OGC Nice : Décryptage en 3 points d’un très bon début de saison.

Vainqueur à Geoffroy-Guichard d’une AS Saint-Étienne moribonde (0-3), l’OGC Nice a repris sa marche en avant après l’accident de mercredi à Lorient. Provisoirement troisièmes, les hommes de Christophe Galtier réalisent un très bon début de saison. Décryptage en trois points.

Les Niçois peuvent se congratuler, ils pointent à la troisième place de la Ligue 1

Un système de jeu clair


Alors que le football actuel fait la part belle au 4-3-3, 4-2-3-1 ou autre 3-4-3, l’OGC Nice joue dans le système le plus connu de ce sport : le 4-4-2. Un dispositif reconduit à chaque match par Christophe Galtier et qui permet aux joueurs de trouver des automatismes. A Nice, le système de jeu s’adapte aux individualités et vice versa. Chaque élément y trouve sa place et peut y exprimer ses qualités.

Sur les deux images ci-dessus, le système est le même, mais les joueurs changent sur certains postes. Cela démontre une certaine profondeur de banc, puisque quels que soient les éléments titularisés, le niveau de jeu reste égal.

Nous sommes aussi face à un dispositif qui permet aux hommes de Christophe Galtier d’accepter la domination de l’adversaire pour ensuite lui faire mal, notamment en contre-attaque. Que ce soit lors des succès face à Lille (38%), Bordeaux (43%) ou Saint-Étienne (40%), les Aiglons laissent souvent la possession à leurs adversaires.

Mais le 4-4-2 leur permet aussi de bien bloquer les ailes, et de trouver deux joueurs en pointe capables d’apporter du danger. Les ailiers sont des joueurs rapides (Kluivert, Stengs…) qui peuvent faire mal sur des situations de contre-attaque. Le milieu est travailleur mais aussi relativement fin techniquement. La défense est complémentaire. Ce qui amène aux deuxième point de cette analyse.

Un recrutement ambitieux et cohérent


Si le recrutement niçois a été intéressant à suivre cet été (et les dernières années) en raison de la qualité et le potentiel des arrivants, il est aussi remarquable de cohérence. Car pour jouer dans le système évoqué, il était important de choisir des joueurs capables de s’y adapter et d’apporter leurs qualités.

Quand Nice recrute Kluivert et Stengs au mercato, il s’adjuge deux joueur d’avenir. Mais aussi deux éléments en capacité de s’intégrer dans une équipe qui demande de la vitesse sur les côtés. Andy Delort vient compléter un très bon casting en pointe, avec les très bons coups Amine Gouiri l’an passé et Kasper Dolberg il y a deux ans.

Lorsque Gouiri est associé à Dolberg ou Delort, il peut profiter de deux joueurs assez puissants, qui peuvent conserver la balle. Cela lui permet d’avoir plus d’espaces, et de jouer aussi sur sa vitesse. Dans la même veine, la paire Rosario-Lemina au milieu correspond parfaitement aux besoins d’un 4-4-2.

En effet, dans un tel dispositif, le milieu peut plus facilement se faire submerger, notamment face à des systèmes à trois joueurs dans l’entre-jeu. Mais le duo Rosario-Lemina est athlétique et donc capable de compenser relativement bien des situations d’infériorité numérique. A l’image du jeu niçois, ils peuvent aussi accepter de subir, et faire un travail de l’ombre, tout comme réussir de très belles ouvertures ou de poser le jeu.

Enfin, des éléments comme Melvin Bard, chipé à Lyon, Hicham Boudaoui, Hassane Kamara, ou Jean-Clair Todibo complètent bien une équipe solide. Dans les cages, Walter Benitez se montre aussi régulièrement décisif pour permettre aux siens de maintenir le cap.

Un entraîneur qui donne confiance


En engageant l’entraîneur du champion de France en titre, Jean-Pierre Rivière a doté son club d’un technicien respecté et très compétent. Dans une institution qui mise beaucoup sur les jeunes joueurs, Christophe Galtier est dans son élément. Il a aussi montré à Lille qu’il avait l’intelligence pour permettre à des joueurs d’horizons très divers de cohabiter et de former un onze soudé.

Christophe Galtier a charmé tout le monde à Nice (Getty Images)

En difficulté sous Patrick Vieira l’an passé, Nice a su attirer un entraîneur à la hauteur de ses ambitions. Car si l’effectif est séduisant, il reste relativement jeune, et de nombreux coaches n’ont pas l’habitude ou la capacité de transformer des potentiels en joueurs de foot matures au service de l’équipe.

Le début de saison de Nice est donc une réussite. Privés de coupe d’Europe, les Aiglons peuvent aussi travailler tranquillement et se concentrer pleinement sur la Ligue 1. La suite est alléchante avec la réception de Brest, un déplacement à Troyes et la venue de Lyon. A voir combien de points Nice pourra récolter, pour pourquoi pas affirmer ses ambitions au sommet du championnat.

Cet article vous a plu ? Retrouvez nous sur Facebook (Le Club 115) et sur Twitter (@LeClub115

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page
Powered By
CHP Adblock Detector Plugin | Codehelppro