3 secrets sur la bonne période de l’ESTAC

Auteur d’une nouvelle bonne prestation contre une belle équipe équipe de Ligue 1, dimanche dernier, face au Stade Rennais (2-2), l’ESTAC n’a perdu que deux fois lors de ses huit derniers matches. 14èmes, les champions de Ligue 2 devront lutter jusqu’au bout pour leur maintien, mais semblent bien partis au tiers du championnat.

L’ESTAC réalise un début de saison satisfaisant ! (Jérôme BRULEY, L’Est éclair)

Après des débuts difficiles (1 point en 4 matches), Troyes a lancé sa saison lors de la cinquième journée de Ligue 1, en allant s’imposer à Metz (2-0). Depuis, les joueurs de Laurent Batlles ne se sont inclinés qu’à deux reprises, toujours à l’extérieur, contre Lyon (1-3) et face au FC Nantes (0-2). Invaincus lors des réceptions de Montpellier (1-1) et Angers (1-1), les Troyens ont aussi réussi le tour de force de s’imposer devant l’OGC Nice (1-0) et sur la pelouse du Stade de Reims (2-1).

Un entraîneur de qualité

Débarqué dans l’Aube pour la saison 2019-2020, Laurent Batlles entame sa troisième saison au club. A l’époque, cet ancien joueur emblématique de la Ligue 1 des années 1990 et 2000, prenait pour la première fois les reines d’une équipe professionnelle. Comme le joueur fin qu’il était, Batlles a fait les choses dans l’ordre, avec une première expérience en tant qu’adjoint de Christophe Galtier à l’ASSE (2015-2016), puis en tant que coach de la réserve des Verts (2016-2019).

Laurent Batlles est l’homme de la situation (Jérôme BRULEY, L’Est éclair)

Une patience qui a payé, puisqu’il terminait quatrième, à trois points de la première place seulement, lorsque le saison fut arrêté à la 28e journée. L’année d’après fut la bonne, avec 77 points, l’ESTAC terminait en tête de la Ligue 2 et retrouvait l’élite trois ans après l’avoir quitté. Ce début de saison confirme le bon travail effectué par Batlles avec la formation troyenne, à laquelle il apporte de la cohérence, de la rigueur, et une vision moderne du football.

Une tactique bien rodée

Depuis le début de la saison, Laurent Batlles n’a pas sans cesse modifié son système de jeu, y compris lorsque le club traversait une passe difficile en début de championnat. Organisé, en 3-4-3 ou en 5-3-2, l’ESTAC a ses deux schémas préférentiels. Les joueurs ont leurs automatismes et ont l’habitude d’évoluer ensemble. Depuis le début de la saison, Yoann Touzghar, Renaud Ripart et Mama Baldé ont souvent évolué ensemble sur le front offensif.

Au milieu, les bons résultats troyens coïncident avec l’association de la doublette composée de Xavier Chavalerin et de Rominigue Kouamé N’guessan. Si le premier a déjà inscrit 3 buts cette saison, le second est précieux de par son influence au milieu. Sur les côtés, le jeune Giulian Biancone (21 ans) s’impose devant Youssouf Koné. A droite, un autre jeune, Issa Kaboré, joue presque tous les matches. Derrière, ça tourne autour du capitaine Jimmy Giraudon, avec par exemple Adil Rami, qui a marqué lors du dernier match face au Stade Rennais.



Souvent dominé en terme de possession de balle, Troyes l’est rarement en terme d’occasions créées. Bruno Génésio l’a lui même reconnu après le match nul concédé par le Stade Rennais, sur la pelouse du Stade de l’Aube, dimanche dernier : « On est revenus, (…) on aurait pu l’emporter. Mais, sur le match, cela n’aurait pas forcément été mérité ». La preuve, comme lors de nombreuses rencontres, l’ESTAC a laissé le monopole du cuir à son adversaire (38% de possession), mais a tiré 14 fois au but, contre 13 pour les Bretons.

Un effectif bien construit

En recrutant Gauthier Gallon à l’US Orléans en 2019, Troyes a enregistré l’arrivée d’un bon gardien, qui se montre régulièrement décisif. La filière belge tourne aussi très bien du côté de l’ESTAC, puisque Issa Kaboré avait été recruté à Malines en 2019. Prêtés en Belgique, respectivement par Monaco et Lille, Giulian Biancone et Rominigue Kouamé N’guessan ont aussi rejoint l’Aube dans la foulée de ces expériences.

Pour le moment, le recrutement 2021-2022 est aussi très prometteur. Arrivé libre, Adil Rami est la figure de proue du mercato troyen. En trois matches joués avec l’ESTAC, il n’a jamais connu la défaite. Dans le secteur offensif, il semble que Laurent Batlles et ses scouts aient aussi visé juste : Mama Baldé, arrivé de Dijon, et Xavier Chavalerin, venu de Reims, sont les deux meilleurs buteurs du club au bout de 12 journées (3 buts chacun).

Si lors de leur dernières saison en Ligue 1, les Troyens figuraient à la 14e place, aussi, à l’issue de la phase aller, les blessures de joueurs importants avaient propulser l’équipe en deuxième division. La prudence doit donc rester de mise, même si ces premiers matches sont prometteurs…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page