Clermont : quel bilan et quel horizon après 10 journée ?

Après un début de saison compliqué, l’ASM Clermont-Auvergne (8ème, 23 pts) s’est refait une santé, pour de nouveau se mêler à la lutte pour les phases finales, et compter seulement trois points de retard sur le MHR (3ème, 26 pts).

L’ASM a montré de belles vertus de solidarité (La Montagne/Rémi DUGNE)

Cet été, pour la première fois depuis 11 ans, Franck Azéma ne prenait pas part à la reprise de la nouvelle saison du côté de Clermont. Pour compenser son départ, l’ASM misait sur un retour de Jono Gibbes, déjà passé par la maison entre 2014 et 2017. Avec un effectif expérimenté (vieillissant pour certains), des jeunes talents à polir, mais aussi un manque de profondeur sur certains postes, c’est avec quelques doutes que les Auvergnats entamaient un exercice charnière de leur histoire.

Des débuts difficiles

Les quatre première journées étaient difficiles pour les jaunards. Une première défaite à Lyon (28-19), puis un manque de réaction à domicile contre Castres (30-34), obligeaient déjà l’ASM à l’emporter devant La Rochelle au Michelin. Ce fut chose faite (23-22), non sans mal, mais la victoire face à une grosse écurie permettait de se rassurer.

Suivait une défaite à Toulouse (27-15), malgré une superbe première période, puis une victoire sur le Racing 92 (26-17). Clermont l’emportait ensuite par trois fois (à Montpellier puis contre Pau et Toulon), dans un championnat plus homogène et exigeant que jamais. Des résultats qui permettent aujourd’hui aux Arvernes de ré-envisager les six premières places.

Vili, Moala et Damian Penaud éclairent le centre du terrain

Replacé à plusieurs reprises au poste de deuxième centre, qui est aussi son poste de prédilection, Damian Penaud a brillé de mille feux en exprimant pleinement ses qualités d’attaquants. Son profil technique et tonique s’est très bien marié à celui, plus puissant, de Tani Vili. Lui aussi natif de Brive, le jeune centre français de 21 ans confirme les espoirs placés en lui cette saison.

Il semble maintenant clairement en avance sur Wesley Fofana, de nouveau blessé, et dont la fin de carrière semble de plus en plus proche. Enfin, George Moala a lui aussi prouvé qu’il était plus que jamais l’un des hommes forts d’une ASM qui peine à rejouer dans la cour des très grands. Enfin, à l’arrière, le jeune Thomas Rozière (21 ans) a semblé plutôt prometteur pour les années à venir.

Alors que l’ASM doit affronter les deux promus, Perpignan et Biarritz, avant de débuter sa campagne de Champions Cup, prendre un maximum de points sur ces rencontres permettraient de rentrer dans les six premières places. Dans ce Top 14, qui ressemble plus à un marathon qu’à un sprint, l’expérimentée ASM pourrait tirer son épingle du jeu…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page