La fin des débats #1 : Grégory Alldritt indispensable en 8

Critiqué par certains observateurs, après son début de saison compliqué avec le Stade Rochelais, Grégory Alldritt a répondu de la meilleure des manières, samedi soir, face aux All Blacks.

Grégory Alldritt a balayé les débats à son poste (© Crédit photo : Laurent THEILLET, Sud-Ouest)

Il avait probablement ciblé ce match, comme pour prouver à tout le rugby français qu’il est bien le meilleur troisième ligne centre en activité dans l’hexagone. A 24 ans, Grégory Alldritt a tout pour être un joueur majeur de l’équipe de France, et sa performance de très haut niveaux face à la Nouvelle-Zélande l’a rappelé de manière cinglante.

Un joueur complet

Critiqué en ce début de saison, une partie du public et des médias lui reprochait notamment un manque de puissance, attribut clé à son poste. Beaucoup auraient souhaité voir évoluer le Toulousain Selevasio Tolofua avec le maillot floqué du numéro 8. D’autres, pressaient Fabien Galthié de donner une nouvelle chance au flancker Anthony Jelonch.

Contre les All Blacks, c’était pourtant bien Grégory Alldritt a qui était de nouveau confiée la responsabilité de poste si complexe. Et le joueur formé au FC Auch n’a pas manqué à son devoir. Son punch, son abnégation en défense, sa capacité à trouver des espaces ainsi qu’à avancer au contact, ont prouvé qu’il était bien au-dessus de la concurrence à ce poste.

Taulier de son poste

Son intelligence sur le rectangle vert est également supérieure à la moyenne. Elle peut s’illustrer dans son placement et sa vision du jeu, mais aussi dans sa gestion parfaite des sorties de mêlées. Pour déloger le Rochelais Alldritt, il faudra se lever de bonne heure. Certainement trop tôt, pour être plus en forme que lui un soir de match à Saint-Denis.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page