Les 6 derbys marquants entre l’ASSE et l’OL.

Ce vendredi soir à 21h, l’AS Saint-Etienne et l’Olympique Lyonnais s’affrontent dans un derby à l’ambiance bien étrange, avec les deux clubs dans une situation sportive compliquée. L’occasion pour nous de revenir sur 6 derbys marquant dans l’histoire de cette longue rivalité.


OL – ASSE (4-2, 28 octobre 1951) : Le tout premier

Comment faire une liste des derby les plus importants sans évoquer le tout premier ! 1 an seulement après la création du club, les lyonnais accèdent à l’Elite mais ce derby aurait pu ne pas avoir lieu puisque Saint-Etienne connait alors des grandes difficultés financières et se sauve d’une disparition à la dernière minute. Ce premier affrontement peut donc finalement avoir lieu en première division, et c’est à Gerland qu’il se tient.

Et comme vous l’avez vu dans le titre, ce sont les lyonnais qui gagnent ce derby grâce notamment à un triplé de leur attaquant vedette de l’époque, Fritz Woehl (chose encore aujourd’hui très rare puisque seuls Angel Rambert, Fleury Di Nallo et Alexandre Lacazette l’ont fait depuis). Pour la petite histoire, le triplé de Lacazette a lui aussi été très symbolique puisqu’il a été réalisé lors du tout dernier derby disputé à Gerland. Un beau clin d’œil de l’histoire.

LA FEUILLE DE MATCH

Buts : Woehl (23’, 36, 83’, s.p.), Dupraz (63’) pour l’OL. Rijvers (44’), R. Alpsteg (66’) pour l’ASSE.

OL : Lergenmuller – Grillon, Rodriguez, Bonvin – Juillard, Tichy – Woehl, Flammion- Ninel, Dupraz, Roland. Entr. : Heisserer.

ASSE : Ferrière – R. Alpsteg, Huguet, Fernandez – Bini, Domingo – Ferry, Rijvers – Haond, Nola, L. Alpsteg. Entr. : Snella.


OL – ASSE (1-7, 5 octobre 1969 et 6-0 15 mars 1970) : Les plus gros écarts.

Pour ce second point, comment ne pas associer ces deux derbys ayant eu lieu lors de la même saison et qui constituent encore aujourd’hui les plus gros écarts dans des derbys entre les deux clubs? Alors que Saint-Etienne est en pleine bourre au niveau européen (ils venaient d’éliminer le Bayern Munich), les Verts se présentent à Gerland avec le plein de confiance, et le score sera très lourd pour les joueurs lyonnais.

Les joueurs de l’AS Saint-Etienne écrasent les Gones 7-1, ce qui établit des records encore valides aujourd’hui. Le plus gros écart donc, le plus grand nombre de buts inscrit dans un derby pour les verts et la plus grosse défaite de Lyon à domicile dans un derby. Ca commence à faire beaucoup là non? Et comme si ce n’était pas assez, lors du match retour rebelote pour les lyonnais, qui prennent l’eau 6-0 dans le Forez. Une domination symbolique des saisons des deux clubs de l’époque, l’ASSE remportant son quatrième titre de champion de France et Lyon terminant à une triste 15ème place.

La feuille de match :

Buteurs: Revelli H. (21e, 85e), Ravanello (CSC 35e), Larqué (48e), Polny (49e) Keita (53e, 54e) pour l’ASSE. Perrin (88e) pour l’OL

Lyon: Chauveau – Flohic, Ravanello, Lhomme, Baeza – Prost, Perrin – Rambert Nestor, Guy, Chiesa, Rambert Angel. Entraîneur: Aimé Mignot
ASSE: Carnus – Durkovic, Bosquier, Broissart, Polny – Jacquet (Larqué 34e), Herbin – Samardzic, H. Revelli, Keita, Bereta. Entraîneur: Albert Batteux


OL – ASSE (amical, 7 juillet 1990) : L’amical le moins amical de l’histoire des derbys.

On le sait bien, les rencontres entre Saint-Etienne et Lyon ne sont jamais anodines. Et même si un amical est organisé en plein été 1990 à Feurs, commune située au nord de Saint-Etienne, la rivalité ne dort jamais.

Et donc en 1990 lors de ce derby « amical », la rencontre ne se termine pas à 11 contre 11 puisque l’arbitre enverra aux vestiaires Roberto Cabanas et Jean-Pierre Cyprien après que les deux joueurs en soient venus aux mains pendant la rencontre. La tension est palpable, et c’est durant ce match que l’un des évènements les plus invraisemblables va arriver. Alors qu’il filait au but, l’attaquant stéphanois David Brockers se fait sécher par un tacle assassin pour l’empêcher de marquer un but. Rien d’exceptionnel vous dites ? L’auteur du tacle n’est autre qu’un supporter lyonnais qui a sauté la barrière qui servait de main courante pour aider son équipe de cœur.

Le jeu est naturellement arrêté un long moment et la police intervient pour rechercher le coupable qui s’était enfui. Quelques temps plus tard l’identité du supporters est connue, il s’agit de Jean-Pierre Ciccarello, aujourd’hui âgé de 49 ans et oujours aussi fier de son geste « héroïque » de l’époque. Vous pouvez d’ailleurs retrouver son interview pour un autre média juste ici.

Pour la petite anecdote, Raymond Domenech alors à l’époque défenseur de Lyon et amoureux des tacles virils, aurait déclaré à l’arbitre : « Je ne comprends pas : le tacle était régulier ! ». Toujours un blagueur ce Raymond.


OL- ASSE (0-1, 25 septembre 2010) : le centième.

Payet qui libère enfin les verts.

Les chiffres symboliques sont toujours spéciaux quand on aborde un derby. Et ce centième affrontement n’échappe pas à la règle, avec une confrontation entre des lyonnais 17ème du classement après un début de championnat loupé, et des stéphanois qui au contraire caracolaient en tête du championnat. Une confrontation déséquilibrée sur le papier mais qui a accouché d’une véritable guerre des tranchées, un match très disputé qui verra les Verts triompher grâce à un but de Dimitri Payet à un quart d’heure de la fin du match avec un amour de coup-franc direct. Un derby loin d’être le plus spectaculaire donc, mais qui à le mérite de rester dans les mémoires pour différentes raisons.

Tout d’abord cette victoire de Saint-Etienne met fin à un série d’invincibilité de Lyon à domicile dans le derby qui durait depuis 16 ans, et surtout pour ce qu’il s’est passé dans les tribunes. En effet rappelez-vous bien, frustré de cette défaite face au rival, Jean-Michel Aulas lâchera cette punchline qui reste encore aujourd’hui culte, « Ils la jouent à la Playstation, eux, la Ligue des Champions ». Une petite pique qui ne restera pas impunie pour les supporters stéphanois car au match retour, un supporter stéphanois offrira au président lyonnais cette console de jeu. De bonne guerre.

La feuille de match

Buteur : Dimitri Payet (75′) pour l’ASSE

Lyon: Lloris – Reveillere, Lovren, Cissokho, Toulalan, Kallström, Gourcuff, Bastos, Briand, Gomis, Diakhaté (Entraineur : Claude Puel)
ASSE: Janot – Perrin, Marchal, Ebondo, Monsoreau, Matuidi, Bocanegra, Sako, Payet, Rivière. (Entraineur : Christophe Galtier)


ASSE – OL (3-0, 30 novembre 2014) : l’ASSE met définitivement fin à la malédiction.

Si les verts avaient battus l’OL à Lyon pour mettre fin à cette série de match sans victoire à l’exterieur lors des derbys, les hommes de Jean-Michel Aulas étaient invaincus depuis 20 ans à Geoffroy-Guichard. Au moment d’aborder ce derby les verts ont de grosses difficultés offensives, en ayant pas marqué plus d’un but au cours d’un match depuis plus de 3 mois. Mais comme on l’a déjà dit, les derbys sont toujours différents et les verts vont marcher sur les lyonnais pour obtenir une victoire probante 3-0 qui efface enfin pour eux toutes les invincibilités lyonnaises. Bayal Sall, Van Wolfswinkel et Renaud Cohade viennent mettre les buts de Saint-Etienne et enfin donner une victoire au peuple vert. Une fois n’est pas coutume Jean-Michel Aulas sera bavard en conférence de presse, avec une déclaration polémique : « Rien à dire, beau match de l’ASSE. Rendez-vous en 2034 pour la prochaine… » Allez JeanMi, une défait c’est rien.

La feuille de match:

Buteurs: Bayal Sall (18′), Van Wolfswinkel (40′) et Cohade (68′)

ASSE: Ruffier – Tabanou, Pogba, Perrin, Sall, T.Catherine – Clément, Lemoine, Cohade – Van Wolfswinkel, Gradel. (Entraineur : Christophe Galtier)
OL: Lopes – Bedimo, Umtiti, Bisevac, Jallet – Gonalons; Ferri, Tolisso, Malbranque – Lacazette, Fekir. (Entraineur: Hubert Fournier)


ASSE – OL (0-5, 5 novembre 2017) : Nabil Fekir comme Lionel Messi.

Pour ce dernier point, comment ne pas évoquer le dernier derby marqué par un contexte particulier, avec du spectacle sur le terrain et des évènements en tribune?

Et on parle encore d’un derby record, puisqu’avec ce succès 5-0, c’est la victoire la plus large de l’histoire des derbys pour l’OL. (record égalé par le derby de la saison dernière, lui aussi remporté 5-0.) Memphis Depay lance bien les rhodaniens à la 10ème minute à la suite d’un contre éclair, et les stéphanois ne verront pas le jour dans ce match après l’expulsion de Léo Lacroix en début de seconde période alors qu’il n’y avait encore que 2-0 pour Lyon. Ce match va se finir avec une belle manita, conclue par ce but à 5 minutes de la fin de Fékir, qui provoquera le public avec sa célébration, montrant son maillot au public de Geoffroy-Guichard. Une célébration qui n’est pas sans rappeler celle de Léo Messi au Bernabeu après avoir marqué le but de la victoire dans un clasico à la dernière minute.

Du spectacle sur le terrain, et des incidents en tribunes car ce derby a été marqué par différentes interruptions, tout d’abord peu de temps après le coup d’envoi à cause de fumigènes ne permettant pas une bonne visibilité sur le terrain et ensuite en fin de match, les supporters furieux de la célébration de Fékir vont envahir le terrain et créer des débordements, ce qui entrainera une interruption d’une demi-heure.

Ce match marque aussi le début du déclin de l’AS Saint-Etienne, qui licencie son entraineur Oscar García quelques jours après, et commence sa spirale négative qui l’amène dans la situation qu’on connait aujourd’hui.

voir aussi : AS Saint-Etienne: Les raisons d’un déclin et peu de motifs d’espoirs.

Feuille de match:

Buteurs: Depay (10′) , Fékir (25′ / 84′), Mariano (58′), Traoré (65′).

ASSE: Ruffier – Pierre-Gabriel, T. Catherine, Lacrois, M’Bengue – Maiga, Pajot, Selnaes – Hamouma, Bamba, Monnet-Paquet (Entraineur: Oscar García)
OL: Lopes – Marçal, Morel, Marcelo, Tete – Aouar, Tousart, Depay, Fekir, Traoré, Mariano. (Entraineur: Bruno Genesio).


Voilà donc pour ces 6 derbys iconiques qui ont jalonné l’histoire des deux clubs, est-ce que celui de ce soir s’ajoutera à la liste? Réponse au coup de sifflet final !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :