AS Saint-Etienne: Les raisons d’un déclin et peu de motifs d’espoirs.

Ce samedi 25 septembre 2021, les verts jouaient devant leur public pour le compte de la 8ème journée de Ligue 1 contre l’OGC Nice pour enfin lancer leur saison. Malgré le soutien d’un public toujours présent, les hommes de Claude Puel se sont lourdement inclinés 3-0 et continuent leur descente aux enfers. Encore dans la lutte pour les places européennes il y a quelques saisons, le club de l’AS Saint-Etienne semble englué dans une spirale négative qui peut les envoyer dans l’étage inférieur du football français si rien n’est fait. Alors quelles sont les raisons d’une telle chute pour ce club mythique?

Du podium à la dernière place en 2 ans et demi.


Le constat est dramatique pour les verts et c’est dit dans le titre juste au-dessus: l’AS Saint-Etienne jouait encore l’Europe et le podium de la Ligue 1 il y a seulement 2 ans et demi. Cette chute énorme et d’autant plus surprenante que l’équipe n’a pas subit de changement énorme, ou subit un pillage de ses meilleurs joueurs lors d’un mercato, éléments qui pourraient expliquer une baisse de forme immédiate. Par exemple en Allemagne, le club de Leipzig a beaucoup de mal à lancer son championnat mais il n’y a cependant rien d’alarmant puisque cet été le club a perdu son entraineur, son meilleur défenseur et son chef d’orchestre au milieu, tous partis au Bayern( Nagelsmann, Upamecano et Sabitzer).

L’AS Saint-Etienne pointe dorénavant à la dernière place du classement avec 3 petits points, sans aucune victoire au compteur et une fracture qui commence à se voir entre les joueurs et les supporters. Une tension qui s’est manifesté au fil du match et au fur et à mesure que les aiglons marquaient des buts pour enfoncer Sainté. Tout d’abord derrière leurs joueurs pendant une bonne partie de la rencontre, les spectateurs ont commencé à provoquer les hommes sur le terrain en criant les olés après chaque passe des niçois, et en sifflant les stéphanois lorsqu’ils touchaient le ballon. Un mécontentement et une tension palpable qui poussera à la confrontation (pacifique cependant, on tient à le souligner) entre les joueurs et les différents groupes de supporters des deux virages, pour mettre à plat les choses et communiquer pour pouvoir arranger les choses et repartir de l’avant. Ces scènes ne sont pas anodines et témoignent d’une urgence au sein du club du Forez. Notons tout de même l’absence de Claude Puel ou des dirigeants lors de ces discussions, laissant les joueurs seuls face à la colère du public. Une attitude très petite dans des moments comme ceux-là. Les dirigeants justement, quel est leur degré de responsabilité dans ces mauvais résultats?

Une politique sportive instable.


Longtemps incarné par le duo de présidents Caïazzo / Romeyer, l’AS Saint-Etienne est maintenant un club à vendre, en quête de repreneur. Une recherche d’acheteur qui n’est pas nouvelle, puisqu’en 2018 il était déjà question d’un rachat par le fond d’investissement américain, Peak6. On pensait donc que les deux têtes penseuses de l’ASSE allaient enfin céder le club à de nouveaux propriétaires, un changement réclamé depuis plusieurs années par les différents groupes de supporters, qui se montraient hostile à leur dirigeants à travers de nombreuses banderoles dans le stade. Les raisons de cette contestation? On les présente juste après.

La contestation à son paroxysme au centre d’entrainement.

Depuis 2017 et le départ après 8 longues saisons de Christophe Galtier, le club ne fait que tâtonner sur et en dehors des terrains. Alors que les saisons précédentes avaient donné à Sainté de la stabilité et un environnement tranquille pour travailler, les 4 saisons qui ont suivi n’ont été que chamboulement, instabilité et décisions sportives incohérentes. Pour commencer, le choix des entraineurs a été catastrophique depuis Galtier. Alors qu’ils s’était qualifié 4 fois de suite en Europa League, le club du forez termine à une petite 7ème place à l’issue d’une saison qui aura vu passer Oscar Garcia en coup de vent, licencié en novembre après la lourde défaite 5-0 contre l’Olympique Lyonnais, et Julien Sablé qui a assuré l’intérim jusqu’à ce que Jean-Louis Gasset ne lance l’opération maintien de l’ASSE. Il réussit donc sa mission, porté par des individualités qui ont fait la différence en Ligue 1. Et si l’opération maintien est réussie, ainsi que la saison d’après avec une belle 4ème place, c’est à cette période que le club a commencé à creuser sa propre tombe.

Pour l’aider à sauver le club, le comité dirigeant a fait des folies sur le marché des transferts, en ramenant plusieurs joueurs expérimentés pour renforcer cette équipe. Seul problème, ces joueurs expérimentés avec des noms plutôt ronflants sont chers, et le club a explosé son plafond salarial avec ces signatures. M’Vila, Debuchy, Subotic, ces joueurs touchaient au moins 150 000 euros par mois alors que le plafond était fixé à 90 000. Une folie donc, puisque ces salaires démesurés sont donnés à des joueurs qui ne vont pas permettre de faire une plus-value sur le mercato, et qui n’offrent pas des garanties sportives sur le futur.

Une 4ème place donc, mais si sur le terrain c’était plutôt satisfaisant, comme on l’a dit en dehors ce n’est pas un long fleuve tranquille. Un projet de rachat avorté, et le départ de Jean-Louis Gasset pour cause de désaccord avec les présidents (encore une fois…) et c’est Ghislain Printant qui vient prendre les rennes de l’équipe. Quelques mois seulement et des résultats en berne, l’ancien manager de Bastia prend la porte et on arrive au manager qui est aujourd’hui en danger, Claude Puel.

Claude Puel, seul responsable? Pas sûr.

Claude Puel, victime des pots cassés?


La question posée peut faire s’hérisser les poils aux supporters des verts, mais elle a le mérite d’être posée. On connait l’entraineur et on voit ce qu’il propose à Saint-Etienne depuis sa mise en place, mais peut-on vraiment lui en vouloir ?

L’ancien entraineur de Southampton et de Lyon récupère une équipe en totale reconstruction, avec des tensions entre les supporters et la direction, et une santé économique bien mal en point. En effet, les salaires donnés aux joueurs vieux qui ont vite déçu en termes de performances ont creusé les dettes du club, et cette difficulté financière empêche le club d’être actif sur le mercato. Même lorsque le club arrive à sortir des joueurs du centre de formation et qui rapporte beaucoup d’argent au club (Saliba et Fofana pour 70M€ en Premier League), cet argent n’est pas réutilisé pour renforcer l’équipe, mais il est utilisé pour éponger les dettes du club. Donc Puel perd deux joueurs très prometteurs avec de grosses qualités, sans pouvoir les remplacer. Ajoutez à cela des joueurs en perte de vitesse un peu vieillissant (Hamouma, Khazri, Boudebouz…) et vous obtenez une équipe qui se repose sur les jeunes, ou des joueurs moyens pour essayer de survivre en Ligue 1.

Ajoutons à cela des recrutements hasardeux, des joueurs sous forme de paris qui ne donneront jamais satisfaction (Diony pour 10M€, Dioussé pour 5M€, Cabella pour 6M€…) et vous obtenez un club qui ne peut s’inscrire dans un projet sportif dans la durée.

Le problème pour Sainté, c’est que le centre de formation ne sort pas des excellents joueurs comme les deux défenseurs tous les 4 matins. On a donc assisté à un affaiblissement progressif du niveau sur le terrain sans pour autant se reposer sur une institution solide. Les équipes mises sur le terrain par Puel puent l’inexpérience, mais le matériel à disposition ne permet pas non plus de faire autrement. Pourtant Puel donne sa chance aux jeunes, essaye de les faire progresser, mais pour le moment ça ne porte pas ses fruits.

Ici le classement des équipes donnant le plus de minutes aux jeunes de – de 21 ans.

On a toujours tendance à taper sur les entraineurs pour dénoncer les situations difficiles au sein des clubs, mais il faut aussi prendre en compte la situation globale. Pas d’argent, pas de jeunes émergents de haut niveau pour assurer l’avenir du club et des cadres vieillissants, il existe donc peu d’espoirs pour les verts.

Tous les supporters de ce club mythique du championnat de France espèrent donc une bonne nouvelle concernant un rachat du club, et peut-être que le rebond du club passera par un tour à l’étage inférieur comme ça l’a été pour Monaco. Se refaire une santé financière, établir un projet sportif sur la durée, voilà les axes de travail pour l’AS Saint-Etienne dans les prochains mois à venir.


Cet article vous a plu ? suivez-nous sur Facebook (Le Club 115) et sur Twitter (@LeClub115

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page