Le BO et l’USAP mériteraient-ils vraiment de descendre ?

Alors que les deux clubs semblent voués à se battre pour la treizième place du championnat, synonyme de barrage, la lutte promet d’être serrée jusqu’au bout. Si les deux formations s’inclinent régulièrement, face à des écuries mieux armées et rodées au Top 14, elle vendent néanmoins chèrement leur peau à chacune de leurs sorties, comme ce fut une nouvelle fois le cas lors de la dernière journée. Alors qu’elles sont à égalité (19 pts), leur duel risque bien de faire des étincelles ce samedi.

L’USAP et le BO sont en rivalité perpétuelle depuis de longues années (image rugbyrama)

Une lutte entre promus

La saison dernière, l’USAP marchait sur la Pro D2, tandis que le BO prenait un chemin plus tortueux, mais tout aussi savoureux pour retrouver l’élite. Dans l’un des championnats les plus exigeants au monde, l’enfer leur était promis. Deux ans après sa saison cauchemardesque, Perpignan se savait attendu au tournant, tandis que Biarritz faisait figure de petit Poucet. A mi-championnat, les pronostics n’ont donc pas complètement été déjoués, puisque les deux clubs occupent les deux dernières places du classement. Le constat reste pourtant à nuancer, puisque les promus ne sont pas décrochés, se montrant même capables de s’offrir le scalpe de certains cadors.

Là ou le SU Agen avait été étrillé la saison dernière, laissant certains observateurs s’interroger sur les conditions d’accession au Top 14, l’USAP et le BO réussissent à ne pas se comporter en victime expiatoire.

Vaillantes mais trop justes

Passé ces amabilités, il faut bien reconnaître la réalité de la situation : malgré un écart de points très faible les séparant de leurs principaux rivaux pour le maintien, Basques et Catalans devraient bien être voués à se battre jusqu’au bout pour ne pas être derniers, et donc automatiquement relégués. Aucune de ses deux équipes ne semblent avoir les épaules pour prendre durablement la douzième place, et chacune d’entre elles signeraient probablement pour une place de barragiste.

Si Perpignan a battu Toulon, La Rochelle et Clermont, ou que le BO l’a emporté devant l’UBB et le Racing 92, les deux équipes ont lâchées trop de points au terme de rencontres accrochées. Et c’est probablement l’un des constats les plus rageants : certes l’USAP et le BO ont eu leur trous d’air cette saison. Mais le plus dur à avaler reste tout ces matchs perdus dans les dernières minutes, ou ces bonus manqués à quelques points de retard près, qui vaudront cher lors du décompte final.

Trop fortes pour la Pro D2 ?

Si Mont-de-Marsan, Oyonnax et Bayonne font figure de favoris à la remontée, ces trois écuries ne sont actuellement pas au niveau du Top 14, contrairement à Perpignan et Biarritz. Candidat le mieux placé, le Stade Montois aurait certainement bien trop de mal à recruter des joueurs du niveau de l’élite, et pourrait même perdre son meilleur atout Léo Coly. Accrocheuse l’an dernier, la formation de l’Aviron ne survole pas la Pro D2, et aura du mal à obtenir son ticket pour la remontée.

En l’état des choses, Biarritz et Perpignan nous permettent donc d’établir un double constat : oui l’une des deux équipes, au minium, nous quittera à l’issue de cette saison. Non, elle(s) ne sera(ont) pas remplacées qualitativement par un autre club. Leur avenir dépend donc, en partie, de leur rencontre à Aguiléra, qu’il ne faudra manquer sous aucun prétexte.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page
Powered By
CHP Adblock Detector Plugin | Codehelppro