Belgique – Portugal : 1-0, le hold-up parfait des belges !

Les huitièmes de finale de cet Euro 2020 nous réservaient un gros choc entre le Portugal, tenant du titre de la compétition et la Belgique, une des équipes favorites à la victoire finale et aussi accessoirement n°1 mondiale au classement FIFA (accessoirement parce qu’on connait la crédibilité de ce classement). Deux équipes débordantes de talent qui se faisaient face dans la fournaise de Séville. Retour sur un match… surprenant.

La Belgique en mode France 2018.

Les coéquipiers du capitaine Eden Hazard se sont donc qualifiés au bout de ces 90 minutes qui ne ressemblent pas à la physionomie du match à laquelle on pouvait s’attendre. Les belges nous ont sorti un match ressemblant à cette équipe de France du Mondial 2018 qu’ils critiquaient tant. Une performance basée sur la solidité défensive en profitant des contre-attaques pour faire parler la capacité de projection vers l’avant des frères Hazard autour de la tour de contrôle qu’est Romelu Lukaku. Bien loin du jeu flamboyant auquel les Belges nous avaient habitués lors de la phase de groupe.

Roberto Martinez avait reconduit son 3-4-3 avec Thorgan Hazard et Thomas Meunier en pistons pour passer à 5 défenseurs lorsque le Portugal avait le ballon. Une tactique payante puisque l’apport des latéraux offensifs tels que Guerreiro a été limité, et ce contrôle des côtés a forcé les portugais à s’engouffrer dans l’axe du terrain, où les trois défenseurs centraux les attendaient.

Les belges subissent, jouent avec un bloc bas mais tiennent durant cette première mi-temps, jusqu’à prendre l’avantage contre le cours du jeu grâce à une très belle frappe de Thorgan Hazard à la 42′ avec au départ un excellent travail dos au but de Lukaku qui résiste à Pepe pour faire monter le bloc belge. Le coup est parfait pour les belges et rejoignent les vestiaires avec ce court avantage.

Les deux frères célèbrent le but libérateur (Compte Twitter de l’Euro 2020)

Le seconde période ressemble à la première, avec ces belges qui font preuve de beaucoup de solidarité et de courage pour défendre ce court avantage, et ce malgré les sorties sur blessures de KDB (48′) et d’Eden Hazard (87′). Cette soirée pour les hommes de Roberto Martinez est une de ces soirées où tout vous réussit, preuve en est les belles parades de Courtois. Tout d’abord en repoussant un puissant coup-franc de Ronaldo (25′), en étant bien placé sur un te tête de Ruben Dias (82′) ou encore en s’interposant face à André Silva dans les ultimes minutes du match (88′). Et lorsque Courtois était battu, c’est le poteau gauche qui vient sauver la nation belge sur le tir de Guerreiro (83′).

La Belgique aurait pu faire le break sur les quelques contre-attaques qu’ils ont eu à jouer, mais Carrasco ou Lukaku ont manqué de justesse dans l’avant-dernière passe. Sans conséquence, Lukaku et ses hommes se qualifient pour le tour suivant où une autre nation favorite se dressera sur leur route, l’Italie.

Sanches omniprésent, Portugal bloqué.

Le Portugal de son coté n’a pas beaucoup de choses à se reprocher dans ce match. Les lusitaniens ont mis tout les ingrédients pour gagner ce match, ce n’était juste pas leur jour. Un jour les poteaux sont avec vous, un jour c’est contre vous. (clin d’oeil à Dédé Gignac). Les portugais ont fait preuve de beaucoup d’allant dans leur jeu, en tenant le ballon et en jouant très haut pour étouffer la Belgique.

Le milieu de terrain a très bien coupé les lignes de passes entre le milieu de terrain belge et leurs trois attaquants, et parmi ces milieu de terrain, Renato Sanches a été absolument énorme. La plaque tournante du Portugal a été le meilleur joueur de son équipe, à la récupération ou pour lancer les offensives de son équipe. Il a cependant été trop souvent seul dans cette équipe du Portugal, pas aidé non plus par ses coéquipiers en attaque.

Sanches énorme… mais seul. (Compte Twitter de l’Euro 2020)

Petit bémol cependant du coté du Portugal, la domination territoriale et statistique n’a pas été convertie au tableau d’affichage par les attaquants, puisque Ronaldo, Bernardo Silva et Surtout Diogo Jota ont fait preuve de beaucoup de mauvais choix dans les 30 derniers mètres. Si Ronaldo a mis à contribution Courtois plusieurs fois (notamment sur son coup-franc de la première mi-temps), les deux autres attaquants n’ont que très peu pesé sur la défense expérimentée de la Belgique. Diogo Jota a tout loupé et Bernardo Silva n’a rien pu faire face à l’arrière-garde belge. Leurs remplaçants n’ont pas non plus amené plus de vivacité, Bruno Fernandes préférant chercher les fautes que de faire le jeu et André Silva perdu entre Vermaelen et Vertonghen.

Un Portugal donc qui a semblé sans idée face à ce bloc belge qui a bien joué le coup et les a fait déjouer. La frustration s’est même emparé des joueurs de Fernando Santos dans le dernier quart d’heure, avec beaucoup de contacts rugueux dans les duels. Pepe aurait même pu se faire exclure suite à son énorme faute sur Thorgan Hazard, symbôle de cette nervosité lusitanienne.

La Belgique qualifiée mais inquiète.

KDB, qui revenait bien, rechute à cause d’une entorse.

Au final c’est la Belgique qui se qualifie après ces 90 minutes, mais a perdu sur blessures ses deux meilleurs joueurs à savoir Kevin de Bruyne et Eden Hazard, une bien mauvaise nouvelle avant d’affronter l’Italie vendredi prochain. Le premier souffre très certainement d’une entorse de la cheville causée par un gros tacle de Palhinha juste avant la mi-temps, tandis que l’ailier du Real Madrid a lui semblé touché à l’arrière de la cuisse en fin de match.

Si Kevin de Bruyne peut avoir un espoir pour jouer vendredi (tout dépend de la gravité de la blessure), pour Eden Hazard cela parait plus compliqué, les blessures musculaires étant toujours plus longues à guérir que les blessures articulaires ou tendineuses comme les entorses. Ce sont donc les italiens qui se frottent les mains en voyant cette qualification en douleur de la Belgique, avec un jour de repos en plus et des joueurs frais comparé aux belges.

Un choc entre deux nations favorites à la victoire finale qui n’aura pas débouché sur un feu d’artifice de spectacle comme on pouvait s’y attendre, mais la Belgique se qualifie et élimine le tenant du titre pour avancer dans cette partie de tableau de la mort (Italie en quart et possiblement la France ou l’Espagne en demi-finale). Nous surveillerons l’état de la cuisse d’Hazard et celle de la cheville de KDB pour avoir un quart de finale des plus beaux.
Le Portugal rentre à la maison pour ce qui était très certainement le dernier Euro de la carrière de Ronaldo, avec beaucoup de regrets. Ce match perdu contre l’Allemagne restera dans les têtes, si cette défaillance n’avait pas eu lieu les portugais aurait pu finir deuxième et s’éviter un tableau si compliqué.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page