Pour son retour parmi l’élite du football anglais, Brentford a fait plus que bien figurer.

Pour son premier match dans l’élite depuis 1947, les joueurs de Brentford jouaient leur premier match contre des gunners d’Arsenal, qui avaient faim de victoire. Mais les Bees avaient d’autre plans en tête, et c’est à l’issue d’une très belle partie que les joueurs de Thomas Frank se sont imposé pour passer la première nuit du championnat anglais en tête du classement.

Brentford, la force du collectif.

L’impression laissée par les joueurs de Brentford est que cette équipe sera très dure à jouer durant toute la saison. Dans la lignée de leur belle saison en Championship, qui les a vu terminer troisième du championnat et remporter des barrages d’accession, les coéquipiers du français Mbeumo ont joué comme on avait pu le voir à l’étage inférieur : avec ambition. Organisés dans un 3-4-1-2 fluide, Brentford a posé beaucoup de problèmes aux joueurs d’Arteta grâce à leur organisation mais surtout à leur qualité technique. Avec seulement deux recrues durant ce mercato (Onyeka et Ajer), toutes deux titulaires hier soir, Thomas Frank a pu compter sur un groupe qui se connaît, qui est sûre de sa force et qui a pu jouer son jeu dans la continuité de la saison dernière.

La vitesse des attaquants a fait beaucoup de mal à l’arrière garde d’Arsenal, comme en atteste l’occasion de Mbeumo qui laissait littéralement sur place Pablo Marí pour ensuite placer une frappe puissante qui venait s’écraser sur le poteau de Leno. Voilà donc la caractéristique du jeu de Brentford : l’insouciance. Premier match de leur histoire en Premier League (puisque inaugurée en 1992) ? Pas de problème, avec un public présent pour pousser ses joueurs. Quel plaisir on prend lorsque le football est joué ainsi, avec 15 000 personnes pour chanter et crier pendant 90 minutes. Les spectateurs présents se sont même permis quelques olé lors des phases de conservations de balle de leur équipe, baladant des joueurs d’Arsenal totalement impuissants.

Des sorties de balles très propres avec du mouvement après la passe, les Bees ont montré un jeu plaisant, et surtout efficace, puisqu’ils ont réussi à marquer 2 buts à Bernd Leno en seulement 3 tirs cadrés. Défensivement c’était tout aussi impressionnant, avec le nouveau venu Ajer (en provenance du Celtic pour près de 16M€) qui s’est bien intégré et qui a complètement éteint Balogun pour son bapteme du feu en Premier League. Aux côtés de Jansson et de Pinnock, voilà une défense qui va être compliquée à bouger pour les équipes du championnat anglais.

Même dans les moments où Arsenal poussait lors de la seconde mi-temps, les joueurs ont fait preuve d’une grande force mentale en défendant avec solidarité pour garder cet avantage au score. Les Bees ont pu aussi compter sur un bon gardien, en la personne de Raya, qui a sorti la bonne parade au bon moment pour empêcher Arsenal de revenir dans le match. Cette victoire s’est donc obtenue à l’issue d’un match plein, et le résultat est plus que mérité. De la qualité à tous les postes, de l’envie et un public en feu derrière des joueurs, les ingrédients sont là pour que Brentford nous fasse rêver durant cette saison.

Une équipe qui célèbre avec son public, que c’est beau.

Canós, maître a jouer.

Mais peut être que LE joueur qui s’est mis en évidence durant ce match, est le milieu de terrain espagnol Sergio Canós. Formé à Barcelone, le joueur de 24 ans a montré tout ce dont il était capable, en menant son équipe à la baguette. Sa première touche de balle soyeuse à régalé les spectateurs du Brentford Community Stadium.

Déjà lors de la saison dernière, les observateurs de la deuxième division anglaise avaient pu observer les qualités de l’Espagnol. Avec 9 buts et 8 passés décisives, il avait été un des grands artisans de la montée de Brentford (avec bien sur Toney qui avait fini la saison avec des chiffres impressionnants de 33 buts et 10 passes décisives TCC). Ses qualités de tireur de coup de pied arrêtés ont permis à Brentford d’apporter le danger sur les cages de Leno, et ainsi instaurer le douter dans les têtes des joueurs adverses. Le promu n’est pas la pour se faire victimiser, bien au contraire. Son but représente bien les idées de jeu de l’entraîneur, une récupération haute pour ensuite profiter des failles dans la défense adverse et tenter sa chance. Et après une conduite de balle dans l’axe gauche de la moitié de terrain d’Arsenal, Canós déclenchait cette frappe puissante et précise qui ne laissait aucune chance à Leno. Une action qui a mis Brentford sur la bonne voie, la voie de la victoire.

La célébration de Canós pour premier but de Brentford en Premier League

Une équipe de Brentford qui est donc bien rentrée dans son championnat avec cette victoire, reste à voir s’ils pourront capitaliser sur ce résultat lors du déplacement à Crystal Palace, pour le compte du la deuxième journée, samedi prochain.

Cet article vous a plu ? Retrouvez nous sur Facebook (Le Club 115) et sur Twitter (@LeClub115

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page