Quels sont les pires contrats de la NBA?

(crédits : Parlons basket)

En NBA, les contrats représentent des paris sur le futur. Il est rare pour un general manager d’être certain d’avoir fait une bonne affaire juste après la signature. Les difficultés du joueur à progresser, le changement de projet de la franchise ou encore les blessures sont des facteurs pouvant transformer un contrat en fardeau. Dans la NBA actuelle, on retrouve un pléthore de joueurs qui sont devenus impossible à trader à cause d’un contrat bien au-dessus de leur réelle valeur sur le marché. Voici notre liste des pires contrats de la NBA.

1. Kevin Love ( $60M / 2 ans)


Kevin Love est devenu une référence lorsqu’il s’agit d’évoquer les joueurs impossible à trader en NBA. Membre du trio majeur des Cavaliers du titre en 2016 aux côtés de Lebron James et Kyrie Irving, il en est le dernier représentant aujourd’hui à Cleveland. Pour le prolonger, Koby Altman a dû lui proposer une extension de contrat de 120 millions de dollars sur 4 ans à l’été 2018, engageant Kevin Love jusqu’à 2023 compte tenu de son contrat de l’époque. Seulement depuis, l’ailier fort drafté par les Timberwolves n’est plus que l’ombre du joueur qu’il a été. Miné par des blessures le limitant à 22 et 25 matchs sur les saisons 2018/2019 et 2021/2022, il n’a plus le niveau d’un joueur majeur en NBA pouvant prétendre à un tel contrat. Véritable faiblesse dans la défense, il semble désormais uniquement représenter une menace derrière l’arceau. De plus, les Cavaliers sont en pleine reconstruction avec un superbe groupe de jeune mais ce contrat dont il est impossible de se débarrasser les freine dans ce beau processus. Plus que deux ans à tirer et 60 millions garantis, Kévin Love possède l’un des meilleures contrats de la ligue pour un joueur de banc.

2. Dāvis Bertāns ( $60M / 4 ans)


Dāvis Bertāns est un sniper en NBA. Il fait partie des premiers joueurs de la ligue avec ce profil consistant uniquement à shooter. Suite au développement du jeu et l’abondance des tirs derrière l’arceau, ces joueurs sont devenus assez courtisé. Bertāns en a profité en signant un contrat de 80 millions de dollars sur 5 ans aux Washington Wizards en 2020, révélateur de la nouvelle valeur de ces joueurs monotâches. Ce contrat a ouvert la voie à des joueurs comme Duncan Robinson qui lui aussi a empoché le pactole par la suite. Malheureusement pour les Wizards, le sniper letton semble incapable de régler la mire depuis sa signature. Limité à 11 points par match sur la saison 2020/2021, il a perdu sa place de titulaire et semble parti pour une saison encore pire que la précédente, shootant à 33% de loin en 16 minutes de temps de jeu en moyenne. Des statistiques indigne pour ce profil de joueur, surtout lorsqu’il possède un contrat lui garantissant encore 60 millions. Mauvais pari pour Washington, les autres franchises y réfléchiront peut-être à deux fois avant de miser gros sur un tireur d’élite.

( crédits : The Athletic)

3. Gordon Hayward ( $91M / 3 ans)


Au contraire des autres joueurs cités dans cet article, Gordon Hayward est titulaire dans son équipe et réalise une bonne saison. Auteur de 17 points par match dans une équipe de Charlotte tournant bien offensivement, on peut même se demander la raison de sa présence dans cette liste. Cela s’explique par le fait que Gordon Hayward est payé 30 millions de dollars par an et qu’il est garanti de toucher 90 millions jusqu’à 2024. Pour donner un ordre de comparaison, les joueurs de la ligue percevant approximativement le même salaire s’appellent Kyrie Irving, Chris Paul ou encore le MVP en titre Nikola Jokić. Malgré sa bonne saison, Gordon Hayward n’est que la 3ème voir 4ème option offensive d’une équipe du milieu de tableau à l’est. Pour l’avenir, les Hornets misent peut-être plus sur le trio Ball, Rozier, Bridges mais Gordon Hayward sera dure à échanger compte tenu de son contrat mirobolant. Ne semblant plus être capable d’être un frenchise player depuis sa terrible blessure avec Boston en 2017, il porte un contrat aujourd’hui trop lourd pour lui.

( crédits : NBA.com)

4. John Wall ( $44M / 1 an + player option à $47M )


John Wall est probablement l’homme le mieux payé au monde pour simplement s’asseoir sur un banc. Il possède le deuxième meilleur salaire de la ligue cette saison avec 44 millions de dollars, juste derrière Stephen Curry, alors qu’il n’a toujours pas foulé les parquets. Pourtant, Wall n’est pas blessé et c’est une décision sportive de la part de Stephen Silas de ne pas le faire jouer. Son contrat, qui lui garantit encore 92 millions sur les deux prochaines saisons, date d’une extension signée aux Wizards en 2017. De nombreuses blessures sont passé par là et John Wall joue aujourd’hui à Houston ou il ne fait pas parti du plan de reconstruction des Rockets. Le joueur souhaitait partir mais peu nombreux sont les clients pour payer un tel contrat à un joueur semblant loin de son niveau d’antan. Devenu indésirable à Houston de part son attitude et la volonté de développer le duo Kévin Porter Junior – Jalen Green, il ne semble pas vouloir accepter le rôle de vétéran là pour aider au développement de futurs stars. John Wall aura-t-il une nouvelle chance en NBA ? Sans un buy-out, les issues semblent bouchées pour Wall-Star.

( crédits : Inside Basket )

5. Aaron Gordon ( $80M / 4 ans + player option à $22M )


Le choix de la part des Denver Nuggets de prolonger Aaron Gordon pour 80 millions de dollars sur 4 ans, incluant une player option de 22 millions pour 2025/2026, est compréhensible sans être idéal. Le fait est que la franchise du Colorado n’est pas la plus sexy de la ligue et n’attire par les plus grandes stars en claquant des doigts. De plus, les Nuggets comptent dans leur rang Nikola Jokić qui entre dans son prime et ils se doivent donc de gagner dans les prochaines années. En ajoutant à cela la blessure de Jamal Murray, il était important pour Denver de garder Aaron Gordon. Malgré tout, ce contrat reste conséquent pour un joueur ne dépassant pas les 15 points de moyenne depuis qu’il est arrivé et n’a jamais montré qu’il était un titulaire en puissance d’une équipe jouant le titre. Il semble peu probable qu’une autre équipe lui aurait offert un contrat similaire et seul la situation semble responsable de ce montant. Il ne lui reste plus qu’à nous faire mentir.

( crédits : Basket USA)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page
Powered By
CHP Adblock Detector Plugin | Codehelppro