Dirk Nowitzki : « Wunderkid »

le one legged fadeway : inarrêtable (crédits : Basket Ball Society)

Lors d’une conférence de presse en marge de la cérémonie pour retirer son maillot, Dirk Nowitzki n’a pas pu retenir ses larmes. Il s’est laissé déborder par l’émotion au moment d’évoquer les nombreuses lettres reçues de la part des fans lui disant simplement : Merci pour tout. Encore aujourd’hui, la légende des Mavericks reçoit ces lettres et l’amour des habitants de Dallas à chaque rencontre dans les rues. L’Histoire écrite par Dirk dans cette franchise est l’une des plus belles à avoir existé en NBA et sera à jamais marqué par une fidélité sans faille et un merveilleux titre de champion.

Un joueur à part.   


Dirk Nowitzki ne fait pas partie de ceux qui sont nés pour jouer au basket. Mis à part sa taille hors norme (2m13), il a toujours semblé frêle et sans réelle capacité athlétique. Assez lent, il n’a jamais pu devenir un bon défenseur, endossant même le surnom de « Irk » Nowitzki, le D de la défense étant absent.

Dirk n’avait qu’une seule arme pour réussir : le shoot. Il a excellé dans cet art toute sa carrière pour devenir l’un des meilleurs de tous les temps. Le move qu’il a développé, le one legged, et poussé à un degré de perfection jamais vu a été repris par les meilleurs joueurs contemporains comme Kévin Durant ou Luka Dončić. Ce véritable fade away sur une jambe était inarrêtable de par la longueur et la précision du Wunderkid. Également adroit à longue distance, il a shooté à 38% de loin en carrière et 47% au global. Ces pourcentages sont hors du commun pour un joueur prenant des shoots si difficile.

En carrière, Dirk Nowitzki a joué 1522 matchs pour les Dallas Mavericks, soit le record absolu au sein d’une seule et même franchise. Il a inscrit 31 560 points et est le 6ème meilleur scoreur de l’histoire, le tout à coup de jump shot sur une seule jambe. MVP en 2007, MVP des finales en 2011, 14 fois all-star, 12 fois membre d’une All NBA Team, champion en 2011, Nowitzki a tout gagné en NBA et représente à lui seule la franchise de Dallas, fief de son aventure extraordinaire.

Également remarquable en dehors des terrains, l’Allemand a marqué l’esprit des fans et de ses pairs pour son humilité et son humour. Récemment Harrison Barnes a résumé le personnage en une phrase : « Il travaille très dur et c’est un tueur sur le terrain mais il s’assure toujours à ce qu’il prenne du plaisir sur le terrain, tout comme tous ceux qui sont autour de lui. Il fait tout pour que ça ne soit pas juste un job. ».

Nowitzki : un des joueurs les plus appréciés de l’histoire ( crédits : The Daily Dunk)

Des échecs avant le Graal.


Numéro 9 de la draft, sa première année en NBA ne fût pas à la hauteur du reste de sa carrière. Dans une saison perturbée par le lockout annulant tout match de juillet 1998 à janvier 1999, Nowitzki ne s’est pas imposé. Membre du 5 majeurs à seulement 24 reprises, il n’inscrit que 8,2 points en moyenne pour 20 minutes de jeu par match. Beaucoup critiqué par les médias, nombreux sont ceux le pensant incapable de s’imposer en NBA à cause de son profil atypique. Cependant, cette saison rookie restera un astérisque dans son long parcours vers le succès. Dès 2000, il devient titulaire et ne manquera pas plus de cinq matchs par saison pendant 10 ans.

Lorsque l’on évoque les échecs de Dirk Nowitzki, les finales NBA 2006 résonnent dans les têtes. Opposés au Heat du jeune Dwayne Wade, l’Allemand est au sommet de son art. Les Mavericks remportent les deux premiers matchs à la maison et n’ont jamais été aussi proche du titre. Mais Dwayne Wade va alors réaliser quatre matchs d’un niveau hors du commun pour renverser sèchement Dallas et remporter les NBA finals 4-2. Nowitzki a réalisé une bonne série sans pour autant pouvoir faire gagner son équipe, avec un pourcentage au shoot bien en dessous de ses standards (39% sur la série). La déception est immense, mais tout indique que ce n’est que partie remise pour Dallas.

La défaite de 2006 a beau être un crève-cœur, l’élimination en play-offs par les Warriors de « we believe » reste sûrement la plus grosse tâche dans la carrière de Dirk. Dallas a survolé la saison 2006-2007 avec un bilan de 67 victoires pour 15 défaites et leur frenchise player est MVP pour la première fois de sa carrière. Au premier tour se présentent les Golden State Warriors de Don Nelson, ancien de la maison. Les Dubs ont livré une formidable bataille en fin de saison pour accrocher cette place en play-offs mais la marche semble insurmontable face aux Mavericks de Nowitzki. Eviter le sweep serait déjà honorable. Pourtant, l’impensable se produit. Les Warriors d’un brillant Baron Davis s’imposent en 6 matchs contre les Mavericks d’un Nowitzki en deçà de ses standards (il n’est même pas le meilleur marqueur de son équipe sur la série). Le ciel vient de s’abattre sur la tête de Dallas et la capacité de Dirk Nowitzki à emmener son équipe au bout est remise an cause. Il dira plus tard que cette défaite lui a permis de devenir le joueur qu’il a été par la suite.

Nowitzki défait par les warriors de « we believe » ( crédits : Basket Infos)

Les finales NBA 2011 : La consécration tant attendue de Nowitzki


L’histoire de l’Allemand en NBA n’aurait pas été la même sans cette saison 2010-2011 au cours de laquelle il a remporté le premier titre NBA de l’histoire des Dallas Mavericks. Avant, il était un perdant magnifique. Après, il était l’un des plus grands joueurs de l’histoire. Le scénario était parfait. Cette année-là, Dirk est le seul joueur all-star de son équipe, fait devenu rare en NBA pour une équipe en finale. De plus, Dallas affronte l’une des plus grosses superteam de l’histoire : Le Miami Heat de Lebron James, Dwayne Wade et Chris Bosh. Pour la première année de ce trio, les heatles apparaissent comme les grands favoris et l’effectif de Dallas semble trop court pour résister. Accompagné d’un Jason Kidd vieillissant à la mène, Wunderkid va montrer l’étendue de son talent. Alors que les Mavericks sont menés 1-0 après avoir perdu l’avantage du terrain au game 1, une deuxième victoire floridienne à l’American Airlines Center aurait déjà des allures de titre pour les coéquipiers de Lebron James. Suite à un match tiré aux couteaux, les deux équipes sont à égalité à 10 secondes du terme. Nowitzki s’empare alors du ballon pour mystifier Chris Bosh et finir près du cercle pour offrir la victoire et le 1-1 à Dallas. Sans le savoir, il vient de renverser la série et les Mavericks gagneront trois des quatre derniers matchs pour remporter le titre. Enfin. Dirk, MVP des finales, aura été magistrale du début à la fin avec 26 points, 9.7 rebonds et 2 passes de moyenne. Il vient de sceller sa légende à tout jamais.

Enfin champion ( crédits : CBS News)

La cérémonie du retirement de maillot de Dirk Nowitzki a lieu ce soir à Dallas après le match face aux Warriors et le rendez-vous est immanquable pour tout les fans de NBA. On ne peut rater l’occasion de dire au revoir une dernière fois à cette légende de jeu qui aura marqué de son emprunte l’histoire du Basket-Ball.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page
Powered By
CHP Adblock Detector Plugin | Codehelppro