France – Bosnie-Herzégovine : L’équipe de France manque sa rentrée face à la Bosnie !

Deux mois après sa décevante élimination en huitièmes de finale de l’Euro face à la Suisse, l’équipe de France a affronté ce soir la Bosnie-Herzégovine. Malheureusement pour les Bleus, ce quatrième match de qualification pour la Coupe du Monde 2022 s’est à nouveau soldé par une déception : les hommes de Deschamps, favoris, n’ont pu faire mieux que match nul (1-1) face à la « Zmajevi ».

Une première mi-temps équilibrée

A l’entame de match, l’équipe de France a d’abord montré un visage intéressant. Revanchards, les Bleus ont mis de l’allant dans les duels, ont tenté à plusieurs reprises de déborder par les ailes et de placer sur orbite le trio d’attaque Mbappé-Griezmann-Benzema. Une tactique anticipée par la Bosnie, bien repliée dans sa surface avec une défense composée de cinq sentinelles prêtes à tout pour conserver la cage de Ibrahim Sehic inviolée. Un objectif atteint à la demi-heure de jeu, puisque la France, qui domine dans le jeu avec une possession de balle largement supérieure, n’est pas parvenue à trouver la faille dans le bloc bosnien, compact, soudé, solidaire et efficace.

Mieux encore, à la 36e minute de jeu la Bosnie ouvre le score par l’intermédiaire de l’inévitable Edin Dzeko, auteur d’une frappe puissante à raz de terre qui file entre les jambes de Kimpembe avant de tromper Hugo Lloris sur sa gauche. Le tout après une perte de balle malheureuse de Thomas Lemar au milieu de terrain, récupérée et transmise par Demirovic au « diamant bosniaque ». Celui-ci n’a pas manqué de rappeler, une énième fois, qu’il ne lui faut pas 36 occasions pour marquer.

Edin Dzeko a porté la Bosnie face à la France !

Le but de Dzeko a au moins eu le mérite de piquer l’orgueil des Français qui redoublent d’effort pour mettre la pression sur le bloc bosnien, déjà mis à mal par Mbappé à plusieurs reprises. Sur son côté gauche, le parisien a en effet multiplié les sprints, les débordements et les crochets, sans parvenir à marquer pour autant. Poussée par un stade de la Meinau rempli et effervescent, comme de coutume, l’équipe de France parvient finalement à revenir au score juste avant la pause (40e minute de jeu). Sur un corner frappé par Mbappé, le ballon échoue sur la tête de Dzeko avant de rebondir sur Griezmann, puis la cuisse d’Hadzikadunic… une belle partie de billard qui suffit à tromper Ibrahim Sehic !

A la mi-temps, les deux adversaires sont dos à dos, mais la première période a révélé plusieurs insuffisances dans les rangs français. Au milieu de terrain d’abord, avec un Thomas Lemar peu à son aise, mais aussi en attaque, où Benzema s’est fait particulièrement discret. De manière générale, malgré quelques occasions franches, comme la frappe de Mbappé sur le poteau (27e), la France, pourtant maitresse du ballon avec 67% de possession de balle, n’est parvenue que trop rarement à insuffler du danger sur les buts adverses.

L’exclusion de Koundé : le tournant du match

Pour les Bleus, l’affaire se complique au retour des vestiaires. A la 50e minute, Jules Koundé est coupable d’un tacle glissé à retardement sur Kolasinac, blessé sur l’action, et écope d’un carton rouge direct après intervention du VAR. Une nouvelle fois titularisé au poste de défenseur droit, la faute grossière du défenseur central de métier plombe l’équipe de France, dorénavant en infériorité numérique. Dès lors, les hommes de Didier Deschamps jouent avec les moyens du bord, laissant d’avantage la possession aux Bosniaques, concédant plusieurs occasions, le tout sans réellement inquiéter une seule fois le gardien adverse.

En face, la Bosnie, craignant toujours la vitesse des attaquants français, conserve sa défense à cinq et ne prend que peu de risques. Elle contient bien les velléités françaises, sous l’impulsion d’un capitaine Dzeko exemplaire, capable seul contre tous de remonter la balle depuis sa propre surface pour donner de l’air à ses défenseurs. Ainsi, le score ne bougera plus puisqu’aucune des deux formations n’a cadré de tir dans ce deuxième acte : 1-1 entre la France et la Bosnie. Une rentrée mitigée pour les Bleus, qui ont évolué près de la moitié de la rencontre à 10 contre 11, ce qui ne leur a certes pas facilité la tâche.

Bons premiers malgré tout

Mais Didier Deschamps le sait : face au Kazakhstan dans trois jours, ses hommes auront grand intérêt à faire mieux. Toujours première du groupe D avec 8 points malgré ce nouveau coup d’arrêt (2 victoires et 2 nuls), la France possède désormais 4 points d’avance sur son dauphin ukrainien. La Bosnie-Herzégovine arrache quant à elle un deuxième match nul et possède donc deux points au compteur, soit autant que le Kazakhstan et la Finlande.

Alexis Kopp

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page