Ballon d’Or France Football : Sert-il vraiment à quelque chose aujourd’hui?

La récompense mythique élisant le meilleur joueur de football sur une année civile est au centre de tous les débats chaque année au moment de dégager les favoris à ce trophée. La révélation des 30 finalistes génère toujours autant de débats, mais la question se pose depuis quelques années maintenant : le Ballon d’Or sert-il à quelque chose aujourd’hui?

Modalités d’éléction


Le Ballon d’Or, récompense individuelle suprême récompensant le meilleur joueur de football sur une année calendaire voit le jour en 1956, créé par le magazine français France Football. Au départ seulement réservé aux joueurs européens jouant dans des clubs européens, il a peu à peu ouvert ses portes à tous les joueurs. Ce n’est qu’à partir de 2007 que les joueurs de toutes les nationalités peuvent prétendre à cette élection. C’est pour cela que des joueurs comme Pelé n’ont reçu qu’un Ballon d’Or d’Honneur, cette récompense ne leur étant pas disponible à leur époque.

Une anomalie réparée en 2013 (Crédits : Reuters)

Cette récompense à connu bien des changements au cours de l’Histoire, notamment dans le mode d’attribution. Au départ, seuls les journalistes votèrent pour élire le meilleur footballeur de l’année. Un large panel de journalistes internationaux qui a vu s’incorporer les 208 sélectionneurs nationaux et les 208 capitaines de sélections lorsque la récompense a fusionné avec le trophée de meilleur footballeur de l’année de la Fifa. Entre 2010 et 2015, cette récompense était donc le résultats d’un vote beaucoup plus élargi, ce qui a amené à diverses polémiques qu’on abordera par la suite.

Depuis 2016 le magazine français a repris la main sur ce vote, et ce sont donc uniquement els journalistes qui élisent le vainqueur. Comment font-ils ? C’est très simple. Chaque journaliste établit une liste de 5 joueurs qu’il classe en vue de donner des points. Le premier de ce classement a 6 points, 5 points pour le deuxième et ainsi de suite. Les joueurs sont classé par rapport à différents critères, pour pouvoir avoir une vue d’ensemble sur les performances d’un joueur, et ne pas seulement privilégier le joueur qu’on aime. 4 grands critères se détachent, les performances individuelles et collectives, le palmarès du joueurs sur l’année, le comportement du joueur sur et en-dehors des terrains (donc le fair-play, la classe du joueur) et enfin sa carrière en globalité.

Et donc en rassemblant tous les votes, on obtient cette liste de 30 qui est dévoilée quelques semaines avant la divulgation des résultats finaux. Le nombres de premières places sert pour départager dans le cas d’une éventuelle égalité, et si les deux joueurs sont encore à égalité, le nombre de seconde place prend le relais, ainsi de suite.

Mais depuis quelques années maintenant, le Ballon d’Or est critiqué, donnant lieu à des débats entre les fans de tel joueur et de tel joueur concernant lequel mérite plus que l’autre, des débats plus souvent stériles que constructifs. Ces discussions tiennent plus du fan qui défend son équipe, son joueur que d’une vision objective du niveau d’un candidat. Et si ces phénomènes se multiplient, c’est aussi la faute du trophée en lui-même. Quelques éditions ont provoqué des réactions virulentes, beaucoup de fans de football se sentant floués en ce qui concerne l’attribution finale de ce Ballon d’Or.

Les erreurs du passé


Si on a choisi de poser cette question dans cet article, c’est bien parce qu’un problème de légitimité se pose dans l’attribution de ce trophée. Au cours des éditions, le Ballon d’or avait encore de la valeur et de la pertinence aux yeux des gens. Mais depuis l’archi-domination des deux légendes que sont Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, cela à tendance à changer dans la tête des gens. Bien que la plupart du temps leurs victoires aient été méritées, ces deux phénomènes ont peut-être un peu trop assimilé le nombre de buts à l’attribution de ce trophée.

Deux légendes coupables de cette situation?

Bien entendu, un attaquant qui fait très bien son travail et qui met but sur but pendant l’année, cela à le mérite d’être souligné. Mais quelques fois ce prisme a pris le pas sur le palmarès individuel et collectif, ce qui a provoqué quelques petites injustices lors de l’attribution de certaines éditions. Nous vous proposons 4 cas récents.

Le premier cas que nous allons étudier est celui du Ballon d’Or 2010, attribué à Lionel Messi. C’est peut-être LE Ballon d’Or qui fait le plus parler lorsqu’on parle d’injustice et qui illustre le mieux la domination des statistiques par rapport au palmarès. Lors de cette année de Coupe du Monde, le Barça écrase tout sur son passage. En Espagne et en Europe, il est presque impossible de stopper cette équipe dirigée par Guardiola au sommet de son art. Seulement voilà, deux hommes auraient été bien plus méritant que Lionel Messi cette année-là si on prend en compte les critères d’aujourd’hui.

Andrés Iniesta et Wesley Sneijder. Le premier a gagné tout autant que Lionel Messi, avec en plus une très bonne Coupe du Monde ponctué par le but victorieux contre les Pays-Bas. Alors oui, les statistiques ne sont pas exceptionnel mais le petit milieu de terrain espagnol n’était pas connu pour ses buts. Il était le chef d’orchestre de deux équipes historiques et remplissait les critères de palmarès collectif, de niveau intrinsèque sans oublier la classe et le fair-play. Ce même constat vaut aussi pour Xavi, troisième du Ballon d’Or. Mais le plus gros scandale vaut pour Sneijder, milieu de terrain néerlandais de l’Inter Milan. Lui aussi n’a pas fait une grande saison statistique, mais son influence au sein de l’Inter de Mourinho était parfaitement valable pour prétendre à ce trophée. Une saison ponctuée par un magnifique triplé Serie A – Coupe d’Italie – Champions League (en s’imposant en demi-finale notamment face au Barcelone de Messi, tiens tiens). Une saison accompagné d’une finale de Coupe du Monde, c’est pas mal quand même.

Sneijder, Iniesta ou Messi en 2010?

Ce constat sera aussi valable pour l’édition 2013, lorsque Frank Ribery se voit voler par Cristiano Ronaldo de l’obtention du trophée après une saison au Bayern très bonne du point de vue statistiques, avec un palmarès collectif lui aussi très bon. 18 passes et 22 buts sur l’année, loin des deux monstres que sont Messi et Ronaldo mais une Ligue des Champions dans son escarcelle. Ce n’est pas le seul joueur du Bayern ayant mérité de remporter ce trophée. Manuel Neuer en 2014 est au sommet de sa carrière. Un véritable mur, un niveau stratosphérique pour un joueur qui a révolutionné le poste de gardien de but. Si les Ederson, Alisson, De Gea sont là, c’est aussi parce que Neuer à été le premier à assumer ce rôle de gardien-libéro au haut niveau.

Enfin, l’édition 2018 sera terrible pour nous français, puisque malgré la victoire en Coupe du Monde, Raphaël Varane et Antoine Griezmann ne seront pas récompensés de leur excellente saison. Bien évidemment la victoire en Russie aurait du peser dans la balance, mais les votants en ont décidé autrement. Bien évidemment les performances en club des deux joueurs n’étaient pas ridicules non plus, avec un Varane taille patron dans un Real Madrid qui gagner la Ligue des Champions, et un Antoine Griezmann qui gagne l’Europa League avec le voisin de l’Atlético tout en faisant une Coupe du Monde particulièrement réussie. Seulement encore une fois, le résultat est déroutant et cette année-là c’est Luka Modric qui rafle la mise. Quelle était la logique de cette décision? Modric a gagné la même chose que Varane sans la Coupe du Monde au final, et à réalisé une moins bonne saison statistique que Griezmann.

L’équipe de France 2018, Griezmann et Varane comme grands oubliés.

Tous ces exemples montrent que cette distinction n’est plus aussi représentative qu’avant, alors quel avenir pour ce trophée? Quelles possibles évolutions? C’est le sujet de notre troisième point.

Quelle alternative?


Mais si le Ballon d’Or ne sert plus à rien, ou ne veut plus dire grand chose, alors est ce qu’on abandonne toute idée de trophée récompensant les meilleurs joueurs? Non. Rassurez-vous, nous ne sommes pas des réac’ révolutionnaires. Mais cette question mérite une réflexion beaucoup plus profonde pour réellement arriver à récompenser les joueurs et leur travail tout au long de l’année.

Et cette réflexion est née d’un simple constat : Comment évaluer de manière convenable le travail d’un défenseur et d’un attaquant ? Même si tous les joueurs sont footballeurs, leur métier est sensiblement différent. Et comme on l’annonçait dans la première partie, la domination de Ronaldo et de Messi a induit dans la tête des votants qu’il faut marquer beaucoup de buts pour être un prétendant au trophée. Le dernier défenseur à avoir gagné c’est Fabio Cannavaro en 2006 après le sacre en Coupe de Monde de la squadra azzura. Depuis, c’est la bérézina pour ces joueurs qui n’ont pas l’occasion de faire des saisons à 40 buts. Comment expliquer que des joueurs tels que Neuer, Van Dijk en 2019 n’ait pas eu le trophée? C’est là le point central de cet article.

Cannavaro, OVNI parmi les gagnants du trophée.

Pourquoi pas mettre en place une Equipe d’Or, qui pourrait récompenser plusieurs joueur pour leur saison ? Un trophée qui aurai la même valeur que le Ballon d’or, à la manière d’une sélection au All-Star Game en NBA. Cela réglerait le problème de la difficulté de mettre sur un même plan les défenseurs, les gardiens et les attaquants lorsqu’on doit juger une saison.

Une équipe avec un dispositif équilibré, pas seulement mettre 6 attaquants pour 4 défenseurs. Cette alternative pourrait tout aussi bien être appliquée au trophée du Golden Boy, sous l’appellation de l’Equipe d’Argent par exemple.

Conclusion


Cette récompense mise en place depuis tellement de décennies semblent être à bout de souffle avec la multiplication des superstars, des saisons exceptionnelles. Il est de plus en plus compliqué de ressortir un seul joueur au-dessus du lot, et les débats incessants polluent les semaines précédant la remise du trophée.

Les alternatives paraissent possibles, et cela éviterait de multiplier les trophées individuels dans un sport d’équipe. Si vous êtes d’accord avec nous, n’hésitez pas à nous suivre sur les réseaux pour en parler ensemble, en attendant on vous laisse avec les fiches des prétendants au trophée de cette année, qu’on à restreint au nombre de 5 :

Retrouvez la fiche de Lewandowski : Ballon d’Or #1 : Pourquoi Robert Lewandowski doit-il être élu ?

Retrouvez la fiche de Mohamed Salah : Ballon d’Or #2 : Quelles sont les chances de Mohamed Salah ?

Retrouvez la fiche de Jorginho : Ballon d’Or #3 : Pourquoi Jorginho doit-il être élu ?

Retrouvez la fiche de Benzema: Ballon d’or #5 : Pourquoi Karim Benzema doit-il être élu?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :