ST-ASM (27-15) : Clermont aurait-il du obtenir un essai de pénalité ?

Pour son grand retour à XV, Marvin O’Connor pensait faire le break juste avant la pause, quand Zack Holmes l’empêchait de franchir la ligne en le rattrapant par le col. Un jeu déloyal sanctionné d’une pénalité et d’un carton jaune par monsieur Chalon, l’arbitre de la rencontre. Mais cette action aurait-elle du donner lieu à un essai de pénalité pour Clermont ?

Le contexte


En fin de première période, l’ASM mène sur la pelouse du Stade Toulousain (10-12) et est déchaînée. Les coéquipiers de Camille Lopez imposent de très longues séquences aux locaux, et relancent de partout pour prendre de vitesse les joueurs d’Ugo Mola.

Clermont est de retour tout proche de la ligne d’en-but adverse, et ses avants pilonnent la défense toulousaine. Sébastien Bézy décide d’ouvrir le jeu, Lopez donne le ballon à Damian Penaud, qui parvient à cadrer et à déborder deux défenseurs pour passer les bras et offrir le cuir à Marvin O’Connor (38′).

Le joker médical de l’ASM pense pouvoir marquer, mais dans un geste de désespoir, Zack Holmes le saisit par le cou et l’empêche de franchir la ligne. Arbitrage vidéo.

L’action litigieuse


1. Damian Penaud déborde Romain Ntamack.

Titularisé au centre, Penaud déborde deux défenseurs pour aller jouer son deux contre un avec Marvin O’Connor, face à Mathis Lebel, à 10 mètres de l’en-but.

2. Lebel rattrape Penaud.

Penaud prend l’intervalle entre Ntamack et Lebel et se fait saisir aux jambes par l’ailier toulousain. Cela lui permet de transmettre la balle à Marvin O’Connor. On voit qu’il reste deux défenseur toulousains sur cette image. Antoine Dupont, en haut, en couverture. Et Zack Holmes, tout à droite.

3. O’Connor reçoit le ballon.

Sur cette image, Marvin O’Connor reçoit l’offrande de Damian Penaud. Il fait alors face à Antoine Dupont, et à Zack Holmes qui revient en catastrophe sur sa droite.

4. Le crochet de O’Connor.

O’Connor tient maintenant le ballon entre ses mains. Deux solutions s’offrent à lui : partir jouer son duel sur Antoine Dupont, et donc prendre le risque d’être propulsé en touche. Ou bien tenter de revenir vers l’intérieur du terrain. C’est la deuxième option que choisit l’ancien bayonnais, en tentant un crochet. Sur la photo, il pose son premier appui avec sa jambe gauche, pour réaccelérer rapidement en direction de l’épaule droite de Zack Holmes.

5. Zack Holmes est battu.

Pris par son élan, le centre australien de Toulouse ne peut pas stopper O’Connor en se baissant. Il l’attrape donc en haut de son épaule droite. Juste derrière lui, Antoine Dupont est lui aussi pris par son élan.

6. Dupont effacé, Holmes fautif.

Sur cette image, on voit nettement qu’Antoine Dupont (à gauche) et complètement battu par le crochet de O’Connor et ne peut plus sauver la situation. L’ailier clermontois se fait manifestement reprendre au niveau du cou par Holmes, alors qu’il n’a plus aucun défenseur pour l’arrêter.

7. O’Connor à terre.

Repris par le plaquage dangereux de Holmes, O’Connor est mis à terre. L’action rebondit et l’arbitre finit par être alerté sur le geste de l’Australien. Il demande à regarder la vidéo.

Le verdict surprenant de monsieur Chalon


Sur cet enregistrement, on entend d’abord le consultant Marc Lièvremont estimer que l’action doit donner lieu à un essai de pénalité pour l’ASM. Mais monsieur Chalon n’a pas la même lecture que l’ancien sélectionneur du XV de France. Selon lui, le geste de Zack Holmes entre bien dans la catégorie du jeu déloyal. Il considère en revanche qu’Antoine Dupont peut encore défendre sur Marvin O’Connor.

Le point crucial se situe pourtant ici : si Antoine Dupont est considéré comme battu, alors le plaquage illicite de Holmes doit donner lieu à un essai de pénalité, car sans cette faute O’Connor aurait marqué. En revanche, si Antoine Dupont est considéré comme dernier défenseur, alors l’essai de pénalité ne peut pas être accordé, car O’Connor n’aurait pas marqué de manière certaine. C’est cette deuxième lecture que retient l’arbitre du soir.

Or, sur notre point numéro 6, ci-dessus, nous avons vu que Dupont avait lui aussi été effacé et pris par son élan. Il n’y avait plus aucun adversaire face à Marvin O’Connor, qui aurait donc marqué de manière certaine sans la cravate de Zack Holmes.

L’action aurait du donner lieu à un carton jaune pour l’Australien (comme ce qu’à préconisé monsieur Chalon) mais aussi à un essai de pénalité et non pas à une simple pénalité comme ce qu’a retenu l’arbitre.

Conséquences


Au lieu de mener 19 à 10 à la pause, l’ASM ne menait donc que de deux points : 12 à 10. Son excellent première période n’était pas payée et elle allait en subir les conséquences lors du second acte. Plus émoussé face à une équipe toulousaine remobilisée, Clermont perdait finalement la deuxième période 17 à 3, pour s’incliner 27 à 15 sur l’ensemble de la rencontre.

Un essai de pénalité aurait donc permis – a minima – aux Clermontois de ramener un point de bonus défensif de leur déplacement à Toulouse.

Cet article vous a plu ? Retrouvez nous sur Facebook (Le Club 115) et sur Twitter (@LeClub115

One thought on “ST-ASM (27-15) : Clermont aurait-il du obtenir un essai de pénalité ?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :