Preview de la saison 2021-2022 du PSG : obligation de moyens et de résultats

Troisième épisode de la série de l’été, avec le focus mis sur certaines équipes avant la saison à venir qui seront très intéressantes à suivre. Aujourd’hui, on braque l’objectif sur le Paris Saint-Germain qui, au vu de son mercato XXL, n’a pas le droit à l’erreur cette saison.

Bilan de la saison dernière 

Inconstance. Le verre peut être vu à moitié plein ou à moitié vide. Le PSG a soufflé le chaud et le froid tout au long de la saison dernière. Sur le plan national, le club parisien n’a pas remporté le titre de champion de France, trophée décroché par le LOSC de Christophe Galtier avec 83 points, soit une unité de plus que le PSG. Une première depuis la saison 2017-2018 qui a vu le sacre de l’AS Monaco. À l’époque, le Paris Saint-Germain a tout simplement fait face à plus fort que lui, les Monégasques ayant tout écrasé sur leur passage avec 30 victoires, cinq matches nuls et seulement trois défaites en Ligue 1. La saison dernière, la situation était différente car le PSG semble avoir tout fait pour perdre sa couronne de champion de France. 

Après sa défaite à Lisbonne en finale du Final 8 face au Bayern Munich, le PSG a enchainé les péripéties et a débuté sa saison de la pire des manières. Tout commence par la mauvaise gestion de l’après-Final 8 avec l’isolement de certains joueurs parisiens, partis en vacances à Ibiza, car contaminés par le Covid-19. Pour leur premier match de la saison face au RC Lens, le PSG n’a alors pas d’autre choix que d’aligner une équipe composée de plusieurs jeunes issus du centre de formation. Résultat : le club de la capitale entame l’exercice 2020-21 par une défaite, une première depuis 2011. Après un début de saison poussif, ponctué par une avalanche de blessures et de cas de Covid-19, les bisbilles publiques entre l’entraîneur Thomas Tuchel et le directeur sportif Leonardo n’ont pas arrangé les choses. Pour montrer son désaccord vis-à-vis de la politique sportive de son supérieur hiérarchique, Thomas Tuchel n’a pas hésité à utiliser le Portugais Danilo en défense centrale, lui qui a été recruté à l’origine pour jouer au milieu de terrain. 

En Ligue des champions, la situation était similaire. Alors que le PSG était dans une poule très relevée avec Manchester United, Leipzig et Fenerbahçe, les matches sont indigestes dans le contenu avec une équipe ne comptant que sur les exploits individuels de ses joueurs phares comme Kylian Mbappé et Neymar. Mais Thomas Tuchel est arrivé à trouver les clés pour se qualifier en huitième de finale alors que Paris n’avait obtenu qu’un unique point après les trois premières journées. À la trêve hivernale, le PSG a concédé quatre défaites et pointait à la troisième place, avec un point de retard sur l’Olympique Lyonnais, champion d’automne, et Lille. Après un 4-0 face à Strasbourg, le couperet est tombé. Leonardo a choisi d’évincer Thomas Tuchel et de rapatrier Mauricio Pochettino, l’ancien capitaine du club de la capitale. Un changement d’entraîneur qui n’a pas eu l’effet escompté en Ligue 1 car le PSG a encore perdu à quatre reprises et à fait pâle figures face aux prétendants au titre. Au final, le club de la capitale a perdu son titre avec huit défaites, dont cinq au Parc des Princes, et une seule victoire contre les autres membres du Top 4 (à Lyon, 2-4). En Ligue des champions, le PSG de Mauricio Pochettino a su éliminer le Barça de Lionel Messi et le Bayern Munich champion d’Europe, avant de tomber contre le Manchester City de Pep Guardiola. Un parcours bien plus prestigieux que la saison dernière faisant du PSG un prétendant très sérieux à la victoire finale. Bien que positive, cette campagne européenne a mis en lumière certains manques dans l’effectif parisien, en termes d’identité de jeu et de gestion des émotions.

Bilan de l’intersaison 

Après la perte du titre, le PSG devait réagir. Comme en 2012 et en 2017, le club de la Ville Lumières a effectué un mercato XXL afin de récupérer sa couronne nationale la saison suivante. Objectifs : évacuer la déception, dissiper les doutes et donner des perspectives. Le PSG est l’une des écuries européennes les plus actives pendant cette intersaison. L’idée première était de renforcer un effectif jugé défaillant sur certains secteurs de jeu. Et l’objectif semble être atteint. Le premier gros coup de l’été est le Néerlandais Geoeginio Wijnaldum. Mauricio Pochettino aurait joué un rôle clé dans ce transfert, s’entretenant à plusieurs reprises avec le joueur pour le convaincre de laisser tomber son compatriote Ronald Koeman qui l’attendait au FC Barcelone. Joueur besogneux, porté vers l’avant, discret mais véritable leader sur un terrain, le Batave coche toutes les cases pour incarner la pièce qui manquait au milieu de terrain du PSG. Il est également capable de jouer une cinquantaine de matches dans une saison, un aspect qui a son importance quand on sait le nombre de rencontres que peuvent manquer certains milieux parisiens pour cause de blessure.

Une autre nouvelle recrue vient, elle aussi, occuper une fonction tant décriée par les suiveurs et supporters du Paris Saint-Germain : celle de latéral droit. L’arrivée d’Achraf Hakimi, considéré comme l’un des meilleurs à son poste, renforce considérablement l’effectif parisien. Rapide, bon centreur, excellent offensivement et capable de multiplier les sprints à haute intensité, le nom du Marocain sera certainement l’un des premiers que Mauricio Pochettino inscrira dans ses feuilles de match. Lors des matches de préparation, l’ancien joueur de l’Inter Milan s’est déjà mis en valeur et a montré que son coach pourra compter sur lui cette saison. La signature du tout juste champion d’Europe Gianluigi Donnarumma vient, quant à elle, préparer le futur du poste de gardien de but. Âgé de 22 ans mais avec déjà beaucoup d’expérience, l’Italien est promis à un grand avenir. Le PSG a réalisé un gros coup en recrutant, bien que n’ayant jamais joué de match de Ligue des champions, l’un des meilleurs gardiens du monde sans dépenser la moindre indemnité de transfert. La succession de Keylor Navas est donc déjà prête. Enfin, l’arrivée de la légende du Real Madrid Sergio Ramos vise à apporter de la concurrence en défense et une expérience inégalable dans le vestiaire parisien, lui qui a tout gagné en club et en sélection. D’autres noms de joueurs reviennent avec insistance dans la presse française et étrangère  comme celui de Joaquin Correa, Théo Hernandez, Paul Pogba et Edouardo Camavinga. Avec de tels noms, le PSG compte bien rafler tous les titres nationaux et enfin remporter la Ligue des champions cette saison.  

Le joueur à surveiller : Sergio Ramos

Le recrutement de l’ancien Merengue semble, a priori, pouvoir apporter une véritable valeur ajoutée à l’effectif parisien. Joueur d’expérience, à l’hygiène de vie irréprochable et ayant tout gagné, il pourra insuffler son leadership, sa personnalité, sa culture de la gagne et donner du caractère au PSG, éléments indispensables dans la course à la Ligue des champions. Néanmoins, il apportera tout cela à la condition qu’il soit en capacité de jouer. Et c’est la principale inconnue. À 35 ans, le défenseur espagnol sort d’une saison quasi-blanche. Il a connu de nombreuses blessures l’écartant des terrains pendant plusieurs mois. Alors que son arrivée a été officialisée le 8 juillet dernier, il n’a toujours pas joué le moindre rencontre sous la tunique parisienne à cause d’une lésion au mollet gauche. Ni les matches de préparation, ni le Trophée des Champions.

Ne souhaitant prendre aucun risque avec son joueur, le PSG ne précipitera pas le retour de l’Espagnol. Mais en recrutant un joueur proche de sa fin de carrière et qui sort d’une saison ponctuée de pépins physiques, le club a pris le risque d’avoir dans son effectif un défenseur, dont le salaire est supérieur à 12 millions d’euros par an, à l’état physique fragile et susceptible d’occuper régulièrement l’infirmerie. S’il est disponible en revanche, sa signature pourrait amener Mauricio Pochettino à réaliser un changement tactique. Jouer à trois derrière au lieu d’une défense à quatre afin de ne pas laisser Presnel Kimpembe sur le banc. Les matches de préparation ont néanmoins montré que l’Argentin privilégiera cette saison le 4-2-3-1, configuration qu’il affectionne depuis longtemps. Reste à savoir qui en fera les frais : le titi parisien ou l’international espagnol ? 

Les ambitions de la saison prochaine

Comme chaque année, le PSG a l’ambition d’être sur le toit de la France et de l’Europe. Mais cette nouvelle saison ne commence pas de la meilleure des manières. Le club de la capitale a en effet perdu son premier match officiel face au LOSC de Jocelyn Gourvennec lors du Trophée des Champions en Israël (1-0). L’équipe était certes largement remaniée, avec de nombreux titulaires absents, mais la prestation collective a déçu. Sept mois après son arrivée sur le banc du PSG, l’identité de jeu que Mauricio Pochettino veut mettre en place est, pour l’instant, inexistante. C’est aussi là-dessus qu’il sera jugé. Les résultats ne suffiront pas, il faudra qu’il pose sa patte sur son équipe et lui donner une identité de jeu. C’est l’ambition de tout entraîneur mais la tâche s’annonce difficile quand on se souvient des difficultés rencontrées par ses prédécesseurs.

Sur le plan national, l’objectif sera de gagner une nouvelle fois la Coupe de France et de récupérer la couronne de champion de France, dérobée la saison dernière par Lille. Ne pas remporter le championnat deux années d’affilée n’est encore jamais arrivé sous l’ère Qatar Sports Investments (QSI), rendant ce scénario inimaginable pour les dirigeants de Doha. Le club parisien a donc mis les moyens. Jouer sans un collectif huilé pourra suffire pour remporter ces deux compétitions, quoique le PSG n’est pas à l’abri d’un accident. Mais en Ligue des champions, il faudra en montrer davantage. Les nouvelles recrues comme Georginio Wijnaldum et Achraf Hakimi, qui sont des joueurs d’équipe, sont justement là pour permettre au coach argentin de donner une identité de jeu à son effectif. Après une finale il y a deux saisons et une demi-finale, le PSG espère enfin franchir ce dernier cap lui permettant de décrocher la coupe aux grandes oreilles. 

Cet article vous a-t-il plu ? Retrouvez nous sur Facebook (Le Club 115) et sur Twitter (@LeClub115).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page
Powered By
CHP Adblock Detector Plugin | Codehelppro