5 explications à la déroute du Bayern à Mönchengladbach

Laminé par le Borussia Mönchengladbach, ce mercredi, à l’occasion du deuxième tour de la DFB-Pokal (5-0), le Bayern Munich a subi son plus lourd revers depuis 1978 en plus d’une piteuse élimination. Mais comment expliquer cette déroute, alors que la machine munichoise marchait sur l’Europe depuis le début de la saison ?

Le Bayern Munich a sombré sans montrer de signes de révolte (TZ)

La performance de Mönchengladbach

Dans cette soirée cauchemardesque pour le Bayern, il serait injuste d’oublier de féliciter son adversaire du soir, qui a fait un match parfait. Du rythme, de l’agressivité et du mouvement devant un public en feu, le Borussia Mönchengladbach a réalisé une prestation de classe mondiale. Max Eberl, le directeur sportif des Poulains n’a pas manqué de féliciter son équipe au micro de Sky DE : « C’était une soirée de coupe magique, que nous n’allons pas oublier de si tôt. Je trouve en plus que c’est grandement mérité, nous avons très bien défendu vers l’avant. Nous voulions surprendre le Bayern et c’est ce que nous avons réussi. »

Un désintérêt pour la Coupe ?

Comme l’an passé face au club de 2.Bundesliga du Holstein Kiel (2-2, 6-5 T.A.B), le FC Bayern quitte piteusement la compétition dès son second tour. Surprenant de constater à quel point les Bavarois ont manqué de mordant, et de capacité de réaction, eux qui sont habituellement affamés de victoires. Le Bayern serait-il lassé de la Coupe d’Allemagne ? Peu probable, puisque le club recherche toujours à remporter un maximum de trophées dans une saison.

Mais (in)consciemment, au cours d’un match en milieu de semaine dans le Nord-Ouest de l’Allemagne, le Bayern n’avait peut-être tout simplement pas envie de se faire mal. Et malgré ses qualités intrinsèques, il est impossible de remporter une rencontre sans y mettre de l’engagement et du rythme. Face à une équipe de Gladbach déterminée, cela n’a pas pardonné.

A lire aussi : Bastian Schweinsteiger : « J’aurais été de mauvaise humeur toute la saison »

Le Bayern a peut-être aussi fini par payer ses entames de match dilettantes. Elles étaient certes moins nombreuses cette année, contrairement à l’an passé ou le club encaissait très souvent le premier but avant de l’emporter. Ce mercredi, les joueurs ne sont pas rentrés dans leur match, pensant peut-être faire la différence par la suite. Mais noyés par leur adversaire, ils n’ont pas jamais pu revenir et ont coulé. Une belle leçon pour l’avenir.

Un manque de turnover fatal ?

Au coup d’envoi de cette rencontre, le Bayern alignait – une fois de plus – son équipe type. Un manque de turnover qui lui a peut-être été fatal, alors que les matches s’enchainent, et que les joueurs sont tous des internationaux en puissance. Peut-être aurait-il été plus judicieux de faire souffler certains titulaires habituels, pour ainsi laisser une chance à d’autres joueurs de tout donner dans l’espoir de se faire une place dans l’équipe.

On aurait pu voir Josip Stanisic, Marcel Sabitzer, Corentin Tolisso et bien sûr Marc Roca. Le Bayern est une formidable machine, qui repartira vite de l’avant après cet accident. Mais la saison et longue et sans un minimum de rotation, il sera très difficile de garder tout le groupe concentré et tous les titulaires en forme.

Des problèmes extra-sportifs ?

C’est une Affaire qui secoue l’Allemagne, jusque dans les plus hautes sphères politiques. Après la révélation de la non-vaccination de Joshua Kimmich dans les médias, des récupérations de toutes parts ont eu lieu, et ont complètement dépassé le cadre du sport. Horst Seehofer, le ministre de l’intérieur de la République Fédérale d’Allemagne, a très fortement incité le milieu international à se faire vacciner pour montrer l’exemple.

Et si tous ces bruits avaient distraits le Bayern ? En réalité, cette défaite incroyable est probablement du à la somme de tous les facteurs évoqués ci-dessus. Une seule raison ne peut pas expliquer une telle débâcle. Hormis si une hypothèse plus sombre venait à être révélée…

Un match truqué ?

C’est une thèse à prendre avec un maximum de recul et de réflexion. Évoquer le trucage du match est une accusation très lourde de conséquences, et ce n’est pas l’explication que nous défendons au sein de la rédaction. Mais il est nécessaire d’en parler, puisqu’elle a été celle de nombreux fans et de certains observateurs, qui ont pu assister à cette rencontre.

L’absence de duels remportés par le Bayern et les erreurs individuelles invraisemblables de certains joueurs ont conduit certains à s’interroger sur la légitimité de ce match. Comment de tels joueurs peuvent passer à ce point à côté de leur rencontre ? La prestation de Dayot Upamecano en est presque comique, et aucun de ses partenaires n’a bougé un cheveu pour le soutenir, le remotiver, ou renverser la vapeur. Un constat très étrange, pour une équipe complètement méconnaissable.

Samedi, à 15h30, le Bayern se déplace sur la pelouse de l’Union Berlin. Un très bon test de caractère, pour vérifier la théorie de l’accident à Gladbach, alors que s’approche le mois de novembre, historiquement celui des temps de crise pour le FCB.


Cet article vous a plu ? suivez-nous sur Facebook (Le Club 115) et sur Twitter (@LeClub115

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page
Powered By
CHP Adblock Detector Plugin | Codehelppro