Bayern Munich : Julian Nagelsmann lance une nouvelle ère ce 1er juillet.

Le nouveau manager du FCB (33 ans), a posé ses valises à Munich, dans sa Bavière natale. Il aura la lourde responsabilité de remplacer Hansi Flick, l’entraîneur qui a réalisé la meilleure saison de l’histoire du club.

Julian Nagelsmann est arrivé à la Säbener Straße, centre d’entraînement du Bayern, ce jeudi 1er juillet (Photo : Instagram @fcbayern)

C’est l’entraîneur le plus cher de l’histoire du football. Pour arracher le manager du RB Leipzig, les dirigeants bavarois n’ont pas hésité à casser la tirelire. Le montant du transfert ? 25 millions d’euros ! Le précédent record était détenu par André Villas-Boas, lorsque le technicien portugais avait rejoint Chelsea en 2011 pour 15 millions, après une saison exceptionnelle au FC Porto.

Un transfert naturel pour le natif de Landsberg am Lech

Né en Bavière, Julian Nagelsmann a du arrêter sa carrière de joueur à 20 ans, après avoir joué pour les clubs bavarois du FC Issing, puis du FC Augsburg et du TSV 1860 München. Il n’a jamais été professionnel et a du renoncer à jouer en raison d’un risque d’arthrose.

Après avoir explosé en tant que coach à Hoffenheim, il avait rejoint le RB Leipzig en 2019. Mais pendant qu’il entraînait la formation saxonne, un fait de sa vie privée avait agité l’opinion outre-Rhin. Julian Nagelsmann avait en effet débuté la construction d’une maison sur Munich. Les rumeurs d’un transfert au Bayern étaient alors dans toutes les bouches et sur tous les tabloïds. La prophétie s’est finalement réalisée en avril dernier, après l’officialisation du départ de Hansi Flick au terme de son contrat.

Vers une révolution au Bayern ?

Son arrivée s’inscrit pleinement dans ce que le club nomme de lui même le « projet Bayern 2025 ». Une aventure lancée en 2019, qui prend cette année un tournant particulier avec la prise de fonction d’Oliver Kahn en tant que président du conseil exécutif. En signant un contrat de cinq ans avec le FCB, Nagelsmann doit s’inscrire dans cet objectif qui vise à renouveler son board et ses joueurs.

Pour poursuivre une décennie pleine de succès, le Bayern mise sur les qualités de Julian Nagelsmann et devrait logiquement lui laisser pour beaucoup de liberté dans son management. L’ancien entraîneur du RBL ne laisse absolument rien au hasard : pour améliorer sa gestuelle, sa voix, et son rapport aux individus, il s’entraîne par exemple avec des chevaux. Souvent perçu comme arrogant, il réfute cette réputation. Il n’hésite pas à mettre en avant sa croyance en Dieu, pour mettre en avant les valeurs qui lui sont chères.

Au Bayern, il n’aura probablement pas une patte très importante sur le recrutement dès sa première saison. Le club a déjà recruté Dayot Upamecano pour une quarantaine de millions d’euros. Un joueur que Nagelsmann a développé au RB Leipzig pour en faire un monstre. Il ne devrait pas y avoir de grandes recrues supplémentaires, comme l’a annoncé sans se cacher Herbert Hainer, le Président du club.

Vers un 3-4-3 ?

Le Bayern joue traditionnellement en 4-2-3-1 voire en 4-3-3. La principale révolution pourrait venir d’un changement de dispositif tactique. A Leipzig, Nagelsmann faisait jouer ses joueurs dans un système à trois défenseurs. Un dispositif qui pourrait permettre de renforcer son assise défensive, alors que David Alaba et Jérôme Boateng ont quitté le club.

Le Bayern pourrait joueur avec trois défenseurs français derrière : Lucas Hernandez, Dayot Upamecano et Benjamin Pavard. Tout en pouvant s’appuyer sur Niklas Süle et un Tanguy Nianzou, que beaucoup de fans du FCB espèrent voir se développer sous Nagelsmann.

Si Alphonso Davies s’imposerait naturellement en tant que piston gauche, tant ce poste semble être fait pour lui, le poste de piston droit ne serait pas encore pourvu. On a d’abord parlé de Achraf Hakimi, mais l’ex Dortmunder devrait rejoindre le PSG. Serge Gnabry pourrait occuper ce poste, ce qui amènerait un maximum de danger offensif.

Avec le développement de Marc Roca, qui va devenir un joueur incroyable à coup sûr, le milieu espagnol pourrait-il être titularisé progressivement aux côté de Leon Goretzka au milieu, pour installer Joshua Kimmich à droite ? Improbable tant le natif de Rottweil est impressionnant en numéro 6. Le suspense reste donc entier quant au joueur qui occuperait ce poste, sachant que Benjamin Pavard ne semble pas suffisamment offensif pour réussir à s’y imposer.

Quelle attaque ?

Avec Robert Lewandowski, Thomas Müller, Kingsley Coman, Serge Gnabry, Leroy Sané ou encore Jamal Musiala et Eric-Maxim Choupo-Motting, le Bayern semble encore très bien armé. Attention tout de même. Si Serge Gnabry venait à reculer d’un cran et/ou que Kingsley Coman venait à quitter le club, une recrue pourrait être très utile.

Et quand bien même ! En 2020, le Bayern gagnait la ligue des champions avec deux remplaçants de luxe : Ivan Perisic et Philippe Coutinho. Deux joueurs qui n’ont pas vraiment été remplacé qualitativement. Douglas Costa a fait flop et s’en va au Brésil. Jamal Musiala devrait devenir un joueur de classe mondiale. Mais le Bayern lui fera-t-il confiance dès maintenant ?

Il y a fort à parier que oui, puisque le club compte développer ses jeunes joueurs ces prochaines années. Il n’a plus sorti de pépite depuis l’éclosion de David Alaba et de Thomas Müller, il y a déjà une dizaine d’année. Entraîneur formateur, Julian Nagelsmann devrait permettre de faire progresser le jeune international allemand.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :