Le Décrassage Liga #1 : Embouteillage en haut du classement.

C’est le nouveau rendez-vous du Club. Chaque lundi nous vous proposerons un récapitulatif de ce qu’il s’est passé dans les différents championnats européens. Tendances, joueurs, on dégage les gros points importants après chaque journée. Et en Liga ce lundi, plusieurs enseignements sont à tirer.

Real, Barça, Atletico, les favoris enchainent en souffrance.

Dans ce début de saison chamboulé par les départs importants dans les grands clubs historiques que sont le Real et le Barça, il est intéressant de voir comment ces deux équipes commencent leur championnat. Le Real entre dans une nouvelle ère avec Ancelotti à sa tête, sans Ramos et Varane partis cet été, tandis que le Barça si vous ne le savez pas encore a perdu Lionel Messi, parti au Paris Saint-Germain, et se trouve dans une situation économique tendue qui affecte la politique sportive du club. La priorité donnée au dégraissage de l’effectif, le club n’a pas pu se renforcer cet été mise à part les arrivées libres d’Eric Garcia, Depay ou Aguero. L’Atletico Madrid a passé un été beaucoup plus tranquille que les deux autres, avec le recrutement intelligent de Rodrigo De Paul et de Matheus Cunha sans perdre personne.

Mais après 3 journées, les trois clubs répondent présent, mais montrent des difficultés lors de leurs matchs. Ce week-end le Real a gagné 1-0 au Betis au terme d’un match disputé, le Barça a disposé de Getafe 2-1 difficilement et l’Atletico est passé à deux doigts de la défaite à domicile contre Villarreal, ramenant le match nul 2-2 grâce à l’inspiration de Mandi. Deux victoires et un match nul mais des impressions similaires, avec des équipes qui ronronnent, qui se mettent en marche mais qui restent fragiles. Sauvés par les individualités (Benzema, Vinicius pour le Real ou Depay pour le Barça), ils doivent encore trouver leur dynamique collective. Nul doute que ces trois clubs monteront en puissance au fil des matchs, mais ils devront faire face à une concurrence très sérieuse.

Valence, Majorque et Séville, trouble-fêtes?

La beauté de ce championnat espagnol cette saison, c’est qu’elle promet d’être serrée, peut être la plus homogène depuis de nombreuses années. Et des équipes pourraient bien profiter des doutes présents dans les têtes des favoris pour jouer crânement leur chance. C’est le cas pour le moment de Majorque, Séville et Valence, qui pointent eux-aussi tout en haut du classement avec 7 points. Si voir Séville à cette place n’est plus une surprise, c’est un peu moins évident avec Valence et Majorque. En grande difficulté financière depuis plusieurs années, le club de Peter Lim remonte la pente et propose un jeu plaisant et ambitieux. La montée en puissance de Carlos Soler n’y est pas pour rien, encore buteur ce week-end. L’ancien parisien Guedes s’éclate lui aussi après quelques saisons d’adaptation, lui aussi buteur mais aussi passeur sur le but de Soler lors de la nette victoire 3-0 sur Alavés.

Daniel Wass a lui aussi participé à la fête ce week-end.

Le promu Majorque réalise lui aussi un excellent début de saison, avec cette dernière victoire 1-0 contre un autre promu, l’Espanyol Barcelone et se retrouve 6ème à égalité avec les cadors de la Liga. Lors d’un match ouvert et globalement dominé par le club des Baléares, Dani Rodriguez a marqué le but victorieux à la 27′. Majorque peut compter sur le jeune espoir Kubo prêté par le Real Madrid qui a été partout ce week-end. Avec la probable arrivée de Lee Kang-In libre en provenance de Valence, Majorque peut compter sur un effectif au niveau pour espérer le maintien cette saison, et peut-être même un peu plus ?

Les Joueurs : Benzema et Griezmann, le grand écart.

Les deux leaders offensifs de l’équipe de France réalisent un début de saison diamétralement opposé. L’attaquant du Réal Madrid s’inscrit dans la continuité de sa saison dernière déjà très bonne en étant impliqué sur 5 des 8 buts madrilènes (2 buts et 3 passes décisives en Liga dont celle pour Carvajal ce week-end) et il est rapporté que sans son apport, le Real aurait 3 points de moins au classement. Quelques jours après la prolongation de son contrat, KB9 endosse encore parfaitement le costume de leader offensif du Real et sera peut-être en route pour son premier trophée de Pichichi de sa carrière, en tout cas la voie est un peu plus libre après le départ de Messi. Depuis le transfert de Ronaldo à la Juve, le français a terminé 2ème durant 3 saisons consécutives.

Voir aussi : Vinicius peut-il s’imposer au Real Madrid?

Benzema Carvajal, duo gagnant ce week-end.

De l’autre coté, Antoine Griezmann vit un véritable calvaire sur le front de l’attaque du FC Barcelone cette saison. Alors qu’on pouvait le penser libéré après le départ de Messi, au contraire le français semble s’enfoncer dans la médiocrité, journée après journée. Encore contre Getafe il était le maillon faible de l’attaque barcelonaise, Depay et Braithwaite montrant beaucoup plus de choses sur le terrain. Sifflé par les socios du Barça ce dimanche, il a cependant été soutenu par son entraineur.

« On peut siffler s’il n’a pas la bonne attitude ou s’il ne travaille pas, mais Antoine a eu des difficultés dans le jeu. Il n’a pas eu autant d’opportunités qu’on peut l’espérer, mais ce n’est qu’un match. »

« On peut lui demander de marquer quatre buts… Mais on n’a pas non plus créé les situations pour lui. Au contraire en seconde période, on a perdu beaucoup de ballons. »

En 72 minutes de jeu, les stats du français parlent d’elles-mêmes :

  • 0 Buts marqués
  • 0 Passes décisives
  • 0 Tirs
  • 0 Passes clés
  • 0 Dribbles réussis
  • 8 Pertes de balles

Pire encore, depuis le début de la saison vous pouvez garder les mêmes statistiques, mais ajouter 2 dribbles réussis et 33 (!!) pertes de balle. Bilan très inquiétant pour lui avant de retrouver Clairefontaine. Avec un choc contre le FC Séville lors de la prochaine journée, le Barça aura besoin de lui et le retour dans l’équipe d’Ansu Fati pourrait bien affecter le temps de jeu du français.

Une troisième journée de Liga qui a confirmé les observations du début de saison, avec une claire différence entre les équipes qui jouent la première partie de tableau et les autres. Alavés, Getafe ou le Celta Vigo sont déjà en difficulté et le Betis Seville et Villarreal doivent se ressaisir pour rêver d’Europe la saison prochaine. La trêve internationale qui s’annonce va faire du bien aux organismes, et permettre aux équipe de travailler pour s’améliorer, ou juste redresser la barre.

Cet article vous a plu ? Retrouvez nous sur Facebook (Le Club 115) et sur Twitter (@LeClub115

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page