Ange Capuozzo serait-il une bonne recrue pour le Stade Toulousain ?

En discussion avec le Stade Toulousain, l’arrière grenoblois Ange Capuzzo (22 ans) voit ses belles performances en Pro D2 reconnues par une grande écurie du Top 14. Mais serait-il une bonne recrue pour les champions de France et d’Europe ?

Ange Capuozzo est dans le viseur du Stade Toulousain (image rugbyrama)

Le 18 mai 2019, Ange Capuozzo disputait son premier, et dernier match à ce jour de Top 14 sur le terrain de la Section Paloise. S’en suivaient un championnat du monde des moins de 20 ans qu’il disputait avec l’Italie, puis deux saison et demi de Pro D2 avec le FC Grenoble, son club formateur. A 22 ans, le Franco-Italien a donc déjà vécu quelques belles expériences, au point de devenir un joueur important de la formation iséroise.

10 essais en Pro D2 l’an passé

C’est l’année dernière que Capuozzo se révélait véritablement au yeux des amateurs de rugby. En inscrivant dix essais en une vingtaine de match de seconde division, il prenait une nouvelle dimension dans l’antichambre de l’élite. Des talents de vitesse, une bonne vision du jeu, une capacité à être au soutien de ses partenaires, le Grenoblois a indéniablement des qualités intéressantes. Depuis le début de sa carrière, il a été aligné à 34 reprises à l’arrière et trois fois à l’aile, son poste est donc clairement identifiable actuellement.

Une fausse bonne idée ?

Cette saison, Ange Capuozzo est un peu moins en vue. S’il n’a plus joué depuis le 5 novembre à Aix, en raison d’une blessure, il n’a été titularisé qu’à cinq reprises sur ses huit feuilles de match. Un petit essai seulement à mettre à son crédit, comme pour témoigner d’un moment dans le creux de la vague, après une première saison complète, longue et éprouvante. Si l’on se réfère au site web du FC Grenoble, Ange Capuozzo et aussi un joueur encore un peu frêle pour le très haut niveau. 1m77 pour 71 kg, le jeune international des moins de 20 ans italiens doit encore « muscler » son jeu.

L’idée n’est pas de faire de ce genre de joueurs des bulldozers, mais de leur donner les clés nécessaires pour suivre le rythme du Top 14. Sur ce point, dans un effectif dominateur, Toulouse pourrait polir ce diamant pour optimiser ses qualités au maximum. Le statut de JIFF est aussi très intéressant pour le Stade Toulousain sur le papier, tout en sachant qu’il sera présent au moment ou un joueur comme Juan-Cruz Mallia disputera le Rugby Championship avec l’Argentine.

Pour le faire évoluer à quel poste ?

En partant du principe que Maxime Médard ne sera pas prolongé, le Stade Toulousain disposerait de deux arrières de métier, avec Thomas Ramos et la recrue Melvyn Jaminet. Juan-Cruz Mallia peut aussi dépanner à ce poste. Ange Capuozzo pourrait être suffisamment polyvalent pour prendre du temps de jeu, en se baladant sur les postes d’ailier et d’arrière. Mais en cas de bonnes performances, Toulouse s’expose aussi à avoir un international supplémentaire.

Né d’un père transalpin, Capuozzo pourrait devenir un international français mais aussi un international italien. Étant donné le faible niveau de la sélection azure, il y a fort à parier que le Grenoblois pourra tenter de jouer au moins pour la Squadra dans les années à venir. Cela signifierait donc qu’il serait absent au moment du tournoi des six nations, et ne pourrait pallier l’absence des habituels sélectionnées.

Ange Capuozzo semble donc doté d’un fort potentiel sur le papier, et pourrait être une très bonne recrue s’il venait à exploser. La pire configuration pour le Stade Toulousain serait de recruter Capuozzo, pour en faire un remplaçant lors des grands rendez-vous et un absent lors des périodes internationales (automne et printemps).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :