Atalanta Bergame-Lazio Rome (2-2): Les tops et les flops d’un match à rebondissements

En ouverture de cette 11ème journée de Serie A, L’Atalanta Bergame accueillait la Lazio Rome pour le premier choc du week-end. Après avoir mené deux fois au score, la Lazio s’est fait rejoindre dans les derniers instants sur un but de Martin de Roon à la 94ème minute. Voici nos tops et nos flops.

Pedro célébrant l’ouverture du score (crédits: l’équipe)

Les Tops :


Immobile/Zappacosta : Les attaquants au rendez vous.

Cette rencontre promettait un véritable duel de N°9 et nous avons été servis. Véritables poisons dans les défenses, Ciro Immobile et Duvan Zapata ont régalé. Le « bomber » de la Lazio a passé sa rencontre à trouver des espaces entre les défenseurs et a réussi à se procurer de belles occasions. Il est à l’origine du premier but et a marqué le second après un superbe enchaînement. De son côté Zapata a semblé le seul à pouvoir porter le danger sur les buts de Reina, marquant un superbe but en solitaire qui aurait pu être accompagné d’une passe décisive si Muriel et Malinovskyi n’avait pas été maladroits en fin de match.  

Une belle ambiance du côté de Bergame.

Ce n’est pas dans les victoires que l’on reconnait la ferveur d’un public mais bien dans les moments un peu plus délicats. Cet après-midi au Gewiss Stadium, l’Atalanta n’a pas mené une seule fois au score mais il n’y a pas eu un seul instant sans qu’on entende des chants résonner dans l’enceinte. C’est pour l’absence de ce genre d’ambiance que les matchs à huis-clos du covid étaient qualifiés de criminels. Les supporters bergamasques ont été un acteur principal de la rencontre et ils ont interdit poussé leur équipe jusqu’au bout. Soutien immuable que les joueurs leur ont rendu avec cette égalisation de Martin De Roon dans les dernières secondes.  

Pedro : une renaissance en Italie.

A 34 ans, l’ex attaquant du Barça des grandes années montre qu’il peut encore apporter au football. Durant l’entièreté de la rencontre, il a multiplié les aller-retours défensifs sans pour autant perdre sa lucidité dans les moments décisifs. Sur l’ouverture du score, il a bien suivi après la frappe de Ciro Immobile pour pousser le ballon au fond des filets. Sur le deuxième but, c’est lui qui remonte la balle depuis sa propre moitié de terrain pour servir son attaquant dans les meilleures conditions. En somme un match complet de l’attaquant espagnol, qui sait se rendre indispensable ou qu’il soit.  

Les Flops :


Une défense bergamasque aux abois.

Privé de nombreux joueurs sur les postes arrière (Hateboer, Djimsiti, Gosens, Palomino), Gasperini a dû improviser une défense centrale composée de Lovato, Demiral et… Martin de Roon, milieu de terrain n’ayant jamais évolué à ce poste. Le manque d’automatisme s’est fait ressentir tout le match sur les contres attaques de la Lazio, avec un espace toujours trop important entre ce trio défensif. Un attaquant tel qu’Immobile n’en demandait pas moins pour apporter le danger constamment et le deuxième but Romain intervient sur une relance ratée de Martin de Roon, qu’on ne pourra pas vraiment blâmer.

Pasalic/Ilicic : des soutiens offensifs transparents.

Alignés tous les deux aux côtés de Duvan Zapata pour animer l’attaque bergamasque, Mario Pasalic et Josip Ilicic n’ont pas pesé bien lourd. Remplacé à la 59ème minute après 9 ballons perdus et 0% de dribles réussis, Mario Pasalic a traversé cette rencontre comme un fantôme. Ilicic, un peu plus en vue, a multiplié les erreurs techniques et les mauvais choix sans jamais apporter un véritable danger sur les cages adverses. La performance de ce duo a été un gros facteur dans la faible prestation offensive de la Dea.

Une Lazio inconstante.

Après un match convaincant face à la Fiorentina en milieu de semaine (victoire 1-0 ), la Lazio n’arrive toujours pas à enchaîner. Incapable de gagner deux matchs consécutifs depuis la 3ème journée, l’équipe semble sur courant alternatif. Capable du meilleur (victoire contre l’Inter et la Roma) comme du pire (défaite contre Vérone et Bologne), la Lazio reste à la 6ème place du classement avec une journée de plus que les autres, pas au niveau de l’objectif fixé du top 4. Maurizio Sarri a annoncé qu’il lui faudrait un an pour imposer sa patte, en espérant tout de même que les résultats arrivent avant.  

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page