Arsenal et sa reconstruction, une valse à 4 temps.

Le club le plus frenchy d’Angleterre connait depuis plusieurs années des saisons galères, n’ayant pas su gérer l’après-Arsène Wenger. Mais depuis quelques semaines, le club du Nord de Londres semble retrouver de la cohérence depuis la nomination de Mikel Arteta et se place sur les bon rails concernant leur reconstruction. Retour sur 4 étapes d’une reconstruction qui se fait attendre.


Débuts d’Arteta, entre promesses et inconstance.

En remplaçant Unai Emery sur le banc de touche d’Arsenal, Mikel Arteta arrivait avec une certaine pression sur les épaules. Arrivé en provenance de Manchester City où le basque occupait le poste d’adjoint de Pep Guardiola, on espérait revoir du football à l’Emirates Stadium. Avec son style de jeu en tant que joueur et son expérience avec Pep, les promesses étaient là.

Et pour ses débuts, Arsenal tâtonne avec un nul contre Bournemouth et une défaite face à Chelsea, mais les promesses entrevues dans le jeu semblent se confirmer lorsque les gunners vont chercher une belle victoire face à Manchester United au nouvel an dans un match ou les hommes de Solkjaer n’ont pratiquement pas vu le jour. Mais ce qui caractérise l’Arsenal d’Arteta dans cette première année, c’est l’inconstance.

Une première victoire contre United pour Arteta, les promesses commencent.

En championnat le club ne va jamais vraiment arriver à enclencher une dynamique de victoires, en enchainant 4 matchs nuls contre des équipes à leur portée (Crystal Palace, Sheffield, Chelsea et Burnley), puis en enchainant 3 victoires, puis deux défaites, puis 3 victoires… Arsenal finira 8ème de Premier League avec 56 points, une deuxième partie de saison inconstante mais qui montre de belles choses concernant le façon de jouer que veut instaurer Mikel Arteta. Mais la coupure du championnat due à l’épidémie de Covid-19 et les trop nombreuses erreurs individuelles ont plombé de nombreuses rencontres pour eux, ce qui donne ce gout amer chez les supporters.

Cependant le club valide son ticket pour l’Europe à la faveur d’un parcours en FA Cup qui a tranché avec leur inconstance en championnat. Une compétition remporté au bout de l’été en battant consécutivement Sheffield en 1/4 de finale (une équipe de Sheffield bien plus en forme que la saison dernière qui a vu les blades descendre en seconde division), Manchester City en demi-finale et Chelsea en finale à Wembley. Durant cette période le jeu léché souvent pratiqué sous les ordres d’Arsène Wenger n’était pas encore au rendez-vous, mais les victoires sont là, et on a retrouvé un groupe solide et solidaire dans ce club qui n’allait nulle part les saisons précédentes. Des premiers pas donc encourageants pour Arteta mais encore trop d’inconstance pour pouvoir réinstaller Arsenal dans le haut du panier de la Premier League.

Un trophée pour commencer pour Arteta (Reuters)

Faire le ménage, priorité numéro 1…

Après avoir pris ses marques dans le vestiaire d’Arsenal, Arteta avait une toute autre mission devant lui, établir un groupe capable de comprendre ce qu’il veut mettre en place. Et puisque la famille Kroenke est ce qu’on pourrait appeler dans le milieu animal des rats de première catégorie, l’enveloppe disponible pour recruter n’est pas extensible comme elle peut l’être pour des clubs eux aussi en quête d’un nouveau souffle (Chelsea, Manchester United.) Les gunners devaient donc vendre avant d’acheter afin d’assainir les comptes, choses plus facile à dire qu’à faire au vu des joueurs indésirables dans le vestiaire. Des joueurs vieillissants qui ont montré leurs limites ont rapidement été mis de coté, nous pouvons citer les noms de Sokratis, Mustafi, Özil, Kolasinac par exemple. Faute de candidats sérieux pour els récupérer, Arsenal les a donc gardé ou envoyé en prêt sans option d’achat pour attendre que les contrats se finissent.

Kolasinac et Willian, symboles d’un Arsenal malade. (Getty Images)

Mais des prêts, cela ne donne pas d’argent et Arsenal n’a donc pas pu effectuer de gros investissements nécessaires pour une reconstruction aussi profonde. Lors du l’été 2020, Arsenal pose la première pierre de la reconstruction avec l’arrivée de Gabriel en provenance de Lille, transfert qui se révélera être une bonne pioche, et l’arrivée tardive de Thomas Partey qui n’a toujours pas enchainé 2 bons matchs de suite. Mais les difficultés économiques rattrapent le club du nord de Londres puisqu’Arteta doit bricoler avec des arrivées à moindre couts qui n’améliorent pas drastiquement l’effectif. Runarsson, Willian, Matt Ryan, Cedric Soares, Pablo Marí… que des joueurs moyens pour faire le compte et espérer qu’ils performent. De ces recrutements seuls Cédric et Marí sont encore au club, les autres ayant été poussés vers la sortie au bout d’un an. Des joueurs qui ont été coupables d’erreurs, de mauvaises performances qui expliquent cette irrégularité dans les résultats d’Arsenal lors de la saison 2020-2021. Trop peu de certitudes dans chacune des lignes du terrain, et Arsenal finit à une triste 8ème place, privant le club de toute compétition européenne.

Mais libéré d’énormes contrats et avec une santé financière retrouvée, Arsenal devaient enclencher vraiment le retour vers le sommet lors du mercato d’été 2021.


…Pour mieux reconstruire

Et c’est justement le point qui nous intéresse, ce mercato 2021. Toujours sans enveloppe extensible, Arsenal a tout de même été l’équipe la plus dépensière sur le marché des transferts avec un total de 165M€ dépensé devant des clubs comme Manchester United (140M€), Manchester City (127M€) ou Chelsea (120M€). L’argent a donc été dépensé, encore fallait-il faire les bons choix pour éviter de se retrouver dans une situation similaire à celle de l’année dernière, avec des choix décevants. Il fallait aussi par cette fenêtre de mercato dessiner les contours d’une équipe pour construire sur la durée, pour mettre en place le projet porté par Mikel Arteta. Si le technicien a été soutenu contre vents et marées par sa direction même lorsque la pression du public se faisait sentir, ce n’est pas pour le limiter dans sa prise de décision.

Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le recrutement effectué l’été dernier a montré une vraie envie chez les dirigeants : construire une équipe jeune, avec du caractère, pour pouvoir entourer les pépites sortant du centre de formation que sont Emile Seith Rowe et Bukayo Saka. Les deux très jeunes joueurs sont bien au centre du projet après leur seconde partie de saison dernière en boulet de canon. Après avoir prolongé les deux pépites, il étaient temps de les entourer. 6 arrivées, que des joueurs de moins de 23 ans, avec beaucoup de potentiel et répondant à des besoins.

Ramsdale, une des recrues phares du mercato en Angleterre (Getty Images)

La défense a été l’un des gros chantiers, et pour aller dans ce sens ce sont Ramsdale, White et Tomiyasu qui sont venus former une des meilleurs défenses du royaume. Le premier a rapidement pris la place de Bernd Leno au bout de 3 journées, White forme une charnière solide avec Gabriel et le japonais a fait oublier les années Bellerin et Chambers avec beaucoup de facilité. Martin Odegaard est venu apporter de la créativité au milieu dans la lignée de son prêt convaincant la saison dernière et Lokonga ainsi que Nuno Tavares apportent leur jeunesse et leur potentiel en remplacement de Tierney et au milieu de terrain, deux postes faibles la saison passée.

Beaucoup d’arrivées donc, mais un mercato qui a fait face à beaucoup de moqueries: le profil jeune est apparemment inexpérimenté de ces recrues a fait naitre quelques doutes dans l’esprit des observateurs. Mais à l’aube du Boxing Day, ces doutes semblent bien loin. Dorénavant Arsenal est 4ème provisoire de Premier League malgré le jeu des matchs en retard avec l’équipe la plus jeune de tout le championnat. Le pari des dirigeants est sur le point de payer, et les supporters des gunners peuvent sourire en pensant à l’avenir du club.

Via Opta
Via Opta

What’s next?

Et maintenant que faut-il espérer de cette équipe d’Arsenal? Très bien placés en ce moment, l’objectif n’est cependant pas de terminer dans les 4 premiers (même si ça continue comme cela, ils seraient bêtes de ne pas vouloir le faire). Mais dans ce processus de reconstruction, il y a encore du travail à faire pour les dirigeants et Mikel Arteta.

Tout d’abord, les prochains dossiers chauds à traiter seront ceux de Nicolas Pépé et de Pierre-Aymeric Aubameyang. Les deux joueurs offensifs ne donnent plus satisfactions depuis maintenant quelques saisons et de nombreuses sources pointent toutes dans le même sens : le départ. Le premier ne joue que très peu et se contente de matchs de coupe pour essayer de briller, et le second a été mis au placard depuis quelques semaines pour des manquements au code de conduite (et peut-être aussi par rapport à ses performances.)

La Gabonais vit-il ses derniers instants du coté de Londres?

Leurs départs feraient du bien à la masse salariales mais provoqueraient un vrai manque en termes de quantité sur le secteur offensif. Il faudra donc recruter pour pallier ces départs. Un ailier et un attaquant de pointe sont les priorité pour Arteta, surtout si Nketiah et Lacazette ne prolongent pas leur contrat. Avec le seul Balogun comme vrai avant-centre et Martinelli pour dépanner, le poste clé pour les grandes équipes sera bien dégarni. Arsenal est annoncé avec insistance en contact avec les représentants de Dusan Vlahovic, le serial buteur de la Fiorentina. Jeune avec beaucoup de potentiel doté d’un bon physique pour s’adapter à la Premier League, la cible semble idéale. Seulement Arsenal fera face à une concurrence féroce pour s’attirer les services du buteur serbe. En ce qui concerne le remplacement de Nicolas Pépé les rumeurs ne sont pas légions, mais nul doute que dans les coulisses les dirigeants s’affairent pour donner à Mikel Arteta les outils pour faire remonter Arsenal en haut de la Premier League.

Vlahovic, la pièce manquante pour Arsenal?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page
Powered By
CHP Adblock Detector Plugin | Codehelppro