AC Milan – Sassuolo (1-3) : Les tops et flops de la défaite Rossoneri

Sassuolo a réalisé une superbe performance. (crédits : Foot mercato)

Dauphin du championnat, L’AC Milan recevait Sassuolo à l’occasion de la 14ème journée de Serie A. Les visiteurs, empêtrés dans le bas de classement à la 14ème place, ne partaient pas favoris face à une équipe milanaise en grande forme et sortant d’une victoire face à l’Atletico Madrid en milieu de semaine. C’est pourtant Sassuolo qui a crée la surprise en l’emportant trois buts à un. Voici nos tops et flops.

Les Tops.

Simon Kjaer : Rayon de soleil dans la nuit noire.


Non, vous ne vous méprenez pas, nous sommes bien dans la bonne catégorie. La défense de Milan a encaissé trois buts, Simon Kjaer en a marqué un lui-même contre son camp et il apparaît malgré tout dans les tops. Serein et rassurant, il n’a été fautif sur aucun des buts encaissés, même sur le sien qui était due à beaucoup de malchance. Le Danois n’est pas celui qui se fait le plus remarquer sur le terrain. Loin des tacles glissés magnifiques pour les photos mais qui traduisent un retard préliminaire du défenseur, Simon Kjaer défend debout. Doté d’un grand sens de l’anticipation, il n’est jamais en retard, passe devant les attaquants, coupe les lignes de passe. Il excelle également sur ses relances, capable d’adresser des transversales millimétrées ainsi que de bon ballons pour ses attaquants. En résumé, il a tous les atouts du défenseur moderne.

Le jeu de Sassuolo était brillant.


Il aurait été dure pour un spectateur n’ayant assister qu’à cette rencontre de deviner que Sassuolo n’est que 14ème. Malgré une entame de match difficile, les hommes de Dionisi ont livré une superbe performance. Parfait à la relance, ils ont su garder le ballon lorsqu’il le fallait, pas gêné par le pressing milanais. Les joueurs ont fait preuve d’une grande qualité technique pour sortir les ballons, donnant parfois l’impression qu’ils étaient les leaders du championnat faisant courir dans le vide une équipe relégable. Ils ont également su être efficaces sur leurs occasions afin de ne pas laisser les Rossoneri revenir dans le match. Malgré un début de saison en dents de scie, Dionisi semble enfin réussir à mettre en place un style de jeu s’inscrivant dans l’esprit de Sassuolo et le résultat est très agréable à regarder.    

Matheus Henrique s’est régalé.


Peu connu en dehors des frontières transalpines, le petit milieu de terrain brésilien a réalisé une superbe rencontre face à l’AC Milan. Très technique et utilisant son centre de gravité bas, il a fait tourner en bourrique les nombreux milieux de terrain ayant essayé de l’arrêter. Les chiffres attestent de cette belle performance. 97% de passes réussies, 100% de dribbles réussis pour seulement un ballon perdu. Ce genre de statistiques pour un joueur au milieu se projetant énormément vers l’avant sont plutôt révélateur. Jamais loin lors des actions de buts, il a été le joueur le plus en vue de son équipe.

Les flops.

Romagnoli a sombré.


A l’instar de son compère en défense centrale, Romagnoli a inscrit un but en faveur de son équipe. Pourtant, c’est lui qui se retrouve dans les flops de cette rencontre. Malgré son ouverture du score, le capitaine de Milan a montré de réelles fragilités défensives face à Sassuolo, principalement dans les duels en un contre un. Sur le but de Domenico Berardi, il s’est fait complètement enrhumer par l’attaquant italien, tombant au sol sur un crocher intérieur et le laissant seul face au gardien. Quelques minutes plus tard, il se retrouvait encore en duel face à Defrel et commettait la faute en tant que dernier défenseur. Son carton rouge a scellé le sort de la rencontre, Milan paraissant incapable de revenir à dix contre onze.

L’AC Milan a manqué de combativité.


A partir du coup de canon de Scamacca à la 24ème minute, les Rossoneri ont semblé endormis. Très irréguliers au pressing, ils se sont laissé entraîner par le faux rythme de Sassuolo qui a parfaitement maîtrisé son match. Incapable de se révolter après avoir encaissé le deuxième but, ils ont sombré collectivement sans jamais avoir l’air de jouer le tout pout le tout. Ce manque de fighting spirit pourrait s’expliquer par une fatigue collective suite au match européen en milieu de semaine qui a coûté beaucoup d’énergie aux Milanais. Il y a peut-être également eu une certaine suffisance de la part de ces joueurs pour qui tout marchait en championnat jusque-là. Il est bien évidemment inutile de sonner l’alarme, mais l’AC Milan devra démontrer plus de caractère par la suite pour espérer gagner son premier scudetti depuis 2011.

Pioli n’a pas su inverser la tendance.   


L’absence de révolte milanaise traduit aussi des changements tactiques inefficaces de la part de l’entraîneur, Stefano Pioli. Malgré sa volonté de changer les choses à la mi-temps avec deux changements, il n’a pas voulu chambouler sa tactique en faisant du poste pour poste. Ces cinq changements s’effectueront dans la même optique et n’ont pas permis à Milan de changer quoique ce soit et par conséquent de reprendre l’avantage sur Sassuolo. L’entraineur, qui vient de prolonger jusqu’en 2024, offre pour l’instant un grande satisfaction en Lombardie mais aurait pu cet après-midi faire preuve de plus de panache.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :