Les tops et les flops de la victoire démentielle des Bleus face à la Nouvelle-Zélande (40-25)

Historiques, magnifiques, extraordinaires, incroyables… Les superlatifs manquent pour qualifier les prestations de chacun des joueurs du XV de France, éclatant face aux All Blacks (40-25). Les Bleus signent une prestation presque parfaite pour passer le cap des 40 points !

Romain Ntamack a régné sur la rencontre (AFP)

LES TOPS


Romain Ntamack change le cours du match

Nous jouons la 62ème minute. Les All Blacks ne sont plus qu’à 2 points (27-25) et poussent le cuir dans l’en-but. Romain Ntamack réussit à sauver la situation, relance audacieusement en effaçant trois adversaires, pour trouver d’une passe à l’aveugle Melvyn Jaminet. Au sortir de cette action, la France marquera 3 points au lieu d’en encaisser 7. Ajoutez à cela une maîtrise parfaite du jeu, et un essai d’entrée (12′), et vous obtenez un match extraordinaire de l’ouvreur du Stade Toulousain.

Peato Mauvaka éclatant

Que dire… Absent au coup d’envoi, Julien Marchand aurait pu cruellement manquer à ses partenaires. Ce ne fut pas le cas. La raison ? Une prestation monstrueuse de Peato Mauvaka, auteur d’un doublé. Le Toulousain a d’abord conduit admirablement bien son maul (3′), avant de trouver l’ouverture en se lançant à 5 mètres de la ligne (32′). A la pointe du combat, son lancer en touche manqué, et sa pénalité concédée ne pèsent pas lourd face à son apport exceptionnel.

Le Wilkinson du Var

Nous avons nommé… Melvyn Jaminet ! Le natif de Hyères, et joueur de l’USAP, a réalisé une prestation édifiante pour sa sixième sélection. 8/8 au pied, des ballons toujours bien relancés, des percées intéressantes et une abnégation géniale, Jaminet ne craint pas la pression : il la boit. Et les All Blacks en ont fait les frais…

Grégory Alldritt monumental

Critiqué depuis le début de saison, le Rochelais a répondu présent en remplissant son rôle de 8 à merveille. Surpuissant à l’impact, plaqueur acharné, gratteur intempestif, Alldritt a offert son plus beau visage, pour faire baisser le regard d’un des meilleurs joueurs du monde, et vis à vis, Ardie Savea.

Tous les autres…

Antoine Dupont qui transforme l’exceptionnel en normalité. Cameron Woki qui s’est superbement bien adapté à son nouveau poste. François Cros, Anthony Jelonch et Paul Willemse qui ont ferraillé comme jamais. Cyril Baille et Uini Atonio qui ont apporté leur puissance. Jonathan Danty qui a assis ses vis à vis. La force tranquille de Gaël Fickou, la férocité de Gabin Villière et le flair de Damian Penaud. Sans oublier l’apport capital du banc, sans qui rien aurait été possible…

LES FLOPS


Le premier essai All Blacks

Pas valable, tout simplement. A l’origine de cet essai, un 50/22 accordé aux Néo-Zélandais alors que la balle était sortie directement en touche. Cette erreur d’arbitrage aurait pu influer bien plus gravement sur l’issue du match.

20 minutes de flottement

Du retour des vestiaires à l’heure de jeu, les Bleus ont subi la réaction des All Blacks. Pris autour des rucks, ils ont aussi rendu trop de ballons sans mettre suffisamment de pression sur leurs adversaires. Il s’en est fallu de très peu pour que la Nouvelle-Zélande en profite pour retourner le match en sa faveur.

Les All Blacks ne sont plus si forts

S’ils font à coup sûr partie de l’une des trois meilleures nations du Monde, les Néo-Zélandais n’impressionnent plus comme lors de ces dernières années. Depuis leur lourde défaite en Coupe du Monde face à l’Angleterre (5-19), ils ont aussi perdu contre l’Argentine, l’Australie, l’Afrique du Sud, l’Irlande et donc la France. La coupe est presque pleine pour une équipe qui a toujours des joueurs magnifiques, mais peut-être plus aussi dominants que l’étaient les McCaw, Carter, Nonu, Smith…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :