Jalibert/Ntamack : stop à l’hystérie !

Au moment ou Fabien Galthié a dévoilé sa liste de 42 joueurs pour la tournée d’automne, la désormais sempiternelle question du titulaire au poste d’ouvreur refaisait déjà surface. Ntamack plus fort que Jalibert ? Jalibert meilleur que Ntamack ? Le débat tourne en rond, et il est temps de mettre fin à cette guerre.

Romain Ntamack et Matthieu Jalibert deux ouvreurs magnifiques (20 Minutes)

Alors que la France du rugby est de nouveau sur le point de se déchirer au sujet de son meilleur ouvreur, une petite remise en contexte s’impose. S’il est toujours intéressant de discuter et de débattre, il est beaucoup moins productif de s’enfermer dans une certaine forme d’hystérie. De nombreux observateurs ont de plus en plus de difficultés à faire preuve d’objectivité. Certains en viennent même à détester l’un des deux joueurs pour faire primer leur poulain. Le tout, avec la rivalité historique entre Toulouse et Bordeaux en toile de fond, qui, désolé messieurs, ne servent pas les intérêts du XV de France.

Une chance unique pour le XV de France

Il faut bien se souvenir d’une chose : il y a quelques années, les supporters français déprimaient à l’idée de voir jouer leur numéro 10. Aucun n’avait le niveau international, et tous souffraient de la comparaison avec leurs homologues anglais, gallois ou irlandais. Aujourd’hui, bonne nouvelle. Cette période de chaos est terminée pour le XV de France, qui peut aligner deux ouvreurs de classe mondiale, avec Matthieu Jalibert et Romain Ntamack.

Lors du dernier tournoi des six nations, les fervents de Romain Ntamack ne devaient d’ailleurs pas être mécontents de pouvoir compter sur Matthieu Jalibert, alors que l’ouvreur toulousain était blessé. Et l’inverse serait tout aussi vrai si le protégé de Christophe Urios venait à manquer. Alors, pourquoi opposer ces deux monstres ? Profitons simplement de les avoir dans nos rangs !

Des profils complémentaires !

Car ces deux éléments n’ont même pas le même profil ! Bien que leurs multiples qualités en font des joueurs comparables, Ntamack et Jalibert restent néanmoins deux joueurs bien différents. La preuve : les deux pourraient tout à fait être alignés en « cinq-huitième », c’est à dire avec Matthieu Jalibert et 10 et Romain Ntamack en 12. Jalibert régale tous les week-ends par ses prises d’intervalle tandis que Romain Ntamack fait apprécier sa technique balle en main et semble plus sûr de son fait en défense.

Mais établir ce constat ne signifie pas que Ntamack ne peut pas non plus effacer toute une défense, ni que Jalibert est un piètre plaqueur. Ils ont simplement des atouts permettant de les distinguer. Et cela profite à l’équipe ! Quel luxe de pouvoir choisir son ouvreur en fonction de sa forme du moment, mais aussi de l’adversaire du jour ou du jeu que l’on souhaite mettre en place.

Deux diamants à polir

La concurrence entre les deux internationaux doit rester saine pour leur propre bien. Car à 22 ans pour Ntamack et à presque 23 pour Jalibert, leur carrière est encore bien devant eux. Et si leur talent leur permet déjà de compter parmi les meilleurs d’Europe à leur poste, il leur reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour figurer parmi les meilleurs de l’histoire. Que chacun se rassure ! Les saisons sont longues, les états de formes varient et les deux joueurs en ont encore pour une dizaine d’années avec le XV de France. Ils auront donc tous les deux la possibilité de s’exprimer et, on l’espère, de mener le drapeau tricolore à la première marche d’un podium lors des prochaines coupes du monde…


Cet article vous a plu ? suivez-nous sur Facebook (Le Club 115) et sur Twitter (@LeClub115

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page