Lyon obtient sa première victoire dans la douleur face à Nantes (0-1) : L’important c’est les trois points.

En ouverture de la 4ème journée de Ligue 1, L’Olympique Lyonnais se déplaçait à Nantes pour enfin lancer sa saison. Sans victoire et pointant à une inquiétante 16ème place avant le coup d’envoi, ce match se présentait donc comme capital pour les Gones. Une victoire acquise dans la souffrance, mais l’essentiel est là.

Lyon mène grâce à un grand Paquetá…

Et si Lyon a pu repartir avec les trois points, c’est en grande partie grâce à son maître à jouer, le brésilien Lucas Paquetá. Véritable chef d’orchestre au milieu de terrain, il a été dans tout les bons coups. Toujours à rechercher la verticalité, que ce soit balle au pied ou à l’aide d’une passe, il a permis de faire le lien avec les attaquants qui étaient des fois bien difficiles à atteindre lors des trois premières journées. Il a d’ailleurs été élu homme du match par les supporters lyonnais avec 54% des voix.

L’influence du brésilien s’est surtout vu en première mi-temps, où les Lyonnais ont vraiment dominé leur sujet, avec une possession du ballon avoisinant les 70%. Une première mi-temps enlevée qui verra le ballon circuler d’une surface à l’autre, avec cependant un danger plus concret sur les buts d’Alban Lafont. Les hommes de Peter Bosz finissent par trouver la faille à la demi-heure de jeu, grâce à l’ouverture du score de Dembele, profitant d’un énorme travail de Paquetá pour pousser dans les buts vides un ballon détourné par Lafont. Un avantage au score mérité même si les nantais sont sortis de leur boite à quelques reprises pour inquiéter Lopes. La tête de Castelletto arrive droit sur Lopes (37′) ou encore ce coup-franc puissant de Corchia bien claqué en corner par le portier portugais (45′).

Paquetà, maestro de ce Lyon séduisant.

…Mais se fait peur en deuxième mi-temps

Décidément les Lyonnais ne pourront jamais passer un match tranquille en ce début de saison. Au retour des vestiaires, Thiago Mendes remplace un Maxence Caqueret bien imprécis dans ses transmissions, et cette reprise du jeu coïncide avec la baisse de régime de l’OL. Les Nantais en profitent et mettent le pied sur le ballon, agressent les Lyonnais à la perte et se procurent de plus en plus d’occasions. Moses Simon se signale par des percées qui apportent du danger dans la surface lyonnaise, mais ses centres tendus ne trouvent personne. Ludovic Blas notamment prend beaucoup plus d’initiatives, prend le jeu à son compte et fait reculer la défense lyonnaise. Une défense sous pression à l’image de Damien Da Silva, qui sera expulsé à la 77′ pour un second carton jaune. L’art de se tirer une balle dans le pied, édition OL.

Lyon arrivera tout de même à se créer des occasions, à l’image de cette frappe de Paquetá qui passe largement au-dessus des cages alors qu’il avait encore le temps de s’avancer seul face au gardien (68′) ou cette frappe d’Aouar bien repoussée par Lafont (71′). A ne pas tuer le match, l’OL aurait pu le regretter mais à la fin du temps additionnel, ce sont bien Paquetá et ses coéquipiers qui repartent avec les trois points. Anthony Lopes a bien assuré lorsqu’il le fallait dans les ultimes minutes de la partie pour assurer cette première victoire lyonnaise, qui va faire du bien au groupe et donner un peu d’air à Bosz.

Le point positif : Aouar – Bruno – Paquetà, le règne du milieu.

Placé d’une manière différente lors de ce match comparé aux rencontres précédentes, le trio de joueurs s’est parfaitement trouvé pour gêner les Nantais dans ce match. Positionné en triangle offensif avec Bruno en 8, Aouar en 10 et Paquetá sur le coté droit de l’attaque, cette animation offensive a surpris les canaris, et offre une maitrise technique supérieure à qu’on avait pu voir contre Clermont par exemple. Le jeu offensif lyonnais a clairement penché à droite, et la comparaison avec un Toko-Ekambi encore une fois décevant est claire. Avec des joueurs fins techniquement, on peut appliquer les idées de jeu d’un entraineur comme Peter Bosz. Nul doute que ce système sera reconduit, premiers éléments de réponse le 12 septembre lors de réception de Strasbourg.

Bruno, travailleur de l’ombre tellement précieux.

La déception : Coco et Bukari, poulets sans-tête.

Avec leur qualités athlétiques, les deux joueurs offensifs auraient pu faire du mal à l’arrière garde lyonnaise. Et cette impression s’est vérifiée très tôt dans le match, Bukari faisant vivre un calvaire à Emerson sur son coté droit. Mais comme dit dans le titre, ses prises de vitesse se sont rarement soldées par des actions dangereuses, les deux attaquants n’arrivant pas à garder la lucidité nécessaire pour bien utiliser le ballon. Des chutes, des passes imprécises, Simon et Blas auraient bien besoin de plus de qualités et de QI football pour pouvoir porter cette équipe nantaise.

Un première victoire acquise dans la douleur mais la saison des Lyonnais est enfin lancée, même s’il reste de nombreux points sur lesquels travailler pour encore plus maitriser leur sujet et tuer les matchs sans se faire peur. Pour les nantais, les joueurs peuvent avoir des regrets, mais il faudra vite se ressaisir lors de la réception de Nice lors de la prochaine journée.

Cet article vous a plu ? Retrouvez nous sur Facebook (Le Club 115) et sur Twitter (@LeClub115

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page