Mais d’où vient la rivalité entre le RC Strasbourg et le FC Metz?

Ce samedi 08 janvier, les deux clubs de la région Grand Est s’affrontent lors de la 20ème journée de Ligue 1. Un derby chaud dans ce championnat qui va donner du piment à notre samedi apreès-midi. Les derbys sont présents depuis toujours dans le sport et le football français, mais quelle est l’origine de cette rivalité parmi les plus prolifiques en termes d’affrontements? On vous explique tout cela.

Un derby par défaut ?


Les derbys, les rivalités, sont très souvent associés à la proximité géographique entre deux clubs, que ce soit au sein d’une même ville comme les innombrables derbys de Londres, ou les affrontement dans les villes de Madrid, Turin, Barcelone, et j’en passe. En France nous n’avons pas ce genre d’affrontement au sein d’une ville mais les nombreuses rivalités entre clubs s’expliquent tout aussi bien par une question géographique. Parfois quelques centaines de kilomètres (pour le derby de l’Atlantique entre Bordeaux et Toulouse) ou beaucoup plus proches (le derby du Nord par exemple), cette suprématie territoriale est bien présente en Ligue 1.

Malgré les 150 kilomètres qui séparent les deux villes de Metz et de Strasbourg, leur rivalité n’est pas moins historique et électrique. Mais au départ, rien ne laissait penser qu’une telle rivalité naitrait un jour, puisque chacun des deux clubs avait d’autres rivalités dans le football français. Pour le FC Metz, le rival le plus honni se trouve bien plus près que Strasbourg, à 53 kilomètres exactement. Alors qu’on parle maintenant de derby du Grand-Est pour les affrontement entre Metz et Strasbourg, le derby de Lorraine qui voyait s’affronter Metz et Nancy était bien plus important. Pour Strasbourg, ce sont plutôt les clubs de Colmar, de Mulhouse qui faisaient office de rivaux à l’époque où Strasbourg évoluait dans les divisions inférieures.

Avec la descente de l’AS Nancy Lorraine dans les divisions inférieures et la montée de Strasbourg dans l’élite du football français, il fallait bien se trouver un autre rival pour pouvoir asseoir sa domination territorial, et la formation de la région Grand-Est il y a peu a renforcé cette idée. Bien évidemment, on parlait déjà de l’Est de la France lorsqu’on évoquait les deux villes, mais les régions étaient distinctes, entre la Lorraine et l’Alsace. Cette unification des deux région a exacerbé la rivalité entre les deux clubs, avec beaucoup plus de sentiment d’appartenance aux anciennes régions. Le Lorrain voulant chambrer l’Alsacien, histoire de montrer quelle ancienne région est la meilleure de cette région Grand-Est.

Deux clubs néanmoins liés par l’histoire.


Lorsqu’on a commencé à parler des régions Alsace et Lorraine, vous avez forcément du avoir en tête cette bonne vieille phrase qu’on à tous entendu un jour : « Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine ! » Cette phrase faisait référence à la seconde guerre mondiale, où le territoire était un point de discorde entre allemands et français, après l’annexion allemande de cette région de France en 1871. Deux régions liées par l’Histoire, et deux clubs ayant des parcours similaires sur le plan sportif.

Dans les années 1920, les deux clubs sont au sommet de leurs championnats respectifs, la ligue de Lorraine et la Ligue d’Alsace. Ils se retrouveront même pour se disputer le titre de champion de France amateur en 1927. Avec la création de la ligue nationale de football, les deux clubs commencent à se rencontrer régulièrement, et c’est lors de la saison 1933-1934 que se joue le premier derby à proprement parler, à l’époque en Division 2. Ces affrontements se sont multipliés jusqu’à aujourd’hui, que ce soit en 1ère division (appelée maintenant Ligue 1) ou en 2ème division (Ligue 2 aujourd’hui) pour nous donner un des derbys les plus prolifiques de France, avec pas moins de 120 matchs au fil de l’Histoire.

Petite anecdote tout de même, les deux clubs ont joué en Bundesliga durant la seconde guerre mondiale, dans deux championnats différents. Le FC Metz évoluant en Gauliga Westmark de 1941 à 1944 (pour trois 2ème places, paye ton Poulidor), et le RC Strasbourg jouant en Gauliga Elsass (pour Alsace, NDLR) au coté des clubs des villes de Mulhouse, ou Colmar. Le FC Mühlhausen 93 remportant même trois édition de ce championnat.

Pays participants à cette Gauliga Elsass durant la Guerre
Clubs jouant dans la Gauliga Westmark durant la guerre

1995 : Tragédie et stupidité messine.


Cette rivalité existe donc, mais comment expliquer la haine que se vouent les supporters de ces deux clubs apparemment juste motivée par une proximité géographique? C’est en 1995 que la rivalité prend un tournant de détestation, à la suite d’un évènement tragique. Le RC Strasbourg allait jouer une finale de Coupe de France au Parc des Princes, contre le Paris Saint Germain. Un match très important donc, et les supporters s’étaient déplacés en masse pour soutenir leur équipe. Dans un des bus amenant les supporters alsaciens au stade, au moment d’arriver sur Paris, un supporter nommé Jean-Michel Kroné, pris dans l’euphorie de l’ambiance et du match à venir, veut sortir sa tête du car par le toit. Malheureusement, à ce moment-là, le bus passait sous un pont un peu bas, et le pauvre Jean-Michel ne peut éviter le contact, et meurt sur le coup, décapité.

La finale ne revêt donc pas l’importance qu’elle devait avoir, tout le monde ayant un peu la tête ailleurs. Strasbourg perdra même le match, mais ce résultat relève plus de l’anecdote qu’autre chose. Une tragédie a eu lieu, et le comportement de certain supporters messins va mettre définitivement le feu aux poudres seulement 2 semaines après le drame.

Le PSG de Paul le Guen gagnera la finale, mais les têtes sont ailleurs.

Lors de la réception de Metz en championnat, les supporters messins ont eu la cruauté d’entonner des chants très irrespectueux envers ce pauvre supporters durant une bonne partie du match : « Jean-Michel, Baisse la tête« . Cet acte de provocation très mal placé ne passera pas pour les supporters de Strasbourg et qui explique cette tension et les violences qui peuvent accompagner chacun des matchs. Le stade de la Meinau rend d’ailleurs hommage à Jean-Michel Kroné, avec une plaque commémorative à son nom à coté du Kop.

A partir de ce moment, de nombreux incidents viennent émailler les affrontements entre les deux clubs. Lors du derby de 2000, Strasbourg va mal mais mène face au rival. Seulement, à la 67ème minute de ce match, un pétard est lancé depuis la tribune, ce qui va blesser l’arbitre assistant au tympan, causant l’arrêt du match. Quelques mois plus tard le match est rejoué, à huis-clos, et cette fois-ci Strasbourg perd face à Metz. SAUF QUE ! Scénario rocambolesque, Metz finira par perdre ce match sur tapis-vert pour une histoire de faux passeport concernant leur gardien, Faryd Mondragon. Cet exemple est l’un des nombreux affrontements récents qui ont revêtu une importance particulière en championnat ou en Coupe.

Ce vendredi soir aura donc lieu le 121ème affrontement entre les deux clubs, avec un bilan général de 50 victoires pour le FC Metz; 37 matchs nuls et 33 victoires du Racing. Alors que les deux clubs sont mal en point en championnat, quelle équipe va se surpasser pour prendre les trois points? Réponse aux alentours de 22h30 !


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page