, mais objectivement…..
Au contraire, lors de la dernière action du match, Coman se fait littéralement marché sur le talon d’Achille par Bruno Fernandes. Rien cependant, surement le privilège de jouer pour Manchester United qui s’exporte à l’International. Un arbitrage à deux vitesses donc, si on ajoute les décision litigieuses des deux premiers matchs, cela commence à s’accumuler contre les français.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :