Les tops et flops de Metz – Lille (3-3), le premier match fou de la saison !

Le film du match :

La première mi-temps de ce match ne manquait pas de matière à commenter, avec du rythme et surtout deux équipes qui ont eu leur période de domination. Les champions de France ont bien entamé leur match avec une maitrise technique qui a beaucoup gêné les joueurs messins. Les coéquipiers de Yilmaz mettent le pied sur le ballon, sont sereins et c’est sans surprises les lillois ouvrent le score sur corner, grâce au coup de tête du défenseur central Botman, son premier but en Ligue 1. Le champion semble lancé, mais ce but coïncide avec le début du réveil des joueurs de Frederic Antonetti. Les grenats mettent plus d’envie, d’impact dans ce match ce qui leur permet de bien bouger les lillois, qui n’arrivent plus à développer leur jeu. La paire N’Dorma – Sarr règne sur le milieu de terrain et le bloc messins monte sur le terrain. Les offensives se multiplient sur les buts de Jardim et cette domination est récompensée par l’égalisation de Centonze, qui catapulte de la tête un bon centre de Delaine (31′).

Totalement lancés, les messins ne relâchent pas la pression et continuent d’étouffer l’équipe de Gourvennec. Dans la foulée de cette égalisation Sarr alerte de nouveau Jardim mais le portier portugais détourne le ballon d’une belle claquette. Le gardien s’inclinera cependant sur cette nouvelle phase de jeu bien menée par les messins, qui s’infiltrent dans la surface à la suite d’un redoublement de passe, Udol hérite du ballon excentré sur la gauche de la surface et trompe Jardim d’une frappe tendue (41′). La défense est bousculée, Lille mené et cet avantage logique perdurera jusqu’à la pause.

Le seconde période reprend sur les mêmes bases, avec des messins qui continuent d’appuyer sur l’accélérateur, et au bout de quelques minutes Centonze profite de la passivité de la défense lilloise pour tromper pour la deuxième fois de la journée Léo Jardim. Le match bascule ensuite à la 56′ minute, lorsque Kouyate se jette les deux pieds en avant sur un ballon convoité par Yilmaz. Le défenseur prend le ballon mais son pied gauche traine et arrache totalement le mollet du turc et le défenseur voit rouge. Sur le coup franc qui suit, Lille croit réduire le score mais la VAR refuse ce but. En infériorité numérique, les messins défendent mais sont tout de même dangereux sur quelques incursions. Les lillois poussent, poussent et réduisent le score grâce à Ikoné, rentré juste après le troisième but messin. S’en suit une véritable attaque-défense, où la défense de Metz sera héroïque. Oukidja nous gratifie d’une parade exceptionnelle dans le temps additionnel pour sauver son équipe. Enfin sauver, ou retarder l’échéance puisqu’au bout du temps additionnel, Burak Yilmaz est servi dans la surface, il continue son effort et sa tentative de centre est détournée par Oukidja dans ses propres buts. Une fin de match cruelle pour les messins qui semblaient se diriger vers une victoire sensation contre les champions de France.

L’homme du match :

Les tops

Le milieu de terrain messin: Confronté au milieu de terrain qui avait dominé le championnat l’année dernière, la paire N’Doram – Sarr a fait beaucoup de mal au LOSC. Après 25 premières minutes compliquées, les deux joueurs ont élevé leur niveau de jeu et leur montée en puissance à coïncidé avec la bonne période du FC Metz qui a renversé le match après l’ouverture du score de Botman. Cela a été plus compliqué après le carton rouge de Kouyaté, mais leur volume de jeu a permis à Metz de tenir le coup et de créer la première sensation de cette saison de Ligue 1 en concédant le nul face au champion de France après un match où la victoire aura été méritée.

Jonathan Ikoné: Remplaçant au début de match, l’ailier international français a dynamisé cette équipe de Lille qui manquait de jus offensivement pour déstabiliser cette défense à 5 concoctée par Antonetti. Son entrée a coïncidé avec le replacement de Renato Sanches au milieu de terrain un peu plus bas, ce qui a libéré des espaces pour l’ailier et à partir de ce moment, les lillois ont poussé jusqu’à arracher le point du match nul dans une partie bien mal embarquée. Ikoné a amené beaucoup de danger pour les latéraux qui ne pouvaient plus monter comme ils le faisaient durant le premier acte, ce qui a rendu inoffensif le FC Metz.

Le coaching d’Antonetti : Ce match était aussi l’occasion d’être témoins d’une bataille entre deux entraineurs historiques de la Ligue 1. Fredéric Antonetti pour sa deuxième saison au FC Metz et Jocelyn Gourvennec qui a pris la succession de Christophe Galtier à l’intersaison. Et c’est l’entraineur de Metz qui ressort gagnant de cette confrontation. Organisés en 3-5-2 en phase offensive et en 5-3-2 en phase défensive, les messins ont posés des problèmes aux lillois grâce à l’activité de ses latéraux, Delaine et Centonze. Ce n’est pas un hasard si deux des trois buts viennent de ses deux joueurs. Antonetti a ensuite gardé son organisation à 5 derrière lorsque Metz a été réduit à 10, pour tenir le résultat. Malheureusement pour lui, le LOSC réussit à revenir au score à la toute dernière seconde grâce à un but chanceux de Yilmaz.

l’activité de Centonze pour Metz, symbole du système d’Antonetti

Les Flops

Burak Yilmaz et Jonathan David: L’attaquant Turc a été plutôt discret durant ce match, faisant preuve de beaucoup de nervosité tout au long des 90 minutes. Il a le mérite de provoquer le but contre son camp qui donne le point du match nu à son équipe, mais globalement son match n’est pas satisfaisant. Et si le match de Yilmaz est en dessous des attentes, que dire de celui de David? Remplacé à l’heure de jeu, l’attaquant a traversé ce match comme un fantôme, sans peser d’une façon ou d’une autre sur la défense messine. Celui que nous avions ciblé comme le joueur à suivre coté lillois n’a pas été à la hauteur sur ce match. Pour confirmer ce titre de champions de France, les lillois devront compter sur leur duo d’attaquant, ils ont limité la casse cette après-midi mais ce ne sera pas suffisant sur la longueur si Yilmaz et David ne montrent pas un peu plus sur le terrain.

Voir aussi : Preview de la saison 2021-2022 du LOSC : Le plus dur reste-il à venir?

La paire André – Yazici : En miroir de notre top sur le milieu de terrain de Metz, celui du LOSC a été dépassé durant une bonne partie du match. Nouvellement installée par Gourvennec, la paire de milieux de terrain a eu beaucoup de mal a combiner et a ressortir les ballons vers les attaquants, gênés par la présence physique des messins. L’installation de cette paire a exilé Renato Sanches à droite du milieu à 4 voulu par Gourvennec, mais lorsque le portugais a retrouvé sa place aux cotés d’André, le LOSC a été beaucoup plus performant. Des leçons seront tirées de ce match, que ce soit dans le replacement de Renato ou l’organisation tactique du LOSC.

Cet article vous a plu ? Retrouvez nous sur Facebook (Le Club 115) et sur Twitter (@LeClub115)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page