Jeux vidéos de football : Pourquoi Football Manager a détrôné Fifa et eFootball (ex PES)

La nouvelle a fait l’effet d’une bombe ce mercredi 21 juillet 2021, la mythique franchise de jeu vidéo de football Pro Evolution Soccer change totalement : le nom devient eFootball, ne propose que 8 équipes et quelques modes de jeu. Si cette annonce relance la guerre historique entre PES et FIFA, ces dernières années Football Manager s’est imposé comme LE jeu de football par excellence, bien plus que les deux historiques. Voyons pourquoi.

Réalisme vs Simulation.

Le problème avec FIFA et PES, c’est que ces jeux proposent un contenu beaucoup plus axé sur la simulation que sur le football en lui-même. Avec un contenu qui n’évolue que très peu quantitativement, FIFA se repose presque exclusivement sur son Mode FUT pour garder l’hégémonie sur le marché des jeux de foot. Si ce mode de jeu était prometteur à ses débuts, avec le système de cartes, de liens qui poussaient les joueurs à réfléchir, désormais c’est devenu le cirque des cartes en tout genre.

Comme les autres modes de jeu ne sont pas mis en avant (Rivals ayant très eu d’intérêt, le mode ma Carrière bâclé,….), FIFA ne devient plus qu’un vulgaire jeu de cartes, à la manière d’un Yu-Gi-Oh où il faut avoir les meilleures cartes pour gagner. En plus des modes de jeu, le contenu n’est guère satisfaisant non plus. Avec un gameplay très stéréotypé, des actions sorties de nulle part ou des joueurs complètements injouables pour les adversaires, FIFA est depuis quelques années maintenant très critiqué pour ses bugs ou sa « méta », ces astuces de jeu qui marchent à tout les coups (on se souvient des corners premier poteau dans FIFA 20). Si on rajoute à cela les buts qui semblent scriptés, les récompenses toujours plus claquées pour ceux qui ne peuvent pas mettre d’argent, on se retrouve avec un jeu terriblement frustrant lorsqu’on se décide de jouer au football.
Pour ce qui est de PES, le manque de licences ou d’un mode de jeu pouvant faire concurrence à FUT a précipité peu à peu la franchise de Konami à rester dans l’ombre de son concurrent, malgré de bonnes critiques sur son gameplay. C’est pourquoi nous nous centrerons beaucoup plus sur FIFA, puisque c’est le jeu de référence ces dernières années.

Football Manager de son coté propose un contenu beaucoup plus immersif pour un jeu réaliste. Pas de problèmes de gameplay, les choix en amont des matchs, les tactiques, les choix des joueurs, tout doit être pris en compte pour réussir dans ce jeu. Il faut s’adapter aux adversaires, les conditions de victoire ne dépendent pas donc d’un style de jeu, d’une action en particulier.
La possibilité de pouvoir gagner avec une équipe moyenne ou dans les divisions inférieures est aussi quelques chose qui se démarque par rapport à FIFA ou PES, où il faut souvent prendre les mêmes joueurs pour gagner ou au moins ne pas prendre le bouillon par un Mbappé TOTY. Sur Football Manager, nombreuses sont les parties qui voient des clubs de 2ème division gagner la Champions League ou le championnat au bout de plusieurs années, à coup de persévérance, de bons coups au mercato et de changements tactiques.

Aussi, le mode carrière en ligne permet de mener un club au sommet lors d’une partie avec un ami en ligne, en parallèle, ce qui peut donner encore plus de piment aux sessions de jeu si les clubs choisis sont rivaux. Pouvoir mesurer ses connaissances tactiques, sa philosophie de jeu avec des amis, voilà de quoi affirmer votre connaissance du football et animer des débats. Cette complicité ne se retrouve pas du tout sur FIFA et PES, qui provoque plus d’énervement que de compétition amicale. Qui n’a pas piqué une colère envers son pote lorsqu’il vous met un but scandaleux à la dernière minute ? Sur Football Manager, même si vos deux clubs s’affrontent et que votre ami l’emporte sur vous, c’est dans la préparation, l’approche du match qui a fait défaut. Il y a donc moins de frustration à avoir, et il n’est pas nécessaire d’avoir les meilleurs joueurs pour gagner un match, comme dans la vie réelle. Quelques fois, vous allez dominer outrageusement un match, mais perdre face à un bloc regroupé, comme cela peut arriver dans nos championnats. C’est ce qui fait le charme de FM, ce réalisme à toute épreuve.

Ajoutez à cela la possibilité de faire grandir vos pépites, gérer les conférences de presses, et vous obtenez un jeu complet, réaliste de football.

Play to win vs Pay to win

Une des principales différences entre ces deux type de jeu réside aussi dans la manière de progresser. Pour maitriser FM vous devrez accumuler des heures et des heures de jeu pour bien apprivoiser les tactiques, les petites spécificité du jeu, sur FIFA il vous suffit de prendre la meilleure équipe, ou sur FUT de mettre de l’argent pour acheter les meilleures cartes et ainsi défoncer tout le monde.

Bien sur, si vous prenez le PSG ou le Real Madrid sur FM ce sera plus simple que de prendre Norwich, mais vous pouvez arriver aux mêmes résultats à force d’abnégation, d’étude du jeu. Vous avez aussi la possibilité de pouvoir redonner à votre club de cœur ses lettres de noblesse, les remettre sur le devant de la scène, quand sur FIFA et FUT vous pouvez difficilement jouer avec les joueurs qui vous plaisent sans croiser des équipes d’Avengers prêts à vous rouler dessus.

Pour juste l’achat du jeu, vous pouvez donc avoir une multitude de mode de jeu, des heures de plaisir et enfin montrer de quoi vous êtes capables sur un banc de touche. Tous les amateurs de foot le reconnaitront, on s’est tous permis de donner des conseils sur quelle équipe aligner, comment organiser le jeu, et critiquer les entraineurs à la moindre contre-performance. Vous êtes plongés dans ce rôle d’entraineur / manager à l’anglaise, à vous de faire du bon boulot sous peine d’être viré. Vous pouvez aussi partir du chômage et vous construire un parcours de carrière cohérent, ce qui rajoute du réalisme dans une carrière, et surtout de l’imprévisibilité. Quel club va offrir un poste d’entraineur? Qui vous accordera un entretien? Cette dose d’aléatoire est elle aussi différente des modes de jeu solo de FIFA. Dans le mode carrière, votre chemin est tout tracé et vous n’avez que peu de choix à faire, tout est prévisible et pas très cohérent par moment. la durée de vie est donc limitée, alors que sur FM vous pourrez entrainer jusqu’en 2055 si vous le voulez, grâce au système de génération de joueur automatique.

Pour toutes ces raisons, Football Manager est devenu LE jeu de football, et pas une simulation où tout les joueurs peuvent sortir des gestes techniques que seuls quelques génies techniques pourraient effectuer dans la vie réelle. Un jeu réaliste face à une simulation qui tend plus vers le Fifa Street par moment que vers le football que l’on connait et que l’on pratique. Une immersion totale qui vous fera perdre la notion du temps et surtout économiser en manettes cassées après un but à la 90ème. Avec la mort programmée de eFootball (Repose en Paix PES, le 5 sera toujours gravé dans nos mémoires), Fifa a maintenant le monopole complet et on ne voit pas comment le contenu de jeu pourrait s’améliorer sans concurrence. Football Manager, la décennie 2020 est tienne, à toi de jouer.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page
Powered By
CHP Adblock Detector Plugin | Codehelppro