F1 : Egalité Verstappen – Hamilton, du jamais vu depuis Fittipaldi – Regazzoni.

369,5 points, une égalité parfaite. A seulement une course de la fin de saison, les deux leaders du championnat Max Verstappen et Lewis Hamilton réalisent une performance quasi inédite dans l’histoire de la Formule 1. Bien que la saison fut plus courte pour Emerson Fittipaldi et Gianclaudio « Clay » Regazzoni, les deux pilotes sont les premiers à avoir signé cet exploit. Avec 52 points chacun, ils se sont retrouvés sur le dernier Grand Prix sans savoir qui serait sacré. Pour vous remémorer cette lutte acharnée, on vous propose un retour en 1974.

Clay Regazzoni et Emerson Fittipaldi en 1974.
Regazzoni et Fittipaldi, à égalité parfaite avant le Grand Prix final en 1974. ©F1

Fittipaldi – Regazzoni, deux champions pour un titre


Emerson Fittipaldi est un pilote brésilien, le seul de son pays à avoir remporté deux fois le championnat du monde. Pour l’anecdote, il est né le 12 décembre 1946. Ce week-end sera l’occasion de lui souhaiter un joyeux anniversaire. Fêter son anniversaire le jour où un nouveau pilote est sacré, plutôt cool non ?

Revenons à nos moutons. Le brésilien a couru avec 2 écuries majeures avant de fonder la sienne. Entre 1970 et 1973, c’est Lotus qui lui a fait les yeux doux, avant que le pilote ne décide de rejoindre McLaren pour les deux saisons suivantes. Fittipaldi a commencé par se faire les dents en Formule 3, et grâce à d’excellents résultats, il a capté l’attention du concepteur Lotus Colin Chapman. L’écurie cherchait alors un nouveau pilote pour épauler l’autrichien Jochen Rindt, avant que ce dernier ne décède prématurément en septembre 1970.

Avec un lourd poids sur les épaules, Fittipaldi démontre sa force et réalise une entrée fracassante chez McLaren, ramenant très rapidement son quota de points. Il décroche ainsi son premier titre de champion du monde, avec un total de 5 victoires sur 12 Grand Prix et 61 points. Ce résultat lui permet de doubler, avec 16 points d’avance, un certain Jackie Stewart dans la course au championnat. Il devient ainsi le plus jeune champion du monde de l’histoire.

Emerson Fittipaldi, double champion du monde de Formule 1. ©F1

Quant à Gianclaudio « Clay » Regazzoni, il est de 7 ans l’aîné de Fittipaldi. Il fait partie de ces pilotes incontournables de la Scuderia Ferrari. Pourtant, Regazzoni a quelques irrégularités avec l’écurie italienne. Ayant été jugé trop peu efficace sur trois saisons, il a été gentiment mis à la porte une première fois avant d’être reconduit, puis une seconde, définitive. Clay a couru avec Ferrari de 1970 à 1972, puis de 1974 à 1976.

Regazzoni est connu pour son style de pilotage très spectaculaire, frôlant la dangerosité. 1970 est une excellente année pour le pilote, qui remporte le championnat européen de Formule 2 et signe en même temps son entrée chez la Scuderia. Après le décès de Rindt, il est rapidement considéré comme un espoir de nouveau champion du monde, notamment avec sa 1ère victoire au temple de la vitesse de Monza.

Toutefois, 1971 et et 1972 sont décevantes, ce pourquoi Ferrari ne garde pas le pilote. Il passe chez British Racing Motors, alors en grande difficulté. Clay parvient à mettre en lumière l’écurie britannique, et attire l’attention du tout nouveau directeur de Ferrari. Le pilote se voit proposer un tout nouveau contrat en 1974, qu’il accepte » et demande à la Scuderia d’intégrer son ex-coéquipier de BRM. Si Ferrari ne tardera pas à être ravi de cette suggestion, pas sûre qu’il en soit de même pour Regazzoni, très vite dans l’ombre de Niki Lauda.

Evènement notable, Clay est victime d’un accident au cours de sa saison chez BRM. Lors du GP argentin, il se retrouve bloqué dans sa voiture en flammes. C’est un autre pilote, Mike Hailwood, qui rassemble tout son courage pour sortir Regazzoni de sa situation dramatique. Grâce à lui, le pilote peut réaliser une brillante saison 1974.

Malheureusement, une défaillance de freins le laissera paraplégique quelques années plus tard. Cependant, Regazzoni restera au volant de voitures adaptées pour le reste de sa carrière, hors F1.

Clay Regazzoni à Zandvoort en 1971. 3 ans plus tôt, Chris Lambert était victime d’un accident mortel. L’implication de Regazzoni n’a d’ailleurs jamais été démontrée. ©ANEFO

1974. Les scores sont relativement serrés cette année-là. Emerson Fittipaldi et Clay Regazzoni arrivent sur la ligne de départ du GP des Etats-Unis, dernier de la saison, sans savoir qui va remporter le titre ultime. Ils ont tous deux 52 points à ce stade. Cependant, Fittipaldi mène son rival en nombre de victoires. Le Brésilien a remporté 3 GP au cours de la saison : au Brésil, en Belgique et au Canada. Quant à Regazzoni, il n’est sorti victorieux que d’un GP, celui d’Allemagne.

Vous voulez savoir qui a remporté le dernier Grand Prix ? Et bien ni l’un ni l’autre. Le vainqueur à Watkins Glenn est Carlos Reutemann. Mais le grand vainqueur cette année est bel et bien Emerson Fittipaldi. Ayant terminé à la 4ème place, il devance Regazzoni, alors en 11ème position.

Verstappen – Hamilton, une saison tumultueuse


47 plus tard, deux pilotes se retrouvent à égalité parfaite à seulement un Grand Prix du titre. Si tout s’est décidé bien plus tôt en Moto GP, l’issue est totalement incertaine en F1. Lewis Hamilton et Max Verstappen nous tiennent en haleine jusqu’à la sortie du dernier drapeau à damiers 2021. Cette fois, tout se jouera sur le circuit de Yas Marina à Abu Dhabi. Au cours de ces derniers mois, les deux rivaux ne se sont pas fait de cadeaux.

Max Verstappen et Lewis Hamilton à égalité parfaite avant le GP d’Abu Dhabi. ©F1

21 affrontements au compteur pour Hamilton et Verstappen cette saison. Tandis qu’Hamilton totalise pas moins de 8 victoires pour 16 podiums sur l’intégralité de la saison, son rival Max Verstappen le mène d’une victoire supplémentaire. En résumé, si les deux pilotes restent à égalité après Abu Dhabi, c’est bel et bien Max Verstappen qui sera sacré. Par contre, un point supplémentaire permettrait à Hamilton de remporter son 8ème titre mondial. Il surpasserait ainsi le record de 7 titres de Michael Schumacher, dont la carrière a été arrêtée bien trop tôt.

Toutefois, les courses ne se sont pas toutes déroulées dans le calme plat. Après un premier incident spectaculaire à Silverstone, les deux leaders du championnat remettent ça sur le circuit italien de Monza. Si le premier a envoyé Max Verstappen dans le décor puis à l’hôpital pour des contrôles, le deuxième aurait pu être dramatique pour Hamilton. Les deux commençaient déjà à se tirer dans les pattes hors circuit, lorsque le pilote Red Bull qualifie « d’antisportive » la célébration d’Hamilton après sa victoire à domicile, alors que Verstappen était à l’hôpital.


Et rebelote au Brésil, lorsque Mercedes demande une sanction à l’encontre de Max Verstappen. Le Néerlandais aurait élargit sa trajectoire pour empêcher son adversaire de le dépasser. Aucune sanction pour cette fois. Cependant, Max Verstappen dénonce depuis hier les pénalités « injustes » de la FIA. Pour rappel, il a écopé d’un nombre de pénalités hallucinant ces derniers temps. S’il a été pénalisé de 10 secondes et de 2 points sur sa super licence à Djeddah, GP remporté par Lewis Hamilton, c’était loin d’être la première fois. La réponse d’Hamilton ne se fait pas attendre puisqu’il juge la conduite de son rival « hors limites ».

Au Qatar, le 21 novembre, Verstappen a dû reculer de cinq places sur la grille de départ, accusé de ne pas avoir ralenti à la sortie du double drapeau jaune. En Russie, le 26 septembre, il part cette fois en dernière position après un changement de moteur avant de réaliser une remontée extraordinaire pour finir sur le podium. S’il a dominé Hamilton au classement pendant une partie de la saison, le Britannique lui tient tête et compte bien remporter un nouveau titre mondial.

La saison 2021 a été rythmée par une féroce rivalité entre le néerlandais Max Verstappen et le britannique Lewis Hamilton. Malgré tout, les deux pilotes nous ont gratifiés de manoeuvres exceptionnelles à l’image du dépassement de Verstappen à Djeddah. Après moult incidents, parviendra-t-on à voir une dernière course digne de l’enjeu et sans encombres ?

Lewis Hamilton et Max Verstappen sur le circuit d’Arabie Saoudite, petit nouveau du calendrier. ©ANTONIN VINCENT / AFP

Le point pré-course sur le circuit de Yas Marina à suivre sur le Club 115… En attendant, retrouvez nos autres articles ainsi que nos portraits juste ici.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :