Lyon – Strasbourg : Pas d’exploit pour le Racing, l’OL poursuit sa remontée !

L’Olympique lyonnais s’est imposé 3-1 face au Racing Club de Strasbourg en clôture de la cinquième journée de Ligue 1. Dans une rencontre qui s’est véritablement débridée en deuxième période, les Strasbourgeois ont été trop maladroits devant les buts pour espérer faire illusion face à des Gones bien décidés à effacer un début de saison poussif. Longtemps leaders au score avec seulement un but d’avance, les Lyonnais ont donc fini par faire craquer leur adversaire du soir.  

Une première mi-temps timorée

A la huitième minute de jeu, Moussa Dembélé a réalisé un enchainement magnifique pour marquer le but du 1-0

Julien Stéphan l’avait assuré en conférence de presse la semaine précédente, Strasbourg se déplaçait à Lyon avec de l’ambition : « On ne va pas à Lyon pour subir pendant 90 minutes. Ce serait suicidaire de se regrouper dans nos 30 derniers mètres et puis ça ne nous ressemble pas ». Avant match, les statistiques parlaient cependant en faveur de Lyon, puisque L’OL était invaincu lors de ses 21 derniers matches à domicile contre Strasbourg en Ligue 1 (15 victoires, 6 nuls), depuis la victoire des Alsaciens 2-0 le 24 août 1979.

Et rapidement, les hommes de Peter Bosz ont montré qu’ils étaient bien décidés à faire durer cette série. En effet, dès la huitième minute de jeu, sur la première action du match, l’attaquant Moussa Dembélé a ouvert le score de la plus belle des manières. Sur une ouverture lumineuse de Bruno Guimarães, finalement titularisé, le français est parvenu à contrôler la balle avec la poitrine avant d’enchainer par une splendide reprise de volée qui a terminé sa trajectoire en pleine lucarne gauche ! Un éclair de génie dans une première par ailleurs mi-temps bien terne.

De fait, dans une atmosphère explosive saturée de fumigènes, les 22 acteurs ont d’abord paru empruntés. Peu mobiles mais bien en place, les blocs lyonnais et strasbourgeois se sont jaugés par de petites accélération, sans trop prendre le risque de se découvrir. Qui plus est, nombreuses furent les approximations techniques au cours des premières minutes de jeu, avec notamment de multiples pertes de balles d’un côté comme de l’autre. A contrario, les actions de but furent quant à elles plutôt rares.

Jean-Ricner Bellegarde à la lutte avec Xherdan Shaqiri, titularisé pour la première fois sous les couleurs lyonnaises.

Positionnés haut sur le terrain, les Lyonnais ont donc essayé de travailler le bloc strasbourgeois en jouant de nombreux ballons dans la profondeur, à destination des ailiers et surtout de Moussa Dembélé, véritable point de fixation pour Bruno Guimarães et Xherdan Shaqiri, auteurs de nombreuses ouvertures intéressantes. « On savait que les Strasbourgeois avaient des petits problèmes dans la profondeur, a expliqué Dembélé au micro d’Amazon Prime, après la rencontre. Donc on a essayé de jouer sur nos points forts. Concernant mon but, j’ai fait l’appel et j’ai contrôlé, j’ai vu que la balle était parfaite pour enchaîner avec le pied gauche et j’ai pensé à cadrer et voilà, ça finit au fond ».

Suffisant pour mener au score. Mais face à des Alsaciens disciplinés et attentif en défense, l’OL n’est plus parvenu ensuite à inquiéter Matz Selz avant la pause, malgré quelques occasions, toutes mal négociées (31e et 44e minutes de jeu). Restant ainsi sous la menace des Strasbourgeois, qui n’ont pas manqué de faire passer quelques frissons dans les tribunes bondés du Groupama Stadium, notamment lorsque la frappe rasante de Sanjin Prcic est allée lécher le montant droit d’Anthony Lopes (22e).

Au retour des vestiaires, Lyon avait les crocs

Changement d’ambiance au retour des vestiaires. Avec 62% de possession de balle à la pause mais un seul tir cadré (le seul de la première période !), les Gones ont décidé d’accélérer le rythme pour se mettre définitivement à l’abri au tableau d’affichage. Aussi, dès la 48e minute, Lyon presse Strasbourg et obtient un coup-franc intéressant, à gauche de la surface de Matz Selz. Tiré par un Bruno Guimarães des grands soirs, le coup de pied arrêté est repris par Karl Toko Ekambi au premier poteau.

La parade de Seltz et le dégagement de Perrin permettent à Strasbourg de rester dans le match, puisque quelques minutes plus tard Kévin Gameiro, bien lancé en profondeur, se présente à son tour face au but, balle d’égalisation au pied. Hélas pour lui, c’est bel et bien Anthony Lopes qui remporte ce duel capital, stoppant la frappe de l’ancien parisien avec ses jambes !

Strasbourg a laissé passer sa chance…

Kévin Gameiro avait l’égalisation au bout du pied…

Cette fois, Strasbourg a laissé passer sa chance. Parfois intéressants dans le jeu, les Alsaciens ne sont pas parvenus à exploiter efficacement les pertes de balles lyonnaises, surtout en première période. Ainsi, à plusieurs reprises, les attaquants strasbourgeois ont manqué de réalisme, de justesse, de précision voire d’idées pour exploiter les contre-attaques ou les récupérations hautes.

Une lacune qui coûte cher au final, comme l’a relevé l’entraineur Julien Stéphan en conférence de presse d’après match : « La frustration vient surtout du fait que l’on ne valide pas nos temps forts. Nous n’avons pas été suffisamment justes dans leur surface. Nous avons manqué d’agressivité et d’intensité. En début de seconde période, nous avons manqué un face-à-face pour revenir à 1-1. […] Nous avons récupéré des ballons en première période, les bons ballons de récupération nous les avons eus. Nous avons frappé douze fois dans la surface de réparation. Face à ce type d’équipe, cela peut devenir compliqué si l’on ne valide pas ses temps forts. »

En effet, si Strasbourg manque ses occasions, ce n’est pas le cas de son adversaire du soir. Poussé par un public effervescent, les joueurs lyonnais ont fini par faire le break. Sur un corner joué en deux temps par Shaqiri et Aouar, Jason Denayer, trop seul dans la surface, place une tête imparable (65e). Dès lors, en dépit de quelques sursauts alsaciens (70e, 72e et 78e), l’affaire est pliée, encore plus lorsque Lucas Paqueta marque le but du 3-0 à la 87e minute. Portés par d’excellents Bruno Guimarães et Xherdan Shaqiri au milieu de terrain, les Lyonnais se sont montrés supérieurs techniquement en deuxième mi-temps face à des Strasbourgeois qui n’ont pas démérité pour autant, parvenant même à sauver l’honneur sur pénalty au bout du temps additionnel, par l’intermédiaire d’Habib Diallo (96e).

Pas d’exploit pour le Racing, qui n’a pas démérité en terre lyonnaise !

Ainsi, après une première période médiocre, l’OL s’est rassuré grâce à cette victoire et remonte à la septième place du classement avec 8 points. Avec un seul succès en cinq matchs, Strasbourg recule à la seizième place. Les Alsaciens ont cependant réalisé une prestation honorable que reflète mal la sévérité du score : la défense a souvent bien contenu les offensives adverses tandis que les attaquants ont su se procurer des opportunités. Il ne reste plus qu’à les marquer !

Alexis Kopp

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page