F1 #2 : Lewis Hamilton – Max Verstappen, une rivalité volcanique.

Depuis toujours, la course automobile pousse les pilotes dans leurs retranchements et exacerbe les tensions. Si Lewis Hamilton et Mercedes étaient dans une position dominante assez confortable ces dernières années, l’arrivée du jeune pilote néerlandais Max Verstappen sur le circuit a fait renaître l’engouement du public pour la Formule 1. Au cours de cette saison 2021, leur rivalité a atteint son paroxysme, source de duels à la fois épiques et angoissants.

Lewis Hamilton congratule Max Verstappen à Abu Dhabi pour son premier titre de champion du monde. ©F1

Une bataille sans merci


A plusieurs reprises, Lewis Hamilton et Max Verstappen ont frôlé la catastrophe. Si leur rivalité n’est pas nouvelle, elle a redoublé d’intensité en 2021. Entre accidents sur la piste et guerre de pénalités, retour sur cinq Grands Prix controversés.

Grande-Bretagne

Pendant la première partie de cette saison, les courses se sont déroulées sans trop d’encombres pour les deux pilotes. Ils se suivent et se dépassent dans le classement, mais jusque là, aucun incident notable. Le 18 juillet 2021, une animosité voit le jour. Au cours du Grand Prix de Silverstone (Grande-Bretagne), Hamilton et Verstappen sont les deux auteurs d’un lourd accident. Lewis Hamilton tente de doubler son rival et attaque fort, mais Max Verstappen se retrouve projeté dans le décor (choc à 51 G). Pour cette manoeuvre risquée, Hamilton écope de 10 sec de pénalité et de 2 pts sur sa Super Licence. Ce qui ne l’empêche pas de sortir victorieux à domicile.

On peut vous dire qu’ils ne sont pas très contents chez Red Bull. La guerre est déclarée entre Christian Horner (Red Bull) et Toto Wolff (Mercedes). Pendant ce temps, Verstappen est envoyé à l’hôpital pour des contrôles supplémentaires. Et le pilote Red Bull, contusionné, n’a pas apprécié la célébration en grandes pompes de son rival. Il lance les hostilités sur Twitter :

« Je suis heureux d’être OK. Mais je suis très déçu d’avoir été sorti de cette manière. La pénalité ne nous aide pas et ne rend pas justice à la dangereuse manœuvre de Lewis sur la piste. Je le regarde célébrer sa victoire alors que je suis encore à l’hôpital. C’est un comportement irrespectueux et anti-sportif mais nous passons à autre chose ».

Max Verstappen

Italie

Deux mois plus, le 12 septembre, ils remettent le couvert à Monza. Les deux mêmes pilotes provoquent un nouvel accident, particulièrement spectaculaire et terrifiant. Alors que Lewis Hamilton sort des stands sur le circuit de Monza, Max Verstappen arrive en pleine vitesse dans le premier virage après une ligne droite. S’ils sortent tous deux indemnes du premier virage, le second est bien plus dramatique. Max Verstappen force à l’extérieur, et Hamilton ne lui laisse pas l’espace nécessaire. En toute logique, ils vont à la collision. Alors que la roue arrière droite de la Red Bull passe sur la Mercedes, le Britannique peut remercier Jean Todt pour son halo.


Brésil

A Interlagos cette fois, ils échappent de justesse à l’accident. Le 14 novembre, Verstappen et Hamilton se frôlent au 48ème tour. Le pilote Mercedes attaque son adversaire par l’extérieur mais, bien évidemment, Verstappen ne se laisse pas faire. Les rivaux se retrouvent donc hors piste pour un court instant. Comme à son habitude, Mercedes, pourtant gagnante du jour, crie au scandale. L’écurie demande aux commissaires, qui n’avaient pas jugé pertinent d’ouvrir une enquête, de lancer une procédure grâce à de nouveaux éléments. L’enquête est ouverte, sans résultats.

Arabie Saoudite

Bis repetita à Djeddah. Le fameux Grand Prix catastrophe. Un premier accident oblige la sortie du drapeau rouge. Et cette fois, Hamilton et Verstappen n’y sont pour rien ! Mercedes râle un peu à la reprise, puisque Verstappen vient de piquer la première place jusqu’ici détenue par Hamilton, suite à une très bonne stratégie. Rien de bien grave. Le Britannique reprend sa place, sauf que le Néerlandais lui pique par l’extérieur, hors piste. Les fous du volant reprennent leurs chamailleries. Mais pas le temps de dire « ouf », nouveau drapeau rouge. Nos deux pilotes sont toujours innocents.

Au stand, la FIA propose à Red Bull de rendre la place injustement prise à Lewis Hamilton. Ils acceptent. 36 857 drapeaux jaunes plus tard, la course retrouve une allure normale. Ou presque. Le septuple champion du monde se rapproche très fortement de Verstappen, qui se décale pour le laisser passer. Hamilton n’y voit que du feu et rentre dans la Red Bull en train de freiner, un peu trop fort. Quelques égratignures sur les voitures ne les empêchent pas de poursuivre. Devinez quoi ? Mercedes se plaint. 5 sec de pénalité immédiates pour Verstappen, puis 10 sec et 2 pts sur sa Super Licence après réouverture de l’enquête en fin de course.

Collision improbable à Djeddah entre Lewis Hamilton et Max Verstappen. ©Red Bull

Abu Dhabi

Vous pensiez que c’était tout ? Et bien non, les écuries ont remis ça pour le dernier GP de la saison. Aucune n’est prête d’oublier cette finale d’Abu Dhabi. Max Verstappen est poleman, sauf qu’il se fait vite piquer la place par Hamilton après un départ un peu raté. Dans la chicane, Max et Lewis sont pratiquement collés, mais la Red Bull parvient à rester sur la piste, tandis que le Britannique est dehors. Et au lieu de revenir, il accélère et coupe la chicane pleine balle. Logique.

Les commissaires devaient être occupés ailleurs vu leur temps de réaction. Au bout d’un tour, ils se mettent d’accord pour ne pas ouvrir d’enquête, puisque Lewis aurait rendu suffisamment d’espace à Max dans ce premier tour. Red Bull en perd son latin. Pour le reste de la course, Hamilton reste devant. C’est sans compter sur Nicholas Latifi, dont le nombre de fans britanniques a dû chuter drastiquement. Victime d’un accident, il fait sortir la safety car cinq tours avant la fin. Verstappen recolle Hamilton, le double, et finit champion du monde. Tout ça en un tour. Et on ne déroge pas à la règle, Mercedes se plaint à la FIA, mais se fait gentiment recaler.

La rivalité laisse place au fair-play pour une minute, Toto Wolff se calme et félicite le jeune champion, tout comme Lewis Hamilton. On note la classe du Chevalier britannique. Ils ne sont pas non plus à plaindre, étant donné que Mercedes remporte le championnat constructeur pour la 8ème année consécutive.

« Toto m’a envoyé un texto, il m’a félicité pour la saison et m’a dit que je méritais de gagner. C’était très gentil. Lewis est venu vers moi pour me féliciter aussi. Cela a dû être très difficile pour lui dans ce dernier tour, mais cela montre le respect que nous avons l’un pour l’autre. »

Max verstappen

Une rivalité bénéfique ?


Sur ces cinq dernières années, le titre de champion du monde a été raflé quatre fois consécutives par un seule et même pilote : Lewis Hamilton. La Formule 1 devenait moins attrayante pour le public, puisque le Britannique et Mercedes ne laissaient aucune place à une potentielle concurrence. Même Ferrari s’est fait reléguer en seconde position, voire hors du podium. Sur plusieurs points, ce duel d’anthologie entre Hamilton et Verstappen peut s’avérer bénéfique, que ce soit pour les pilotes ou pour le sport lui-même.

« Bien-sûr, nous avons eu des moments difficiles tout au long de la saison, mais nous respections ce que nous faisions et nous nous poussions l’un et l’autre jusqu’à la limite et cela été très agréable de concourir contre lui. »

max verstappen

Dans le sport, la rivalité pousse la plupart du temps à de meilleurs résultats personnels. Maintenant que Verstappen a détrôné le septuple champion du monde, il ne fait aucun doute que ce dernier reviendra en force la saison prochaine face au nouveau #1. Avec un rival aussi audacieux, le Britannique devra s’adapter et trouver la faille s’il veut obtenir son huitième sacre pour devenir le seul et unique détenteur de ce record.

La Formule 1 est l’un des sports les plus compétitifs qui soient. Il y a très peu de places au sommet et elles sont chères. Les pilotes se doivent d’être les meilleurs et de chercher en permanence l’amélioration. Quoi de mieux que des adversaires redoutables ? La rivalité endémique motive les pilotes à donner le meilleur d’eux-mêmes.

De plus, cette saison a beaucoup apporté à la discipline. Car forcément, pourquoi s’y intéresser quand on sait qui va gagner ? Le public aime les duels mythiques et les rivalités intenses. Nous l’avons vu cette année. La F1 retrouve son prestige et un engouement extraordinaire du public. Pour toutes ces raisons, la rivalité entre Max Verstappen et Lewis Hamilton est bénéfique.

En revanche, leur rivalité peut s’avérer pénalisante pour certains, notamment pour leurs coéquipiers. Valtteri Bottas et Sergio Pérez ont vu leur rôle réduit à une aide indispensable pour Hamilton et Verstappen. Tous deux se sont retrouvés dans l’ombre du duo. Néanmoins, ils ont été extrêmement bons dans ce rôle, à la manière de Pérez à Abu Dhabi. Et n’oublions pas qu’ils prennent les troisième et quatrième places du classement général, contribuant grandement aux premières places de leurs écuries.

Fin de saison 2021 pour les pilotes, les trois meilleures écuries au premier rang. En bas, de gauche à droite : Red Bull (Sergio Pérez, Max Verstappen), Mercedes (Valtteri Bottas, Lewis Hamilton), Ferrari (Charles Leclerc, Carlos Sainz). Rang du milieu : McLaren (Daniel Ricciardo, Lando Norris), Alpine (Esteban Ocon, Fernando Alonso), Alpha Tauri (Yuki Tsunoda, Pierre Gasly). Rang du haut : Aston Martin (Sebastian Vettel, Lance Stroll), Williams (Nicholas Latifi, George Russell), Alfa Romeo (Kimi Raikkonen, Antonio Giovinazzi), Haas (Mick Schumacher, Nikita Mazepin absent à Abu Dhabi pour cause de Covid).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :