Joakim Noah : Légende de Chicago

Dans la nuit du 28 octobre, lors de la rencontre entre les Chicago Bulls et les New-York Knicks, un hommage a été rendu à Joakim Noah, joueur des Bulls de 2007 à 2016. Une vidéo a été projeté au United Center dans laquelle sa mère ainsi que certains de ses anciens coéquipiers comme Derrick Rose ou Taj Gibson le félicitent et le remercient pour son immense carrière. S’en est suivie une séance d’applaudissement touchante pour le joueur qui était présent dans la salle. Joakim Noah, joueur qui a souvent été décrié pour son comportement ou son style de jeu, a pu ressentir tout l’amour que les habitants de Chicago avaient pour lui. Même si son maillot ne sera probablement pas retiré, cette « Joakim Noah night » avait pour but de dire merci, merci pour tout ce qu’il a apporté à cette ville. Alors que le joueur a pris sa retraite en 2020, revenons sur la carrière de Jooks sous les couleurs des Bulls.

Joakim Noah applaudi par l’United Center (crédits: Chicago Sun Times)

2007-2010 : Draft et débuts en NBA.


Joakim Noah est drafté en 2007 à la 9ème position par les Chicago Bulls. Il est sélectionné après ses deux compères de la fac de Floride, Al Horford (3ème) et Corey Brewer (7ème). Annoncé par les scouts comme l’un des joueurs les plus impressionnants de sa cuvée en termes de physique et d’intensité (« il criait à la manière d’un tennisman lors de chacun de ses dunks »), il n’a néanmoins pas la côte auprès des fans, notamment à cause de sa très mauvaise mécanique de shoot.

Joakim Noah vit une première année mitigée en NBA lors de la saison 2007-2008. La saison des Bulls est mauvaise (33V-49D) et le coach Scott Kyles est viré en cours de saison. Noah ne joue pas énormément due à la concurrence à son poste de Ben Wallace. Avec un peu plus de 20 minutes par match, sa production statistique n’est pas impressionante (6.6 points, 5.6 rebonds et 1.1 passes) et il est surtout critiqué pour son comportement extra-sportif. Noah demande plus de responsabilités au sein du groupe et trouve qu’il n’est pas assez mis en valeur. Dans le même temps il arrive en retard aux entraînements et reçoit de multiples amendes de la part de sa franchise et de la ligue. Problème d’attitude et grande gueule seront deux aspects qui le suivront tout au long de sa carrière.

La saison 2008-2009 marque l’arrivée à Chicago de Derrick Rose, choix numéro 1 de la Draft. Vinny Del Negro fait également son arrivée sur le banc et les Bulls repartent de l’avant, finissant la saison à l’équilibre et se qualifiant pour les play-offs. Le temps de jeu du français augmente mais il n’est toujours pas titulaire. C’est en play-offs qu’il va se révéler, lors du premier tour face aux Celtics de Paul Pierce, Kevin Garnett et Ray Allen. Avec plus de 38 minutes de jeu en moyenne sur la série, sa ligne de stats indique plus de 10 points et 10 rebonds par match. C’est aussi dans cette série qu’il réalise l’une des plus belles actions de sa carrière. Il reste moins d’une minute à jouer lors de la 3ème prolongation du game 4 et le score est à égalité. Joakim Noah réussit à intercepter le ballon dans la mains de Paul Pierce et réalise un incroyable coast to coast (notamment pour un pivot de 2m11) pour aller inscrire un dunk avec la faute en prime, dans un United Center en transe. Les Bulls perdront cette série mais c’était la dernière saison de Noah en tant que remplaçant.

2010-2014 : Tom Thibodeau et les étoiles.


Malgré une saison pleine de Joakim en tant que titulaire avec plus de 10 points, 11 rebonds et 2 passes et certaines performances remarquables (14 rebonds offensifs face aux nuggets !), Chicago réalise la même saison régulière que l’an passé pour une nouvelle élimination au premier tour face aux Cavaliers de Lebron James. Ce dernier n’aura jamais une bonne relation avec Jooks. Ils passeront leur carrière à s’embrouiller sur les parquets. Noah réalise une belle série (14.8 points, 13 rebonds) mais se fera plus remarquer en dehors que sur les parquets. Sa déclaration en conférence de presse « What’s so good about Cleveland ? » (Qu’est-ce qu’il y a de si bien à Cleveland ?), fait beaucoup parler, notamment dans un contexte de défaite.

Tom Thibodeau prend le rennes de l’équipe durant l’intersaison 2010. La relation qu’il mène avec son pivot durant ces années en tant que coach est tumultueuse mais diablement efficace. C’est sous l’égide de Thibodeau que Joakim Noah connaît ses premières (et seules) sélections au all-star game en 2013 et 2014. Les résultats des Bulls vont nettement s’améliorer dès sa première année sur le banc avec une première finale de conférence depuis plus de 13 ans et l’époque Jordan. Cette année marque également la saison de MVP de Derrick Rose et la première apparition dans la NBA 2nd All defensive team de Joakim Noah. Les qualités défensive hors normes du pivot sont enfin reconnues par la ligue alors que la défense des Bulls est au sommet de la NBA (1er defensive rating).

La grande déception de ces Bulls de Joakim Noah, Derrick Rose et Tom Thibodeau restera tout de même de n’avoir jamais connu les finales NBA malgré de très belles saison régulières (62-20 en 2010-2011, 50-16 en 2011-2012). Des résultats collectifs qui peuvent donc paraître décevants, mais cela est aussi due à la terrible blessure de Derrick Rose le 28 avril 2012. Sur le plan individuel en revanche, Joakim Noah s’impose comme l’un des tout meilleurs pivots de la ligue. Membre en 2012 et 2013 de la All NBA 1st defensive team, il est également all star en 2013. Il réalise des performances mémorables comme lors de ce game 7 face aux Brooklyn Nets au premier tour des play-offs. En l’absence de Derrick Rose, il totalise 24 points, 14 rebonds, 2 passes et 6 contres pour mener son équipe à la victoire. Ce match est aujourd’hui considéré comme le meilleur de sa carrière.

La consécration ultime intervient en 2014, lorsqu’il est élu meilleur défenseur de l’année. Il réalise sa meilleure saison statistique en carrière (12.6 points, 11.3 rebonds, 5.4 passes) et est membre de la All NBA 1st team. Il arrive même 4ème au classement du MVP. Cette superbe saison individuelle sera cependant marquée à nouveau par une décevante élimination au premier tour des play-offs par les Washington Wizards. Il n’empêche que Joakim Noah est l’une des plus grandes stars de la NBA et un idole de la ville de Chicago.

Joakim Noah recevant sont titre de défenseur de l’année (crédits: Shaw Sports)

2015-2017 : Le déclin, les blessures et le départ.


Joakim Noah ne parviendra jamais à rééditer ses performances de la saison 2013-2014. Dès la saison suivante, ses statistiques baissent nettement pour un bilan qui n’avait pas été aussi maigre depuis sa saison 2009-2010 (7.2 points, 9.6 rebonds). Ceci est également dû à l’arrivée de Pau Gasol et au nouveau rôle de Jimmy Buttler qui devient le véritable leader de l’équipe.

Il ne joue que 29 matchs lors de la saison 2015-2016 à cause d’une blessure à l’épaule et demande son départ en fin de saison. Il est tradé au New York Knicks afin et tourne la plus belle page de sa carrière. Joakim Noah aura joué 9 saisons sous les couleurs des Chicago Bulls pour un total de 572 matchs. Il s’est imposé comme une icône de la franchise et ne sera jamais oublié par les habitants de Windy City pour sa rage de vaincre et sa mentalité hors du commun.

Le meilleur moyen de résumer la carrière de Joakim Noah aux Chicago Bulls serait de le citer lui-même, avec une déclaration qui a conquis le cœur de Chicago : « Je joue pour cette personne. Cette personne qui paraît si petite tout en haut de la salle et qui n’arrête pas de sauter. C’est pour cette personne que je joue. Pour moi c’est ce que cette ville représente, du travail et de l’adversité. Je veux que quand je joue au basket, les gens se sentent comme membre de l’équipe ».

Merci pour tout Joakim.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page