Les 10 meilleurs coureurs cyclistes en 2021 : Tadej Pogacar, l’imbattable ! #1


Au sommet du Col du Portet, Tadej Pogacar assome définitivement le Tour de France 2021, sur lequel il triomphe presque sans soucis ! (DDM LAURENT DARD)

Aujourd’hui s’achève notre Top 10 des meilleurs coureurs cyclistes de la saison 2021, avec, sans surprise, Tadej Pogacar à la 1ère place de ce classement ! Au sommet de son art, le diamant slovène règne sur le cyclisme mondial, imposant sa loi tant sur les classiques d’un jour que sur les courses à étapes. A seulement 23 ans, son règne semble seulement débuter…


L’irrésistible ascension


Intouchable dès que la route se cabre, Pogacar sait aussi se montrer redoutable face au chronomètre. Ainsi, il épate en remportant la cinquième étape du Tour de France, un contre-la-montre tout plat de 27km entre Changé et Laval. Le deuxième, Stefan Küng, l’un des meilleurs rouleurs de la planète, est carrément repoussé à 19 secondes ! Sur le chrono de Saint-Emillion, il ne termine qu’à la 8ème place et se contente de savourer son triomphe. (AFP)

Comment ne pas achever ce Top 10 avec Tadej Pogacar en numéro un ? Phénoménal, irrésistible, épatant et désarmant de facilité, le Slovène de seulement 23 ans a été tout ça à la fois en 2021, une année durant laquelle pas moins de 13 succès se sont accumulés dans sa besace déjà bien remplie. Pas vraiment une surprise puisque Pogacar n’a cessé de battre des records de précocité depuis son passage chez les professionnels en 2019, à seulement vingt ans. Il n’a donc pas dérogé à la règle cette saison, en poursuivant sur sa belle lancée de 2020. Intouchable en haute montagne, impressionnant en contre-la-montre et suffisamment rapide pour remporter des sprints en petit comité, Pogacar est ce qu’il se fait de mieux sur la planète cyclisme en ce début de décennie.


Un Tour de France dominé de la tête et des épaules !


Dans la montée vers Tignes, Pogacar place un démarrage qui laisse sur place Carapaz, Kelderman, Mas, Vingegaard et les autres… (Jan De Meuleneir/PN/BettiniPhoto©2021)

Ainsi, derrière ce visage juvénile coiffé d’une tignasse souvent hirsute, se cache en réalité un véritable champion qui semble d’ores et déjà atteindre une certaine maturité sportive. Vorace, le natif de Komenda n’a rien concédé à ses adversaires, faisant étalage de toute sa polyvalence pour engranger un maximum de succès partout où l’occasion s’est présentée. Par exemple, bien qu’ayant course gagnée depuis les Alpes, il n’a pas hésité à s’adjuger les deux étapes pyrénéennes du Tour de France, épreuve qu’il a remportée pour la deuxième fois consécutive sans jamais être véritablement inquiété par la concurrence. Un coup de panache qui illustre bien la sérénité dans laquelle il évolue sur un vélo.

Son craquage dans la seconde ascension du Mont Ventoux lors de la 11ème étape, seul et unique moment de faiblesse que le Slovène a laissé transparaitre en juillet, est resté sans lendemain. Sur la Grande Boucle, l’acmé de sa formidable saison 2021, il a tout raflé sur son passage en dépit d’une équipe soi-disant trop faiblarde : victoire finale avec plus de cinq minutes de marge sur son dauphin Jonas Vingegaard, assortie de trois étapes, du maillot blanc de meilleur jeune et du maillot de meilleur grimpeur.


L’un des rares moments de faiblesse de Tadej Pogacar en 2021 : à quelques encablures du sommet du Ventoux, Jonas Vingegaard attaque et parvient à faire craquer le maillot jaune, qui reviendra dans la descente ! (Photo by Anne-Christine POUJOULAT / AFP)

Pogacar a tout écrasé cette saison !


Liège-Bastogne-Liège : dans un final haletant, Pogacar arrache de justesse son premier monument, au nez à la barbe des Français Julian Alaphilippe et David Gaudu ! (AP Photo/Olivier Matthys)

En dehors du Tour, Pogacar a par ailleurs réussi à remplir l’ensemble de ses objectifs de la saison. C’est bien simple, il a remporté la totalité des courses par étapes auxquelles il a pris part (UAE Tour, Tirreno-Adriatico, Tour de Slovénie et donc Tour de France), à l’exception du Tour du Pays-Basque, achevé à la troisième place… non sans avoir préalablement sacrifié ses chances pour son équipier Brandon McNulty, finalement trop juste pour jouer la gagne. Surtout, Pogacar a accompli l’exploit de glaner les deux premiers monuments de sa carrière, Liège-Bastogne-Liège, arraché au sprint devant Alaphilippe, et surtout le Tour de Lombardie -il est devenu le premier Slovène à inscrire son nom au palmarès-, durant lequel il s’est à nouveau payé le luxe d’attaquer de loin.

Car en plus de gagner souvent, Tadej le fait avec la manière ! Symbole d’une jeune génération décomplexée et libérée des carcans traditionnels, il n’hésite pas à bouleverser les schémas de courses établis en attaquant loin de l’arrivée, passant même à l’offensive lorsqu’il est leader d’une épreuve ! En témoigne son accélération dans la montée vers Tignes, maillot jaune sur les épaules, lors de la neuvième étape du Tour de France.  


Un champion hors du commun, entre ombre et lumière…


Après Liège-Bastogne-Liège, Pogacar remporte son deuxième monument sur le Tour de Lombardie en se jouant de Fausto Masnada ! En 2021, « Pogi » vole sur la route ! (Getty Images)

Incontestablement, Pogacar boxe donc dans la catégorie des champions cyclistes hors du commun. Un constat partagé par l’un d’entre eux, un certain Eddy Merckx, l’homme qui est considéré comme le meilleur coureur cycliste de tous les temps : « J’ai entendu maintes fois ‘c’est le nouveau Merckx’ sans que les conditions soient remplies, mais avec Tadej Pogacar, je pense qu’on le tient vraiment cette fois-ci », a-t-il expliqué sur Eurosport.

Pas de quoi flamber pour Pogacar, qui a le mérite de savoir rester relativement discret et humble, même dans la victoire. « Je suis très honnête quand je dis que l’objectif de ma carrière, c’est de réussir à profiter du moment et faire plaisir à ma famille, a-t-il confié aux journalistes de L’Equipe. Je m’en fous du futur, de marquer l’histoire du cyclisme, d’être comparé aux grands. »


Légende du sport cycliste, Eddy Merckx (en bas à gauche) admire les performances, la polyvalence et le panache de Tadej Pogacar. (Imago)

Adoubé par les géants de son sport, craint par des adversaires impuissants, adulé en Slovénie, Pogacar s’est bien sûr attiré les foudres d’une partie de l’opinion publique et des suiveurs. La rançon de la gloire, d’une certaine façon. Mais les interrogations soulevées par ses exploits répétés ne sont pas complètement gratuites. En effet, quel crédit accorder à un coureur qui écrase l’adversité et explose tous les records, alors même qu’il est dirigé et entrainé par des managers sportifs impliqués par le passé dans plusieurs scandales de dopage ?

Au mois de juillet, l’intéressé avait balayé les soupçons d’un revers de la main : « Je pense que ce qui s’est passé (les scandales de dopage, ndlr) appartient au passé », a-t-il déclaré, avant d’aller encore plus loin : « Le nouveau cyclisme est un sport bien plus beau qu’auparavant. Mais je ne peux parler qu’en mon nom ».

Numéro un mondial au classement UCI, « Pogi » s’affirme en maitre absolu de la nouvelle génération du vélo. S’il préfère ne pas parler du passé, ne pas regarder en arrière, c’est d’abord parce que le futur lui appartient. Un futur qui sera fait encore une fois de classiques et de grands tours en 2022, autant d’épreuves qu’il compte bien marquer de son emprunte, quel que soit le terrain de jeu. S’estimant encore trop jeune pour tenter l’improbable doublé Giro – Tour, le Slovène devrait à nouveau faire du Tour de France sa priorité, après avoir disputé les classiques ardennaises. La Vuelta pourrait également figurer à son calendrier.

Alors, qui pour stopper l’ascension du meilleur coureur de la saison 2021 ?


Tadej Pogacar, Slovène, 23 ans

Equipe : UAE Team Emirates (depuis 2019)

30 victoires professionnelles en carrière (route)

Ses principales performances en 2021 (route) :

  • Tour de France (+3 étapes, maillot de meilleur grimpeur, maillot de meilleur jeune)
  • Liège-Bastogne-Liège
  • Tour de Lombardie
  • Tirreno-Adriatico (+1 étape)
  • UAE Tour (+1 étape)
  • Tour de Slovénie (+1 étape)
  • 3ème du Tour du Pays-Basque (+1 étape)
  • 3ème des championnats de Slovénie du contre-la-montre
  • 3ème de la course en ligne des Jeux Olympiques
  • 3ème des Trois Vallées Varésines
  • 4ème de Milan-Turin
  • 5ème des championnats d’Europe (course en ligne)
  • 5ème du championnat de Slovénie (course en ligne)
  • 7ème des Strade Bianche
  • 10ème des championnats du monde du contre-la-montre
  • 12ème des championnats d’Europe du contre-la-montre

Alexis Kopp

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page
Powered By
CHP Adblock Detector Plugin | Codehelppro