Pourquoi le Bayern Munich est-il le club européen le plus constant ?

Après sa large victoire sur la pelouse de la Red Bull Arena face à Leipzig samedi (4-1), le Bayern Munich se déplace ce soir au Camp Nou pour y défier le FC Barcelone. Comme tous les ans depuis une décennie, les champions d’Europe 2020 font partie des grands favoris de la compétition. Mais quels sont les éléments qui expliquent une telle constance au plus haut niveau ?

En août 2020, le Bayern Munich soulevait la sixième ligue des champions de son histoire (Getty image)

Un championnat taillé à sa mesure pour briller en Europe


Champion d’Allemagne tous les ans depuis la saison 2012-2013, le Bayern Munich n’a pas d’égal en Bundesliga. Face au Borussia Dortmund, au RB Leipzig, au Bayer Leverkusen ou à Gladbach, le Rekordmeister peut cependant s’étalonner face à des oppositions solides et qui ne ferment jamais le jeu.

Contrairement à une équipe comme le Paris SG, le FCB n’a jamais été surpris par l’intensité d’un match de Ligue des Champions. La Bundesliga le prépare d’autant mieux aux joutes européennes, qu’elle compte 34 journées et permet donc une trêve d’un mois en plein coeur de l’hiver, pour recharger les batteries.

Mais la mainmise du Bayern sur son championnat a aussi un autre avantage : celui d’être le club le plus attractif pour attirer les plus grandes pépites évoluant en Allemagne. C’est à ce moment que rentre en jeu un élément central de la réussite du club : sa politique de recrutement.

La rationalité de sa politique de recrutement


Le Bayern Munich est sans aucun doute le club européen le plus doué pour se renforcer. Son pouvoir d’attraction lui a permis d’attirer gratuitement de nombreux joueurs en fin de contrat ces dernières années, comme Robert Lewandowski, Leon Goretzka, Sebastien Rudy, Alexander Nübel et d’autres.

Contrairement aux écuries anglaises, espagnoles ou au PSG, les Bavarois dépensent rarement des sommes folles sur le marché des transferts. Lucas Hernandez est la recrue la plus chère de l’histoire du club (80 millions d’euros) loin devant Leroy Sané (45 millions).

Le Bayern recrute toujours à prix raisonnable des joueurs capables de s’inscrire au club dans la durée et de se fondre dans le collectif. Le recrutement de Marcel Sabitzer pour seulement 16 millions d’euros en est la dernière et parfaite illustration. Peu d’erreur majeure de casting sont aussi à déplorer ces dernières années.

Son indépendance économique


« Nous dépensons seulement ce que nous gagnons », voici le nerf de l’indépendance économique du FCB exprimé régulièrement par chacun de ses dirigeants. Sans recourir à un grand mécène ou à un Etat du Golfe, le Bayern s’est construit un empire financier. Son budget annuel est estimé à 650 millions d’euros.

Des multinationales allemandes soutiennent le club, comme Allianz, Adidas ou Audi. Le club compte aussi sur le sponsoring de grandes sociétés comme HypoVereinsbank, Paulaner ou SAP. Il a donc multiplié ses sources de revenus pour ne pas être dépendant d’un seul agent économique. La construction de l’Allianz Arena, dans laquelle il évolue toujours à guichet fermé depuis 2006, lui permet aussi d’être propriétaire de 100% des revenus qu’il génère (billetterie, restauration, musée).

Au total, le Bayern tire 54% de ses revenus de ses activités commerciales (sponsoring, merchandising), 32% des droits TV et 14% de l’Allianz Arena. Le club a vu son chiffre d’affaire croitre significativement ces dernières années. Entre 2005 et 2014, il n’a cessé de grandir financièrement pour se mettre au niveau des géants de Premier League et de Liga. C’est en tout cas ce que nous montre ce graphique :

Le Bayern Munich a ensuite vu ses revenus passer de 474 millions d’euros à 660 millions entre 2015 et 2019. Il est donc très fort financièrement, et ne semble pour le moment pas pouvoir connaître des crises économiques comme celles que traversent actuellement certains cadors (FC Barcelone, Juventus, Inter…). La constance sportive du club est donc inamovible de son indépendance financière.

Des figures d’identification à tous les étages du club


C’est l’un des charmes de ce club mais aussi l’une de ses forces. A tous les niveaux, les supporters peuvent retrouver un personnage qui a marqué l’histoire du club. On pense par exemple à son Président d’honneur, Uli Hoeness, figure marquante du FCB dans les années 70, et qui est toujours très proche des joueurs. Il a par exemple remis en scelle Arjen Robben après son année 2012 terrible, et a récemment invité Leroy Sané chez lui pour discuter de ses performances.

Légendaire gardien du FCB dans les années 2000, Oliver Kahn a succédé à une autre légende, Karl-Heinz Rummenigge en tant que Président du conseil exécutif. Le nouveau coach Julian Nagelsmann est Bavarois, et quelques joueurs de l’équipe première sont eux-mêmes supporters du Bayern depuis leur enfance. C’est par exemple le cas de Thomas Müller ou de Marcel Sabitzer.

Le Bayern s’appuie aussi sur des joueurs de caractère sur le terrain, comme Franz Beckenbauer, Oliver Kahn, Bastian Schweinsteiger ou plus récemment Joshua Kimmich pour être toujours affamé de victoires.

Ces figures permettent de faire ressentir le poids du maillot sur les épaules de chaque joueurs et donc de les pousser à donner le meilleur. Elles sont aussi des passages à témoins de génération en génération afin de pérenniser le club aux sommets du football allemand et européen.

Un encrage local très fort


Bayern signifie Bavière en allemand. Ce n’est donc pas pour rien que le club a un encrage local très fort. Avant la crise sanitaire, il participait chaque été à un match de gala avec un club amateur de la région. Sa devise « Mia san mia » (nous sommes ce que nous sommes) est en langue bavaroise et témoigne d’un certain état d’esprit.

La traditionnel photo annuelle du club en tenue bavaroise pour son sponsor Paulaner.

Le Bayern Munich compte 293 000 membres du club, 358 000 membres de Fan-club et 4500 Fan-club. Ce soutien populaire extrêmement important permet aussi aux joueurs de sentir l’engouement du peuple bavarois derrière eux. Une force qui se propage progressivement hors d’Allemagne. Lors de ses dernières tournées aux États-Unis ou en Asie, le Bayern a pu compter sur le fort soutien de milliers de personnes.

A écouter : FC Bayern, Stern des Südens (FC Bayern, étoile du sud).

Depuis une dizaine d’années, ce n’est donc pas un hasard si le Bayern est le seul club à remporter chaque année son championnat domestique. Ce n’en est pas non plus un, s’il est le seul à avoir systématiquement fait partie des grands favoris de la Ligue des Champions, si ce n’est de l’édition 2020, qu’il a finalement remporté.

Cet article vous a plu ? Retrouvez nous sur Facebook (Le Club 115) et sur Twitter (@LeClub115

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page