Olympique lyonnais: silence, ça coule!

Lors de la dernière journée de Ligue 1, l’Olympique Lyonnais à concédé le match nul sur la pelouse du LOSC (0-0). Occupant la 13e place au classement, les Gones sont coincés dans un tunnel de médiocrité dont ils ne voient pas le bout. Une statistique résume à la perfection le début de saison chaotique de l’OL: avec 23 points en 17 matchs de Ligue 1, le club n’avait pas fait pire début de saison en Ligue 1 depuis… 21 ans, et la saison 2000-2001. Cette situation de crise s’explique par le rendement de certains joueurs sur le terrain et le coaching de Peter Bosz.

Paqueta et ses coéquipiers doivent vite relever la tête après cette nouvelle désillusion face à Bordeaux (2-2)

Peter Bosz, un génie incompris?

Arrivé l’été dernier du Bayer leverkusen, avec la réputation d’un entraîneur prônant le jeu offensif basé sur la possession de balle, Peter Bosz peine à satisfaire dans les rangs lyonnais. Depuis Jacques Santini en 2000, jamais un entraîneur de l’OL n’avait affiché un total aussi faible à ce stade de la compétition (20 points). A l’image d’un Jurgen Klopp à Liverpool lors de son arrivée, il faut sans doute un peu de temps avant que l’entraîneur néerlandais puisse trouver ce déclic. 

Mais avant cela, il faudrait que l’entraîneur lyonnais modifie ses choix tactiques, à commencer par les compositions d’équipe. Privilégiant comme dispositif le 4-3-3, Peter Bosz ne met pas ses joueurs aux bons postes au vu de leurs profils. A l’image de Paqueta, l’entraîneur néerlandais a décidé d’isoler le génie brésilien à la pointe de l’attaque alors que sa place devrait être en 10, un poste qui permettrait à Paqueta de faire valoir son génie pour construire le jeu. Peter Bosz n’avait pas peur de s’appuyer sur de très jeunes joueurs au Bayer Leverkusen et pourtant à Lyon, il a soudainement pris peur. Bosz doit privilégier la jeunesse et arrêter de reposer sur certains cadres. L’entraîneur dispose de diamants bruts comme Gusto, Cherki et Lukeba, c’est avec ces joueurs qu’il pourra construire l’avenir et non avec Dubois ou Shaqiri. 

Le plus gros problème qui se pose actuellement à Lyon est défensif puisque les rhodaniens ont encaissé 25 buts en 16 journées de Ligue 1. Adepte de Guardiola, Peter Bosz souhaite mettre de l’intensité à la perte de balle mais ses joueurs n’y arrivent pas. Le problème se trouve surtout dans l’état d’esprit de ses joueurs qui ne montrent guère de combativité et d’envie. Si sa philosophie de jeu a fonctionné au Bayer Leverkusen, on ne comprend pas pourquoi cela ne fonctionnerait pas à l’Olympique Lyonnais, à moins que la responsabilité de ce dysfonctionnement ne vienne des joueurs…


Un gros problème de mentalité chez les joueurs

L’OL est capable du meilleur face aux “gros” de notre championnat et capable du pire face aux “petits”. A l’image de leur succès face à Monaco (2-0) ou de leur défaite face au PSG (2-1), les Gones sont capables d’élever leur niveau de jeu face à des concurrents directs pour le haut du classement. Mais leurs prestations contre des formations moins huppées démontrent la suffisance dont les Lyonnais font preuve, leur match face à Bordeaux en étant le parfait exemple. 

Dimanche dernier, les Lyonnais avaient l’occasion de prendre les 3 points face à des Girondins de Bordeaux occupant la place de barragiste (18e). Un match qui semblait à leur portée mais les Rhodaniens ont finalement concédé un match nul face à un adversaire très faible. Dominateur pendant une partie du match, Lyon a mené à deux reprises grâce à des buts de Jason Denayer et Thiago Mendes. Mais comme à leur habitude cette saison, les Gones ont craqué en encaissant deux buts évitables. Bien qu’ultra dominateurs, les joueurs lyonnais n’ont pas fait les efforts nécessaires défensivement pour pouvoir l’emporter. Certains joueurs comme Aouar et Paqueta, ont fait preuve d’un manque de motivation évident et d’une suffisance détestable. Bordeaux aurait même pu l’emporter en toute fin de match si Lopes n’avait pas sorti le grand jeu devant M’baye Niang. Le gardien portugais n’a pas manqué de passer une soufflante à son coéquipier Lucas Paqueta, à la suite d’une perte de balle grossière de ce dernier au milieu de terrain. Ce sont ces mêmes pertes de balle au milieu de terrain qui ont coûté la défaite face à Reims. Si les Lyonnais veulent enchaîner les victoires, il va falloir qu’ils changent très rapidement d’état d’esprit car le talent ne fait malheureusement pas tout. 


Une direction à la ramasse

Alors que L’OL ressort d’une semaine catastrophique avec une défaite (2-1) face à Reims et d’un piètre match nul (2-2) face à Bordeaux, qu’est ce qui inquiète le président Jean-Michel Aulas? Encore et toujours le match contre l’OM, le président lyonnais ne semble pas se rendre compte de la gravité de la situation dans laquelle se trouve son club au vu du classement (12e). Mais il n’est pas le seul à blâmer dans ce naufrage puisque c’est l’ensemble de la direction qui est fautive.

A commencer par son directeur sportif, Juninho, qui a annoncé le mois dernier son souhait de quitter son poste à la fin de la saison. Cette déclaration de Juninho intervient dans un contexte houleux et ne vient pas apaiser les tensions au sein de l’OL. En effet, cette envie de départ a divisé le vestiaire et a affecté certains joueurs brésiliens comme Paqueta ou Bruno Guimaraes. D’autres joueurs se sentent lésés par la direction du club notamment Damien Da Silva. Arrivé l’été dernier en provenance du Stade Rennais, le défenseur n’accepte pas son statut de remplaçant et en veut à la direction de l’avoir recruté sans lui laisser la chance de s’imposer. 

La cellule de recrutement devient aussi problématique au sein du club puisque la démission de Patrice Girard, recruteur historique de l’OL, avait fait l’effet d’une bombe en interne à l’OL. C’est Alain Caveglia, ancien directeur sportif du SM Caen (2011-2019), qui vient le remplacer. L’ambiance n’est pas au beau fixe au sein du club, c’est le moins que l’on puisse dire…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :