Quel club pour la pépite Léo Coly la saison prochaine ?

Meilleur réalisateur de la Pro D2, Léo Coly (22 ans) suscite les convoitises des écuries du Top 14. Petit tour des clubs qui pourraient convenir au demi de mêlée champion du monde des moins de 20 ans.

Léo Coly est champion du monde u20 (Juan Gasparini / AFP)

De bonnes chances de rester au Stade Montois ?


Sous contrat à Mont-de-Marsan jusqu’en 2025, Léo Coly a de bonnes chances de rester dans son deuxième club formateur après le Biscarosse Olympique. Né à Rennes, il a grandi dans les Landes et les excellents résultats de son club, leader de la Pro D2, pourraient l’inciter à rester au moins une saison supplémentaire. En cas de montée en Top 14, l’aventure serait belle et une première expérience dans l’élite, dans son cocon, pourrait lui être bénéfique d’un point de vue sportif. Dans le viseur de Fabien Galthié, Léo Coly a intérêt à respecter les étapes pour atteindre les sommets du rugby français. Attention cependant à ne pas évoluer dans une équipe inexistante en Top 14 au risque de vivre une saison cauchemardesque et de freiner sa progression.

OPPORTUNITÉ DE RESTER AU STADE MONTOIS : 7/10 en cas de montée, 3/10 dans le cas contraire.

Déjà 8 essais cette saison pour Léo Coly (© Crédit photo : Salvat Philippe / SUD OUEST)

Les clubs qui auront besoin d’un demi de mêlée


Pour autant, des clubs ambitieux et plus forts économiquement que la formation landaise suivent de près la situation du joueur. Malgré un vivier important de demis de mêlée dans l’hexagone, certaines équipes vont devoir penser à se renforcer à ce poste. C’est le cas du Castres Olympique, qui va perdre son emblématique leader Rory Kockott et qui n’a toujours pas recruté de remplaçant. Les Tarnais sont intéressés par Coly, et à raison !

Dans un club comme le CO le jeune espoir français pourrait s’épanouir dans un environnement stable, calme, tout en étant le titulaire du poste. Avec l’ancien 9 Pierre-Henry Broncan en tant qu’entraîneur, il pourrait parfaire ses gammes dans un championnat nettement plus relevé que la deuxième division. L’autre avantage serait de jouer dans une équipe ambitieuse, mais qui ne subit pas la même pression médiatique que des clubs comme Clermont, Toulon ou le Racing 92. Reste à voir si Castres pourrait mettre la main au porte-monnaie pour acheter les années de contrat de Léo Coly.

OPPORTUNITÉ D’UN DÉPART À CASTRES : 7/10

Un page se tourne à Clermont avec le départ de Morgan Parra LP/Icon Sport/Romain Biard

Avec le départ de Morgan Parra, l’ASM sera l’autre club à la recherche active d’un demi de mêlée. En pleine reconstruction, l’avenir du club au plus haut niveau de l’élite est incertain et le recrutement de Jules Plisson et d’Anthony Belleau ne pousse pas à l’optimisme. Léo Coly serait une très belle recrue pour les Auvergnats qui redoreraient leur pouvoir d’attraction des jeunes talents. Comme lorsqu’ils avaient recruté Morgan Parra à Bourgoin en 2009, les Clermontois s’attacheraient les services d’un excellent buteur, gaucher, qui mène à merveille le jeu de son équipe. Coly serait donc le remplaçant parfait, mais la dimension économique et la volonté du joueur de quitter le sud-ouest sont questionnables. Pour ceux qui aimeraient revoir les Jaunards en haut de l’affiche, ce transfert serait un beau cadeau.

OPPORTUNITÉ D’UN DÉPART À CLERMONT : 6/10

Si le Stade Rochelais a déjà officialisé les arrivées de nombreux joueurs (Lespiaucq, Hastoy, Seuteni, Thomas…), la venue du demi de mêlée signerait l’apothéose d’un recrutement exceptionnel. A 31 ans, Tawera Kerr-Barlow évolue toujours à un niveau exceptionnel. Les doublures Jules Le Bail (30 ans) et Thomas Berjon (24 ans) ne sont pas vouées à prendre la place de l’ancien All Black dans les années à venir. S’attacher les services de Léo Coly permettrait donc de s’assurer une charnière Coly-Hastoy très prometteuse pour le futur ! Si la marge financière du club doit être prise en compte dans le transfert, certains évoqueront aussi l’opportunité pour Coly de rejoindre un club dans lequel il ne serait pas titulaire indiscutable dès son arrivée. A cela, nous pourrions rétorquer que Coly pourrait pleinement se faire les dents aux côtés de Kerr-Barlow, pour progressivement devenir le demi de mêlée de l’une des plus grosses écuries du moment.

OPPORTUNITÉ D’UN DÉPART A LA ROCHELLE : 9/10 si le club en a la possibilité

Arthur Vincent a remporté la coupe du monde u20 avec Coly (F. Mons/L’Équipe)

Alors que Benoît Paillaugue en fin de contrat est gravement blessé, et que Cobus Reinach passe une partie de l’année chez les Springboks, la signature de Léo Coly au MHR pourrait avoir du sens. Louis Foursans a du talent, mais sera le demi d’ouverture remplaçant de Paolo Garbisi avec le départ de Handre Pollard. Pour Coly, Montpellier serait une belle destination, avec un cadre de vie agréable, mais aussi un projet sportif ambitieux dans lequel il pourrait pleinement prendre sa part. Il pourrait soulager Garbisi du rôle de buteur, ou le remplacer pour permettre à l’Italien de se concentrer sur l’animation du jeu. La seule contrariété à ce plan pourrait être l’excellent niveau de Reinach, mais ce dernier ne restera peut-être pas dans l’Hérault pour ne nombreuses années.

OPPORTUNITÉ D’UN DÉPART À MONTPELLIER : 8/10

Les clubs à éviter


Avec le départ de Maxime Machenaud pour Bayonne, le Racing 92 pourrait aussi avoir intérêt à suivre la situation de près. La formation francilienne dispose cependant déjà d’un futur très grand demi de mêlée en la personne de Nolann Le Garrec. Recruter Léo Coly n’aurait donc pas trop de sens, surtout dans une période ou le Racing doit jouer serré avec le Salary cap. Même situation au Stade Toulousain. Malgré le manque d’une doublure de haut niveau pour Antoine Dupont, Coly n’a pas intérêt à poser ses bagages dans un club ou il ne sera pas titulaire. Au meilleur des cas, on pourrait l’imaginer prendre le poste lorsque Dupont est absent, ou pour faire souffler Romain Ntamack en repositionnant le « ministre de l’intérieur » en 10. Mais cela reste tiré par les cheveux. A Bordeaux, Maxime Lucu et Yann Lesgourgues tiennent la corde, tandis que Toulon et le LOU disposent déjà de Baptiste Serin et de Baptiste Couilloud. Pau, Perpignan, Biarritz, le Stade Français et Brive ne sont pas des options crédibles pour diverses raisons (niveau du club, recrutement bouclé au poste…).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :