5 signes qui montrent que l’ASSE peut croire en son maintien

Toujours sans victoire au bout de 12 journées de Ligue 1, l’ASSE pointe à la dernière place du classement après un nouveau match nul à Metz (1-1). Tout reste pourtant encore à jouer dans la course au maintien, et le peuple vert peut s’accrocher à certains motifs d’espoirs.

Wahbi Khazri (de profil) porte l’ASSE sur ses épaules (Federico Pestellini / PANORAMIC)

1. Un état d’esprit retrouvé.

Si les Stéphanois ont déçu leurs supporters à de nombreuses reprises cette saison, ils semblent enfin avoir pris conscience du danger qui guette le club. En ce mois d’octobre, l’ASSE a joué quatre rencontres, et ne s’est incliné qu’une seule fois, pour trois matches nuls. Si la lourde défaite à Strasbourg (1-5) a marqué les mémoires, elle peut être occultée par d’autres parties plus encourageantes.

A trois reprises, les Verts sont parvenus à faire preuve de caractère pour ne pas perdre. D’abord contre le rival lyonnais, dans le derby (1-1). Puis, à la maison contre Angers, dans des conditions extrêmement difficiles, ou ils sont parvenus à remonter in extremis un déficit de deux buts (2-2). Et enfin, à Metz (1-1), grâce à une inspiration géniale de Wahbi Khazri.

2. Les stats en faveur de l’ASSE.

Si le classement de Ligue 1 est peu reluisant pour ce club historique du championnat de France, il faut aussi reconnaitre que ce dernier souffre d’un certains manque de réussite depuis le début de la saison. L’image ci-dessous montre deux classements avant le coup d’envoi de la 12ème journée. A droite, le classement réel. A gauche, le classement avec la position que chaque club devrait occuper selon les opportunités qu’il se créées et qu’il concède.

Selon ce classement, l’ASSE ne mérite pas sa place actuelle et devrait être 16ème. Si la réalité ne peut être changée, et est la seule vérité qui compte, il faut y voir un signe encourageant. Non, l’AS Saint-Étienne n’est pas une lanterne rouge à la ramasse de ses concurrentes. Oui, elle peut remonter la pente, car dans le jeu, elle fait mieux que quatre autres clubs.

3. La concurrence ne s’échappe pas.

Car c’est l’un des autres points importants. Alors que presque un tiers de la saison a été joué, de nombreuses équipes se tiennent en respect en bas de tableau. Au coup de sifflet final de sa rencontre face au FC Metz, l’ASSE n’avait toujours qu’un point de retard sur son adversaire du jour, qui occupe la place de barragiste. Hors de la zone rouge, Bordeaux (16e) n’a provisoirement que 3 points d’avance, alors que les Girondins reçoivent Reims (15e) qui en a seulement cinq de plus. Le retard n’est donc pas insurmontable pour la formation de Claude Puel, à condition de se mettre à gagner.

4. Wahbi Khazri.

Et pour remporter leurs trois premiers points, les Verts pourront s’appuyer sur un homme en forme, Wahbi Khazri. L’international tunisien porte l’ASSE dans le jeu mais aussi sur le tableau noir. Un penalty transformé face à l’OL, un superbe coup-franc contre Angers et une frappe extraordinaire à Metz : le bilan récent du natif d’Ajaccio est excellent et son état d’esprit conquérant est indispensable à son équipe. Avec un Etienne Green qui fait régulièrement des miracles dans les cages, le vent pourrait tourner dans les prochaines semaines. Mais ces deux hommes vont devoir être soutenu par un meilleur collectif.

5. Un calendrier plus doux à venir

Enfin, si Saint-Étienne est lanterne rouge, le calendrier à venir pourrait permettre aux Verts faire bouger les lignes. Alors que l’ASSE a déjà affronté Monaco, Marseille, Lille ou Lyon, elle n’a que le PSG comme grosse écurie à défier lors de ses quatre rencontres à venir. La prochaine, ultra décisive, l’opposera à Clermont, à Geoffroy-Guichard. Un match qui semble à la portée des partenaires de Mahdi Camara. Tout comme le déplacement à Troyes (bien que séduisant) qui lui fera suite, et celui à Brest.

Pour garder l’espoir d’un maintien, il faudra prendre un maximum de points face à ces concurrents directs. Une victoire à domicile contre Clermont est indispensable, tandis qu’il faudrait ramener entre 2 à 4 points au moins des deux déplacements. Le match contre Paris n’étant que du bonus. A Saint-Étienne de faire prendre vie à son destin, qui est de figurer dans l’élite du football hexagonal !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page