BO-UBB (27-15) : Un 15 avril 1912 pour Bordeaux-Bègles

C’était l’ouverture du Top 14 ce samedi à 14h sur la pelouse d’Aguiléra ou le promu biarrot recevait le demi-finaliste bordelais de la saison dernière. Si nous prédisions une victoire de l’UBB plus tôt dans la semaine nous n’avions pas prévu que les Bordelais s’heurteraient à un iceberg sur l’autoroute A63 reliant la région bordelaise au Pays Basque.

Matthieu Jalibert n’a pas réussi à faire la différence pour l’UBB (© AFP – Gaizka Iroz)

L’UBB n’a jamais rien espéré


Avant de nous arrêter sur les raisons de cet échec, penchons-nous sur le déroulé de la rencontre. La première mi-temps est exclusivement en faveur des joueurs du club promu en Top 14. Après avoir échoué plusieurs fois à marquer un essai en début de match, les hommes de Steffon Armitage choisissent de prendre les points et ouvrent le score : 3-0.

Le BO continue de dominer et Saili distribue les cartouches dont une qui fait gicler le ballon des mains d’un bordelais récupéré par Hirigoyen qui court à l’essai mais se fait rattraper. Un ruck se forme et Couilloud sert la recrue Herron qui va marquer d’un crochet intérieur. L’UBB est KO debout mais parvient à débloquer son compteur par Jalibert avant de se prendre un nouveau crochet du droit sur un maul ou le talonneur basque Peyresblanques aplatit en terre promise. Mi-temps : 17-3.

Christophe Urios, furieux, remotive ses troupes pour la seconde mi-temps qui attaque fort et sont proches de marquer un essai qui les relancerait. Il n’en est rien, un ballon cafouillé dans les 22m basque permet à Lonca de marquer un essai de 70 mètres seul face à son ancienne équipe : 24-3. Une nouvelle pénalité de l’ancien Quins met les Bordelais à 24 longueurs. Un réveil tardif des joueurs de Christophe Urios leur permettra de réduire le score et de priver les locaux du bonus offensif. Score final : 27-15. Un début de saison catastrophique pour les Bordelais.

Bordeaux trop confiant ?


L’UBB n’a jamais espéré gagner ce match. Ils ont été dominés du début à la fin et les deux essais en fin de match ne doivent pas être l’arbre qui cache la forêt pour Christophe Urios. Si depuis l’annonce du calendrier, les Bordelais n’ont cessé d’annoncer qu’ils ne prendraient pas de haut leur premier adversaire de la saison, leur victoire face à cette même équipe en amical (28-7) a peut-être installé un climat de confiance dans l’esprit des triples demi-finalistes de la saison dernière. Il y a fort à parier que cette confiance était inconsciente du côté des joueurs menés par Jefferson Poirot mais cela leur a coûté une entame ratée face à la furia biarrote qui les a empêché de rentrer dans ce math proprement.

La faillite des cadres de l’UBB


Alors que nous vous proposons également les notes des joueurs du BO, nous allons nous attarder sur quelques contre-performances des visiteurs d’Aguiléra. La première qui nous vient en tête est celle de l’ouvreur international Matthieu Jalibert. On connaît la fougue de ce joueur qui peut déclencher une action sur un coup de génie et débloquer la situation. Cet après-midi, derrière un pack pourtant pas outrageusement dominé, il a confondu vitesse et précipitation tentant d’accélérer inutilement le jeu face à une ligne défensive très en place mené par le sécateur d’Aguiléra : Francis Saili.

Un autre cadre qui a failli aujourd’hui n’est autre que l’expérimenté Louis Picamoles. Arrivé en cours de saison passée au club, le Montpelliérain de formation n’a pas apporté son expérience pour calmer ses partenaires pendant la tempête rouge et blanche. Il n’a pas non plus pesé dans le jeu ou il n’a pas touché autant de ballon qu’attendu et n’a pas progressé à l’impact.

Nous pourrions également citer toute l’équipe titulaire bordelaise qui n’a jamais inquiété son adversaire du jour et ce à tous les étages du terrain. Certaines éclaircis sont cependant à noter avec l’entrée de l’ancien Biarrot Maxime Lucu qui a tenté de dynamiser le jeu de son équipe mais s’est retrouvé seul navigateur avec un compas au milieu d’un océan de solitude.

La décla d’Urios : « Aujourd’hui je n’ai pas vu d’équipe de Bordeaux sur le terrain. Pour gagner un match de rugby, il faut de l’abnégation, de l’engagement, une grosse paire de couille et c’est le BO qui avait ces ingrédients là aujourd’hui »

What’s next pour Bordeaux ?


L’UBB recevra samedi prochain le Stade Français qui ouvre sa saison ce samedi à 18h15 face à son voisin le Racing 92. Défaite interdite déjà pour les Bordelais qui doivent s’imposer chez eux face à un concurrent au top 6.

Cet article vous a plu ? Retrouvez nous sur Facebook (Le Club 115) et sur Twitter (@LeClub115

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page