Football: l’Afrique, un continent laissé sur la touche

Ce dimanche 9 janvier débute la 33e édition de la coupe d’Afrique des nations, une compétition suscitant de l’engouement sur le continent africain mais qui a été aussi l’objet de nombreuses critiques venant d’Europe. Que ce soit par l’entraîneur de Liverpool, Jürgen Klopp, qualifiant la CAN de “petite compétition” ou bien par l’entraîneur de Metz, Frédéric Antonetti, qui se plaint que son équipe soit dépouillé de ses joueurs africains, les clubs du vieux continent n’ont pas manqué d’afficher leur manque de considération envers la CAN. Une fois n’est pas coutume, la compétition africaine a mis en exergue ce mépris du football européen envers le football africain.  Autour des polémiques de cette 33ème édition de la CAN, nous allons revenir sur la dévalorisation du football africain par les clubs européens et les instances internationales de football.

La CAN, la compétition à abattre en Europe


« On est en train de nous traiter, comme on nous a toujours traités : nous sommes des moins que rien et nous devons toujours subir« . S’adressant directement à l’Association européenne des clubs qui a émis l’idée d’un report, voire d’une annulation de cette 33e édition de la CAN, le nouveau président de la fédération camerounaise, Samuel Eto’o, s’est insurgé de ce dédain européen envers le football africain. Autre grand nom du football africain à être monté au créneau: Didier Drogba, l’ancien international ivoirien a quant à lui, fait part de son mécontentement sur Twitter : “ Il y a encore trop de discriminations, d’inégalités à l’égard de nos compétitions et de nos joueurs.” L’indignation affichée par ces grandes personnalités du football africain témoigne du ras de bol du Football africain face à la politique menée par les clubs européens visant à déstabiliser la bonne  tenue de la CAN.

Organisé du 9 janvier au 6 février au Cameroun, la CAN mobilise une grande partie des joueurs africains évoluant en Europe puisque c’est 404 joueurs africains rattachés à l’UEFA qui participent à la compétition soit 62,5% de l’ensemble des joueurs participant à la CAN. Nombreux clubs européens se sont sentis lésés de se voir dépourvus de leurs joueurs africains durant un mois et certains ont même tenté d’empêcher le départ de leurs joueurs vers le continent africain pour disputer la compétition. C’est le cas du Watford, 17e de premier league, qui a tenté de retenir son ailier sénégalais Ismaila Sarr.  Sous prétexte d’une blessure au genou, les Hornets voulaient empêcher Ismaila Sarr de disputer la CAN et un bras de fer a naturellement eut lieu entre la fédération sénégalaise de football et le club londonien. Après de longues semaines à batailler avec son club, l’ailier sénégalais a réussi à obtenir gain de cause et a rejoint sa sélection pour participer à la compétition. Après la menace d’un report ou d’une annulation de la CAN par l’association européenne des clubs le 15 décembre dernier, les clubs européens étaient donc prêts à tout pour faire capoter cette 33e édition de la CAN, quitte à empêcher ses joueurs de représenter leur nations. Néanmoins, libérer les joueurs sud-américains posent moins de problèmes pour les clubs européens, pourtant les internationaux sud-américains font manquer plus de journées de championnat à leurs clubs en rejoignant leurs sélections que les joueurs africains en participant à la CAN.

Ismaila Sarr a du batailler avec son club, Watford, pour participer à la CAN

Prévu à l’été 2021 mais reporté en début d’année 2022, l’organisation de cette 33 e édition de la CAN, où le Cameroun fait figure de pays hôte, fut aussi un véritable chemin de croix. Alors que l’Afrique est beaucoup moins touchée par le Covid depuis le début de l’épidémie que l’Europe, la tenue de la CAN n’a sans cesse été remise en cause tandis que l’euro 2020 a pu se tenir durant l’été 2021. Et comme la Covid-19 a bon dos, les clubs européens ont obtenu de la FIFA de pouvoir garder leurs joueurs africains plus longtemps (jusqu’au 3 janvier) avant qu’ils regagnent leur sélection. Le pays organisateur, le Cameroun, n’a pas eu son mot à dire sur cette retenue des joueurs africains par les clubs européens alors qu’en tant que pays organisateur, elle aurait pu exiger des mesures pour les joueurs venant du continent européen. 

Les joueurs africains, symbole des éternels oubliés des récompenses individuelles


1: c’est le nombre de ballon d’or remporté par un joueur de football africain. Sacré en 1995, George Weah a été le premier joueur non-européen à recevoir le ballon d’or et l’actuel président du Libéria est toujours le seul Africain à avoir reçu cette récompense. Mais alors pourquoi les joueurs africains ne parviennent-ils pas à remporter un nouveau ballon d’or? 

Nombreux joueurs africains auraient pu prétendre remporter le ballon d’or, on pourrait citer Didier Drogba, Samuel Eto’o, Mohamed Salah et Sadio Mané. Mais si certains ont échoué, l’hégémonie CR7-Messi en est la première cause. Totalisant 12 ballon d’or à eux deux, la présence de ces deux ovnis semblent justifier l’absence de nombreux joueurs à l’obtention de la plus belle des récompenses individuelles vu le niveau affiché par le Portugais et l’Argentin ces quinze dernières années. 

Lors de l’année 2019, deux joueurs africains, Mohamed Salah et Madio Mané, auraient pu néanmoins espérer mieux dans leur classement final au ballon d’or. Alors que les deux joueurs ont remporté la ligue des champions avec Liverpool en 2019 et finissent co-meilleurs buteurs de la premier league, l’Egyptien termine à la 5e place du classement au ballon d’or tandis que son coéquipier des reds termine à la 4e place, place d’autant plus incompréhensible alors que le Sénégalais a réussi à se hisser en final de la CAN la même année. Nombreux spécialistes se sont offusqués de ce classement notamment Habib Beye, ancien international sénégalais et consultant chez canal +, qui a qualifié la 4e place de Sadio Mané de “scandale pur et simple”.Ce n’est pas un secret, certains grands médias européens et clubs peuvent influencer le vote des journalistes votants pour élire le lauréat du ballon d’or. Evidemment, l’absence des principaux médias et personnes influentes du continent africain a porté préjudice à Sadio Mané et à Mohamed Salah dans l’obtention du ballon d’or. Néanmoins, parmi les 49 journalistes africains votant pour leurs favoris seuls 31% ont placé Mané sur le podium, ce chiffre témoigne donc de la fragilité du football africain à s’organiser et son manque d’unité. A titre de comparaison, parmi les journalistes sud-américains votant pour leurs favoris, 82% ont placé Lionel Messi, vainqueur du ballon d’or 2019, sur le podium. 

Sadio Mané et Mohamed Salah, victimes d’injustice lors du ballon d’or 2018

Un joueur africain et plus particulièrement un gardien de but africain symbolise parfaitement l’injustice que subit le football africain depuis plusieurs années, ce gardien se nomme Edouard Mendy. Arrivé fin septembre à Chelsea, le gardien sénégalais a excellé dans la cage des Blues. Auteur de 25 cleans sheets en 44 rencontres lors de la saison 2020/2021, le natif de Montivilliers a remporté la ligue des champions, compétition qu’il a illuminé de tout son talent.  Une saison de haut niveau qui n’a pas convaincu le magazine “France football”, responsable de l’organisation du ballon d’or, puisque le gardien des blues n’a même pas figuré dans les 30 nominés pour le ballon d’or 2021. Une aberration quand on sait que le gardien brésilien, Alisson Becker a figuré dans les 30 finalistes au ballon d’or 2018 alors que le portier des reds de Liverpool avait échoué en finale de ligue des champions. 

Edouard Mendy a aussi dû encaisser une autre forme de mépris mais cette fois de la part de la FIFA et de sa communication. Prétendant au trophée The Best récompensant les meilleurs joueurs de la saison écoulée, Edouard Mendy s’est emporté sur Instagram après avoir vu la campagne de communication de la FIFA pour le trophée The Best : « Deux jours que je regarde ce post et que j’essaye de comprendre pourquoi mais je n’ai toujours pas compris. Est-ce normal que je sois le seul sans le maillot de mon pays, le Sénégal ? Est-ce juste pour le Sénégal ? » . Sur cette campagne de communication de la FIFA, on aperçoit le portier sénégalais au second plan et sans le maillot de son équipe nationale tandis que ses concurrents sont mis en avant avec les maillots de leurs équipes nationales. Cette image laisserait penser que, selon la FIFA, certaines sélections notamment européennes et sud-américaines devraient être mises en avant au détriment de certaines sélections africaines comme le Sénégal. 

La campagne de communication de la FIFA qui a suscité la polémique

Les qualifications de la coupe du monde 2022: le parcours du combattant pour les pays africains


Contrairement à l’Europe ou l’Amérique du sud,l’Afrique ne peut pas envoyer directement des équipes à la coupe du monde. Pour accéder aux qualifications de la coupe du monde 2022, les équipes africaines les moins bien classées à l’indice FIFA doivent s’affronter dans un tour préliminaire pour rejoindre le 2e tour et les phases de poule. Répartis dans 10 poules de 4 équipes, les nations du continent africain s’affrontent ensuite pour obtenir la première place du groupe, synonyme de qualification au 3e tour. Alors que cinq places sont en jeu pour la coupe du monde au Qatar, les premiers de chaque poule s’affrontent dans des matchs de barrage aller-retour pour obtenir leur qualification. Le tirage au sort du 3e tour aura lieu entre le 22 et le 26 janvier à Doha.

10 barragistes en zone Afrqiue pour 5 places qualificatives à la CDM 2022

Accéder à la coupe du monde pour les pays africains est un véritable chemin de croix contrairement à d’autres continents. En Amérique du sud, par exemple, 10 sélections figurent dans une poule de qualification unique. Les quatre premières équipes sont directement qualifiées pour la coupe du monde 2022 et l’équipe classée cinquième dispute un barrage face à une nation de la zone Océanie. 5 places à la coupe du monde 2022 pour 10 sélections en Amérique du sud tandis qu’en Afrique il n’y a que 5 places pour 54 nations. Une différence notable qui prouve une nouvelle fois le traitement de faveur de certains continents au détriment de certains comme l’Afrique. En Europe, les éliminatoires de la coupe du monde concernent 55 sélections nationales pour 13 places qualificatives. Les 10 premiers de chaque poule sont directement qualifiés tandis que les deuxièmes s’affrontent dans des barrages pour obtenir les 3 places supplémentaires à la coupe du monde. Le chemin vers la coupe du monde est donc moins escarpé pour les nations du vieux continent. 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page