Formule 1 : La fin de saison promet d’être haletante.

Lewis Hamilton s’est imposé à Interlagos ( crédits : La nouvelle répupblique)

Doha, Djeddah et Abu Dhabi. Ces trois villes accueilleront les trois ultimes grands prix de la saison 2021 de Formule 1. Sur les dernières années, il était rare que le suspens soit encore entier à ce stade pour les premières comme les dernières places. Alors que la bataille entre le septuple champion Lewis Hamilton et le challenger Max Verstappen atteint son paroxysme, d’autres luttes font rage tout le long de la grille et connaîtront leur dénouement sur le fil. Voici ce qu’il ne faut pas manquer sur la fin de saison de cette 72ème édition de Formule 1.

Lewis Hamilton/Max Verstappen : L’explication finale


Depuis le début de l’ère hybride et la domination de Mercedes, Lewis Hamilton n’a jamais été inquiété par le pilote d’une écurie adverse. Parmi ses sept années de domination écrasante sur le championnat seul un de ses coéquipiers, Nico Rosberg, à su le faire tomber. C’était en 2016 et le pilote allemand a pris sa retraite dans la foulée sachant que l’impossible venait d’être accompli. Cette saison, Red Bull a enfin su créer une voiture pouvant concurrencer la marque allemande et parfois même la dominer. Et qui de mieux que Max Verstappen, le jeune prodige effronté, pour se dresser devant l’une des plus grandes légende de ce sport. Les deux pilotes se sont rendus coups pour coups cette saison.

Alternant les victoires, ils se sont envoyés à plusieurs reprises au tapis comme lors de cet accident mémorable à Monza ou la voiture du Britannique s’est retrouvé sous celle du Néerlandais. Lors de la tournée américaine, Verstappen semblait enfin avoir pris un avantage considérable avec ses deux victoires aux Grands Prix des Etats-Unis et du Mexique à l’issue desquels il comptait 19 points d’avance. Malheureusement pour lui, Lewis Hamilton ne meurt jamais et a livré un exceptionnel Grand Prix du Brésil, dépassant Verstappen en fin de course alors qu’il ne partait que 10ème sur la grille suite à des pénalités. Seulement 14 points séparent désormais les deux hommes. Tout reste à jouer pour ce qui restera sans doute comme l’une des plus belles batailles pour le titre pilote de l’histoire de la Formule 1.

La bataille entre ces deux pilotes est aussi la bataille de Red Bull contre Mercedes. Après des années passées dans l’ombre de l’écurie de Toto Wolf, Red Bull a finalement réussi à créer une voiture capable de rivaliser. Contrairement au championnat pilote, c’est Mercedes qui mène au championnat constructeur par 12 points. Alors que l’écart entre les deux pilotes numéro 1 s’annonce minime, les deux hommes pouvant décider du sort de ce titre sont Valterri Bottas et Sergio Pérez. Avec chacun une victoire au compteur cette saison, leur rôle cette saison était clair : Assister le mieux possibles les deux stars du paddock dans leur quête du Graal. Souvent dans l’ombre, leur duel sera pourtant déterminant pour savoir si Mercedes sera enfin détrôné après sept ans de règne.

Duel entre Hamilton et Verstappen à Imola (crédits : eurosport)

Un duel pour la 3ème marche du podium


Durant la première moitié de saison, la 3ème place du championnat constructeur semblait promise à l’écurie McLaren. La voiture de l’exercice 2021 a épaté par ses performances, semblant même pouvoir concurrencer les Red Bull et Mercedes sur certains circuits. Comme à son habitude, Lando Norris a réalisé un début de saison tonitruant avec 3 podiums sur les 10 premières courses pour un total de 113 points. La seule ombre du tableau pour McLaren était incarnée par Daniel Ricciardo en qui l’écurie avait placé de grands espoirs. Malgré une saison 2020 excellente au volant d’une Renault, l’Australien a eu du mal à entrer dans sa saison, peinant à adapter son style de conduite à la voiture et souffrant de la comparaison avec son coéquipier. Malgré une victoire surprenante à Monza suite à un week-end parfait, on aurait pu croire sa saison lancée mais il n’a pas été aidé par les évènements (problèmes techniques, changement de moteur). Pire encore, Lando Norris a baissé de régime et McLaren a vu fondre son avance au classement sur… Ferrari.

Les confrontations directes entre les pilotes de l’écurie au cheval cabré et de McLaren se sont faites plutôt rares. A la différence de l’écurie de Zak Brown, la voiture Ferrari est montée en puissance au fil de la saison avec deux pilotes performants et surtout plus réguliers que leurs homologues en orange. Charles Leclerc et Carlos Sainz ont grapillés petit à petit des points à McLaren pour voir leur écurie passer devant au constructeur à quatre Grands prix de la fin. Après le circuit d’Interlagos, Ferrari compte 31.5 points d’avance et sa voiture semble plus rapide. Cependant une chose est sûre, tout va extrêmement vite en Formule 1 et Ferrari est loin d’avoir assuré sa place sur le podium.

La bataille des pilotes pour le « meilleur des autres » (hors pilotes Mercedes et Red Bull) se jouera probablement entre Lando Norris (151 points) et Charles Leclerc (148 points) bien que Carlos Sainz reste à l’affût (138.5 points).

Incroyable podium pour McLaren à Monza (crédits : Auto journal)

La bataille française


La grille 2021 de Formule 1 se divise en différents duels d’écuries. Derrière Mercedes et Red Bull puis Ferrari et Mercedes se trouvent Alpine et Alpha Tauri se battant pour figurer dans la première partie de classement. Les deux équipes possèdent exactement le même nombre de points (112) avant le Grand Prix du Qatar. En vue des objectifs de début de saison, Alpine semble être l’écurie perdante à se retrouver dans une telle situation face à une écurie « secondaire », Alpha Tauri étant la Junior team de Red Bull. C’était sans compter sur un moteur Honda (le même que Red Bull) au-dessus du lot cette année et des performances mitigées de la voiture française. De plus, l’écurie italienne peut compter sur un atout majeur : Pierre Gasly. La voiture semble faite pour lui et il la lui rend bien. Il a enchaîné les performances époustouflantes en qualification avec pas moins de 12 qualifications (sur 18 tentatives) achevés dans le top 6. Malgré des performances parfois plus mitigées en course dues aux limites de la voiture face aux meilleures équipes, Gasly porte son équipe sur son dos pour la maintenir à hauteur d’Alpine. En effet son coéquipier, le rookie Yuki Tsunoda a eu du mal à s’adapter en Formule 1 ne marquant que 20 points contre 92 pour Pierre Gasly.

De son côté Alpine vit une saison de transition, l’écurie ayant clairement affiché son ambition d’être compétitive en 2022 lors de la réforme des voitures de la catégorie reine. Fernando Alonso a prouvé qu’il n’avait rien perdu de son agressivité malgré ses 40 ans. Son retour en formule 1 est une réussite, comme le prouve son classement de n°1 dans l’écurie, devant un Esteban Ocon pourtant membre de l’équipe Alpine depuis deux saisons. Malgré une première victoire complètement folle lors du grand prix de Hongrie, le Français a du mal à se démarquer dans ce milieu de grille, dépassant notamment beaucoup moins que son compère espagnol.

Le finish s’annonce serrée entre Alpha Tauri et Alpine. L’issue de ce duel dépendra principalement de la capacité de Pierre Gasly à tenir tête aux deux pilotes adverses, ce qui représenterait un exploit individuel hors du commun dont il semble néanmoins capable.

Pierre Gasly à Monaco (crédits : l’équipe)

Les duels internes


Les plus grandes rivalités de pilotes sont souvent celles entre coéquipiers. Le modèle des équipes à deux pilotes courant main dans la main pour rapporter un maximum de points à l’équipe est proche de l’utopie. En réalité, le coéquipier d’un pilote est le seul contre qui il court à armes égales.

Prenons l’exemple de Mick Schumacher et Nikita Mazepin chez Haas. Leur voiture n’est pas compétitive est l’écurie est dans une saison de transition avant 2022. La rivalité entre les deux pilotes est pourtant l’une des plus marquantes de la saison tant ils ne semblent pas se supporter. Leurs nombreuses batailles en fond de grille ont généré plusieurs incidents sans qu’aucun ne parvienne à inscrire un point cette année (à la différence de tous les autres pilotes). Bien que l’Allemand soit généralement au-dessus du Russe en qualification ainsi qu’en course, si l’un des deux parvenait à arracher ne serait-ce qu’un point sur l’un des trois derniers Grands Prix il finirait devant son rival au classement final. Rien ne ferait plus plaisir à chacun.

Dire que George Russel a dominé Nicolas Latifi sur leurs deux saisons chez Williams est un euphémisme. Le Britannique a terminé 26 fois devant son coéquipier canadien pour 5 revers lorsque les deux pilotes ont terminé la course. Cette saison, Russel a fini devant Latifi lors des 16 premières qualifications. Cependant lors des trois derniers Grand Prix c’est le pilote de l’ombre qui a devancé le jeune prodige sur l’épreuve du samedi, fait assez inhabituel (l’une d’entre elle étant dû à la non-participation de Russel pour changement de moteur). Russel a-t-il déjà la tête à Mercedes ? Bien qu’il compte une solide avance au championnat (16 points contre 7), il sera intéressant d’observer comment le Britannique va réagir à ces deux revers successifs et s’il est capable de remettre les pendules à l’heure.

Comme mentionné précédemment, Charles Leclerc et Carlos Sainz sont à la lutte pour la 5ème place du classement des pilotes. Le Monégasque, annoncé comme numéro 1 de l’équipe et protégé de la Scuderia, a rencontré une belle adversité du nouvel arrivant Carlos Sainz qui réalise une très belle saison. Certaines tensions sont mêmes apparues lors du Grand Prix du Mexique, ou Ferrari a demandé à Leclerc de laisser passer un Carlos Sainz plus rapide. Ce dernier s’est alors plaint du comportement de Leclerc qui aurait mis trop de temps à s’exécuter. Néanmoins, le Monégasque représente l’avenir de l’écurie et devrait être favorisé dans les futures stratégies en course afin que l’équilibre soit respecté. Sait-on jamais ….

Ce n’est pas l’amour fou entre coéquipiers chez Haas. (crédits : Alamy)

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :