Les tops et les flops de Monaco – Strasbourg : le Racing accroche des Monégasques décevants !


Ludovic Ajorque est félicité par ses coéquipiers après son égalisation sur pénalty ! (D.R, DNA)

Dans le cadre de la 15ème journée de Ligue 1, le Racing Club de Strasbourg s’est déplacé cet après-midi à Monaco pour une rencontre de milieu de tableau qui s’est logiquement conclu sur un score de parité (1-1). Voici les tops et les flops d’un match qui fut particulièrement serré !


Les Tops


Ibrahima Sissoko (RCSA)


Ibrahima Sissoko (D.R.)

Titulaire quasiment indéboulonnable au milieu de terrain depuis son arrivée au Racing Club de Strasbourg en 2018, Ibrahima Sissoko ne cesse de s’affirmer comme l’une des pièces maitresses du dispositif de Julien Stéphan. Evoluant au cœur du 5-3-2, « Ibou » a de nouveau fait étalage de toute sa polyvalence face à Monaco, entre récupérations de balles et projections vers l’avant. Véritable tour de contrôle, il a remporté des duels, multiplié les interceptions tout en orchestrant le jeu du Racing.

Sanctionné d’un carton jaune (16ème), preuve de son engagement physique, il s’est aussi distingué par un apport offensif non négligeable. A l’instar de cette formidable course côté gauche, durant laquelle il élimine d’un délicieux petit-pont Axel Disasi, puis Ruben Aiguilar, avant de transmettre une balle de but à Habib Diallo, qui frappe finalement juste au-dessus des cages monégasques (41ème). Sissoko, régulièrement félicité par le banc alsacien, aurait d’ailleurs lui-même pu inscrire un but sur un coup franc parfaitement tiré par Jean-Ricner Bellegarde (37ème). Hélas, il parvient seulement à reprendre le ballon de la cuisse sans réussir à cadrer sa frappe. Usé par un match complet durant lequel il a dégagé une sérénité et une justesse appréciable dans ses prises de décision, il a été remplacé à la 87ème minute de jeu par Dimitri Liénard.


Ludovic Ajorque (RCSA)


Ajorque célèbre son sixième but de la saison ! (AFP – Valery HACHE)

Suspendu contre Reims la semaine passée, Ludovic Ajorque a retrouvé sa place de titulaire face à Monaco. Et le Réunionnais a rapidement repris ses bonnes habitudes pour sa 100ème rencontre en Ligue 1. Profitant de son physique gargantuesque, il s’est appliqué à décrocher vers le rond central à plusieurs reprises pour pouvoir chercher des ballons et offrir des solutions aux milieux de terrain. Véritable point d’appui pour ses équipiers grâce à son jeu en pivot dos au but, Ajorque a également multiplié les courses pour presser l’adversaire à la perte de balle. Avec un objectif clair : presser les monégasques le plus haut possible pour les maintenir sous tension et ainsi permettre au bloc alsacien de ne pas trop reculer.

En plus de ce travail de l’ombre, Ajorque n’a pas manqué de remplir la tâche qui incombe à tout attaquant de son espèce : marquer des buts. En l’occurrence, il a signé sa sixième réalisation de la saison en transformant avec sang-froid le pénalty qu’il a lui-même obtenu dès le retour des vestiaires, sur une faute grossière de Fofana. Auparavant, il s’était déjà procuré une occasion intéressante, mais son plat du pied rasant n’a pas suffi à déstabiliser Alexander Nübbel (32ème). Sorti à la 72ème minute, il a cédé sa place à Kévin Gameiro, qui a montré de l’engagement sans parvenir pour autant à se procurer des occasions franches.


Wissam Ben Yedder (ASM)


Wissam Ben Yedder (D.R.)

Comme souvent, le capitaine monégasque a été le joueur le plus dangereux offensivement pour l’équipe adverse. Au-dessus du lot techniquement, ses appels en profondeur bien sentis ont fait souffrir à plusieurs reprises Alexander Djiku. Ainsi, dès la huitième minute de jeu, Ben Yedder hérite d’un ballon parfaitement transmis dans la profondeur par Ruben Aguilar. Sa frappe léchée surprend Matz Sels et Lucas Perrin, sauvés par leur poteau droit !

Un petit miracle, qui empêche l’attaquant de fêter l’ouverture du score… finalement obtenue au bout de cette première période.  Après une faute de Djiku sur Kévin Volland, l’arbitre désigne le point de pénalty (44ème). Wissam Ben Yedder se charge alors de la sentence : une frappe puissante au pied du montant droit de Matz Sels, suffisamment bien placée pour tromper le portier belge, pourtant parti du bon côté. Efficace, Ben Yedder a donc fait le job cet après-midi, même s’il a été moins en vue en deuxième mi-temps. On retiendra ce décalage subtil en une touche de balle à l’entrée de la surface pour Kévin Volland, qui vendange ce service en or (65ème). Cinq minutes plus tard, le Français est remplacé par Gelson Martins.


Les Flops


Alexander Djiku (RCSA)


Devancé par Kévin Volland lancé en profondeur, Djiku accroche le bras du Monégasque, qui s’effondre. Malgré les protestations des Strasbourgeois, l’arbitre désigne le point de pénalty. (L’Alsace /Jean-Marc LOOS)

C’est un match à deux visages que nous a proposé cet après-midi le défenseur central Alexander Djiku. D’un côté, le capitaine du Racing a multiplié les gestes défensifs salvateurs : avec 6 dégagements, 4 interceptions et 7 duels remportés (sur 13 tentés), il a été un dernier rempart solide. Mais il s’est également rendu coupable de plusieurs maladresses défensives qui auraient pu coûter très cher à sa formation. D’abord, à deux reprises, il ne parvient pas à couvrir correctement la profondeur et se fait prendre de vitesse par Wissam Ben Yedder (8ème) puis par Kévin Volland (44ème). Si la première fois il a le bonheur de voir la frappe de l’attaquant adverse s’écraser sur le poteau, il ne peut ensuite s’empêcher d’accrocher le bras de Volland, qui s’effondre dans la surface : pénalty pour Monaco, qui en profite pour prendre les devants à quelques secondes de la mi-temps.

Auparavant, l’ancien caennais avait déjà provoqué des sueurs froides au banc alsacien. Sur corner, il stoppe avec son bras une tête cadrée de Guillermo Maripan, au cœur de la surface de réparation. Après consultation de la VAR, Anthony Gauthier, l’arbitre de la rencontre, estime finalement que ce geste est involontaire et qu’il n’est pas sanctionnable d’un pénalty. Djiku, s’il sait se montrer volontaire et efficace en défense, a donc aussi la fâcheuse tendance à commettre des erreurs préjudiciables. Ce match en est la parfaite illustration.


Kévin Volland (ASM)


Kévin Volland (ASM)

En difficulté depuis le début de l’année, ce n’est pas encore aujourd’hui que l’attaquant Kévin Volland a pu engranger de la confiance. Peu inspiré devant les buts, à l’instar de cette frappe beaucoup trop molle pour inquiéter Matz Sels alors qu’il était parfaitement servi par Ben Yedder (65ème), l’Allemand s’est globalement procuré assez peu d’occasions. Certes, le bloc strasbourgeois, haut placé sur le terrain et bien structuré, n’a pas facilité la tâche aux attaquants monégasques, mais Volland a souvent trop joué vers l’arrière.

Sanctionné d’un carton jaune, il a aussi et surtout agacé par son comportement les rares supporters présents en tribune. Trop peu combatif dans les duels, l’attitude de l’attaquant a parfois même frisé avec la nonchalance, à l’image de ce ballon trop facilement perdu face à Anthony Caci, qui n’a pas eu à forcer son talent (72ème). En bref, une nouvelle prestation médiocre tout juste rehaussée par l’obtention d’un pénalty que son homologue Ben Yedder s’est chargé de transformer ensuite (45ème). Le compteur de Volland reste donc toujours bloqué à trois petits buts cette saison, lui qui en avait pourtant planté seize lors de l’exercice 2020-2021.


L’attitude et le fond de jeu de l’ASM


(D.R. UEFA Europa League)

Le match contre Strasbourg aura au moins eu le mérite de confirmer que Monaco n’est devenue qu’une simple équipe de milieu de tableau en Ligue 1. Pourtant, après un succès obtenu 2-1 en Ligue des Champions face à la Real Sociedad, synonyme de qualification en huitième de finale, on était en droit de penser que l’ASM avait les ressources pour relancer sa saison en championnat. Face au Racing, il n’en a rien été. Dans une ambiance glaciale digne des meilleurs huis-clos (ce qui ne doit guère aider les 11 locaux à se remobiliser), les Monégasques ont été passablement gênés par le bloc adverse, solide.

Dans une rencontre assez terne, les hommes de Niko Kovac ont eu tendance à ronronner, avec un cruel manque de mouvements, d’agressivité, d’engagement, de fond de jeu. Stérile, leur possession de balle n’a abouti qu’à trop peu d’occasions dangereuses. Au milieu de terrain, où la bataille a été rude, les pertes de balles et les erreurs techniques furent trop nombreuses, gênant la construction ou aboutissant à des contres strasbourgeois. D’ailleurs, la défense monégasque, à l’exception de Guillermo Maripan auteur d’une bonne prestation, a laissé beaucoup de liberté aux attaquants adverses, qui ont eu tout le loisir de frapper de loin à plusieurs reprises. Heureusement sans trop de précision. Mention spéciale à Axel Disasi qui fut particulièrement en difficulté. Formidable troisième du championnat l’an passé, l’ASM semble manquer d’aspiration et d’allant cette saison, au point de végéter actuellement au fond du top 10. La rencontre d’aujourd’hui, qui l’a opposé à un concurrent direct, puisque Strasbourg est huitième, n’a fait que confirmer cette triste tendance.


La citation du match :

« C’est notre match référence à l’extérieur cette saison. L’équipe progresse, elle est maintenant capable d’afficher un visage conquérant, même à l’extérieur contre un adversaire européen. » (Julien Stéphan, entraineur du Racing Club de Strasbourg).

Si le Racing n’a toujours pas la même efficacité à l’extérieur que lorsqu’il joue à domicile, le coach alsacien a raison de positiver : après un match nul arraché à Nantes malgré une infériorité numérique, les Strasbourgeois enchainent avec un nouveau point de pris sur la pelouse d’un cador européen ! De quoi aborder la suite avec envie, puisqu’après la réception de Bordeaux à la Meinau dimanche prochain, les Alsaciens voyageront à Nice le 5 décembre… et ça tombe bien, chez eux, les Niçois ont démontré qu’ils sont largement prenables à la maison, battus par Montpellier puis par Metz lors de leurs deux derniers matchs à l’Allianz Riviera !


Alexis Kopp

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page
Powered By
CHP Adblock Detector Plugin | Codehelppro