Top 14 J2 : Pau, Castres, Toulouse… Quelle victoire vous a le plus impressionné ?

Certaines équipes ont fait très forte impression à l’occasion de cette deuxième journée du Top 14. Petit tour d’horizon des plus belles victoires de ce week-end.

Pau ou le triomphe du courage et du coeur


C’est la victoire « coup de coeur » de notre rédaction. Réduits à quatorze pendant 55 minutes, à la suite d’un plaquage à l’épaule de Tagitagivalu sur Mignot, les Palois ont fait le dos rond pour l’emporter avec beaucoup de courage contre le LOU.

Forts de leur succès sur l’ASM la semaine passée, les joueurs de Pierre Mignoni étaient venus en conquérants dans le Béarn. Avec leurs chars d’assauts (Taofifenua, Marchand, Taufua…), les Lyonnais ont infligé des séquences terribles à la Section, qui n’a jamais craqué en infériorité numérique. Les Palois ont réussi 127 plaquages au total !

Antoine Hastoy a réalisé un 100% au pied et s’est offert un drop pour matérialiser la vaillance de ses partenaires. Harcelé, piégé, Lyon devait assuré le bonus défensif en tentant une pénalité en fin de match par Léo Berdeu. Pau a été grand !

Toulouse, quand l’exceptionnel devient la norme


41 à 10 contre Toulon, le Stade Toulousain ne semble jamais rassasié. Certes, ce Toulon là était encore privé de ses joueurs cadres (Etzebeth, Ollivon, Serin… Kolbe). Mais les hommes d’Ugo Mola sont à un niveau rarement aperçu en France.

Le bonus offensif était déjà assuré à la pause, et les ressources semblent inépuisables, comme en témoigne la sortie d’Alban Placines remplacé par Anthony Jelonch. Si cela ne signifie pas que Toulouse sera champion en fin de saison, l’équipe semble au dessus de toutes les autres écuries du championnat.

Face au RCT, Tolofua, Ramos, Holmes, Placines, Lebel et Mauvaka ont franchi la ligne. Certains trouveront même à redire : Toulouse aurait pu marquer encore plus sur ce match. Mais cela semble déjà en dire très long sur la force de ce groupe…

Perpignan signe la victoire capitale du week-end


Après son revers à Brive (36-15), l’USAP défiait un BO en confiance suite à sa victoire sur l’UBB (27-15). A Aimé-Giral, les Catalans ont pu s’appuyer sur le retour de leur public mais aussi de Melvyn Jaminet pour remporter un match qui semblait déjà vital pour la bonne poursuite de leur saison.

Malgré quelques séquences biarrotes intéressantes, les Catalans ont su résister et placer quelques banderilles au bon moment. De retour au poste d’ouvreur, Tedder s’est offert un essai magnifique pour conclure une belle action collective.

Une victoire confortable (33-20) sur un adversaire direct pour le maintien qui permettra de préparer sereinement le déplacement à Lyon la semaine prochaine. Les supporters sont rassurés : cet USAP sera meilleur que celui du terrible exercice 2019.

Castres : la témérité tarnaise prime à Michelin


Qui a dit que Castres n’avait pas de panache ? En Auvergne, les joueurs de Broncan ont frappé les Auvergnats en plein coeur, en l’emportant dans les derniers instants grâce à un essai de Kornath. Castres ne s’est pas déplacé pour jouer petits bras et a été récompensé de ses bonnes intentions !

En fin de première période, alors que le staff tarnais réclamait les trois points, le CO mettaient successivement à la faute son adversaire en jouant à la main près de sa ligne. Deux minutes après la sirènes, il finissait par franchir la ligne grâce à Cocagi.

Deux matches, deux victoires pour une équipe castraise déterminée à ne pas prendre autant de retard dans la course aux six premières places que la saison passée. Sur leur lancée de leur superbe année 2021, les coéquipiers de Rory Kockott pourraient bien être le pire cauchemar des grosses écuries du championnat.

Jalibert justifie le prix du billet


D’abord poussive (6-0 à la pause et un maximum d’ennui), l’UBB a relevé la tête en deuxième mi-temps pour éparpiller façon puzzle le Stade Français Paris (37-10). Et son réveil, Bordeaux le doit principalement à un homme : Matthieu Jalibert.

L’ouvreur international a éclaboussé la rencontre de sa classe, et a justifié le prix du billet de chaque spectateur de Chaban. A l’initiative du premier essai de Ducuing (53′), il s’est aussi montré décisif sur le deuxième essai de Lam (60′), puis de Seuteni (75′). Une performance XXL pour un jeune joueur (23 ans) déjà hors-norme.

Cet article vous a plu ? Retrouvez nous sur Facebook (Le Club 115) et sur Twitter (@LeClub115

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page