Les difficultés rochelaises décryptées en 5 points

Les joueurs de Ronan O’Gara se sont inclinés pour la deuxième fois en autant de rencontre ce samedi soir, à Nanterre, face au Racing 92 (23-10). Si dans le contenu les Rochelais ont été fidèles à eux même et ont montré de belles choses sur le terrain, ils ne sont pas encore parvenus à transformer ces belles promesses en victoire.

Ihaia West n’est pas plus en réussite que Jules Plisson face aux perches

Déjà défait dimanche dernier à Marcel-Deflandre par leur bête noire toulousaine, les Maritimes ont perdu face au Racing 92 et donc face à leur deuxième grand concurrent pour le titre de champion de France. Un départ sur de mauvaises bases pour une équipe aux ambitions de titres clairement affichées. Décryptage en cinq points des difficultés actuelles des vices champions d’Europe et de France.

1. Pas de buteur fiable


C’est ce qui fait mal aux maritimes depuis ce début de saison. Douze points laissés au pied le week-end dernier et six aujourd’hui. Si lors de la rencontre face au Stade Toulousain, ces points auraient pu permettre aux protégés de Vincent Merling de l’emporter, ils se seraient aussi avérés précieux pour s’approcher des clous du bonus défensif en fin de match hier.

Un problème déjà récurrent chez les Rochelais dans les matchs couperets la saison dernière, à l’image de la dernière finale de Ihaia West. Le club n’est cependant pas aveugle et l’a compris. Selon les rumeurs récentes, le staff serait prêt à laisser partir ses deux ouvreurs titulaires du poste, à savoir Jules Plisson et Ihaia West pour en recruter deux autres. Les noms de Antoine Hastoy, auteur d’un 100% au pied face au LOU ce samedi, et d’Antoine Gibert sont déjà étudiés. Affaire à suivre au cours de la saison pour le mercato des maritimes. 

2. La stérilité offensive


Depuis leur retour dans l’élite du rugby français lors de la saison 2014-2015, les Rochelais se sont construits une réputation d’équipe très joueuses. En 2016-2017, certains parlaient par exemple « de jeu à la Rochelaise », en référence au jeu à la Toulousaine, bien pâle à ce moment-là. En deux matches, le Stade n’a pourtant franchi qu’à deux reprises la ligne de but de ses adversaires.

Si cette valeur de deux essais en deux rencontres est à mettre en parallèle des adversaires des Maritimes, c’est surtout la stérilité offensive qui pose question à La Rochelle. Face au racing, seulement trois points en première mi-temps en quatre offensives dans les quinze mètres franciliens. La défense du Racing 92 a fait un très grand match samedi soir, mais certains choix rochelais ont interrogé.

On note une obstination à vouloir marquer un essai en reprenant la touche face à Toulouse ou la mêlée hier soir à la suite de pénalités qui pourraient donner trois points « faciles » (On vous renvoie au paragraphe précédent). Il faut à tout prix devenir plus tranchant, plus tueur comme la saison dernière, pour enfin capitaliser les nombreux temps-fors qui ont le mérite d’exister.

De nombreux absents


Ce n’est pas une excuse car toutes les équipes ont des joueurs absents en ce début de saison mais il est vrai que La Rochelle se retrouve amputé de nombreux joueurs et notamment dans la ligne de trois-quarts. L’absence des deux centres Danty et Botia obligent Ronan O’Gara à placer Rhule en deuxième centre, alors qu’il est plus souvent utilisé à l’aile.

De même, la présence de Popelin à l’arrière sur les deux premières journées est imputable à l’absence de Brice Dulin. Ce soir c’est notamment la puissance du géant australien Will Skelton qui était préjudiciable aux Rochelais qui ont moins dominé devant que la saison dernière face à ces mêmes racingmen.

Deux autres absences de joueurs de marque sont également à noter côté maritime. La première est celle d’Arthur Rétière qui permet de donner beaucoup de profondeur et de constance aux feuilles de matchs Rochelaises. Enfin, celle qui semble la plus importante pour nous est celle de Tawera Kerr-Barlow, le maître à jouer du jeu de son équipe. Un des tout meilleurs demis de mêlée du monde qui mène parfaitement son pack à la baguette depuis plusieurs saisons dans la cité libéré par le Cardinal Richelieu.

Son retour fera énormément de bien à son équipe et tous les amateurs de rugby s’impatientent de le voir revenir tant il anime magnifiquement le rugby maritime. Enfin, une nouvelle absence va s’ajouter côté rochelais avec la blessure du jeune espagnol Martin Alonso Munoz blessé à l’épaule sur sa tentative d’essai. Une perte pour les joueurs de Ronan O’Gara, tant le jeune joueur s’était montré en jambe depuis le début de saison. 

Aucun match amical cet été


C’était une première de l’ère professionnelle du rugby. Un club de première division française avait fait le choix de ne jouer aucun match de préparation si ce n’est une opposition réelle au sein même du club. Si elle était défendable avant la reprise, cette décision peut faire grincer des dents aujourd’hui. Le manque de rythme des joueurs rochelais en fin de rencontre a coûté cher depuis le coup d’envoi de la nouvelle saison.

C’est à ce moment là qu’ils ont soit pris un retard décisif, soit ont perdu la tête au score. C’est aussi dans les vingt dernières minutes que les fautes qui amènent le rouge de Skelton et l’essai de pénalité du Racing ont eu lieu. Après deux matchs d’une telle intensité, on peut se dire que le rythme est pris mais pas les points.

Des éclaircis dans le ciel de l’Atlantique


Il est vrai que La Rochelle a perdu ses deux premières rencontres et se retrouve treizième. Mais regarder le classement après deux matchs fait autant de sens que de rechercher un sous-marin en regardant dans les airs. Il y a plusieurs bonnes choses à noter pour Ronan O’Gara à l’aube de faire un premier bilan. On peut citer la discipline rochelaise qui n’a concédé qu’une seule pénalité en première mi-temps à la Paris La Défense Arena. Le jeu debout est également toujours le gros point fort, et a notamment permis d’inscrire un essai face au Racing après avoir mis en difficulté la défense toulousaine dimanche dernier.

Il va cependant falloir se reprendre et gagner des matches dès la semaine prochaine, avec un déplacement périlleux le week-end prochain à Clermont, chez la bête blessée auvergnate. Une victoire est impérative pour lancer la saison et ne pas devenir une copie de l’Équipe de France de Guy Novès qui perdait magnifiquement… Mais perdait. 

Cet article vous a plu ? Retrouvez nous sur Facebook (Le Club 115) et sur Twitter (@LeClub115

One thought on “Les difficultés rochelaises décryptées en 5 points

  1.  » la cité libéré par le cardinal Richelieu  » Le cardinal de Richelieu a assiégé La Rochelle qui a du capituler. Seulement 5400 survivants sur 28OOO habitants. Ce n’est pas une libération ! Mais un carnage.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page
Powered By
CHP Adblock Detector Plugin | Codehelppro