Le Racing 92 doit-il tout miser sur la Coupe d’Europe ?

A la peine en championnat (8ème, 30 points), le Racing 92 réussit pleinement ses débuts en Coupe d’Europe, avec trois victoires (dont une par forfait) en autant de rencontres et deux bonus offensifs à la clé. Il est le premier représentant français à se qualifier pour les phases finales cette saison.

Teddy Thomas et le Racing revivent en Coupe d’Europe (AFP/Geoff Caddick)

C’est une compétition qui a l’habitude de réussir au Racing 92. Ambitieuse, l’écurie de Jacky Lorenzetti l’a toujours été sur le tableau continental, pour se hisser trois fois en finale sur les sept dernières éditions (2016, 2018, 2020). Alors que les Ciel et Blanc sont déjà parvenus à remporter le Bouclier de Brennus (2016) depuis leur retour au premier plan il y a une quinzaine d’année, l’objectif suprême est bel et bien de remplir un peu l’armoire à trophée en conjurant le sort des finales perdues.

2022 l’année de la dernière chance pour cet effectif

Le Racing 92 continuera d’évoluer au plus haut niveau lors des prochaines saisons, pour tenter de sanctionner sa régularité en gagnant des titres. Mais ce sera probablement avec un effectif remanié. De nombreux joueurs sont encore en fin de contrat ou s’en vont vers de nouveaux cieux (Machenaud, Thomas, Baubigny…). C’est donc une année spéciale pour un groupe de joueurs qui évoluent ensemble depuis plusieurs saisons, et qui aimeraient terminer l’aventure en apothéose. Les plus superstitieux verront aussi le fait que la formation francilienne atteint la finale tous les deux ans lors des années paires.

Très en forme lors de ces trois premières journées, les Racingmen affichent un visage bien plus séduisant lorsqu’il s’agit de hisser les couleurs sur le « Vieux Continent ». Une magnifique victoire à Northampton (45-14) et une performance convaincante chez des Ospreys (25-10), que le club des Hauts-de-Seine avaient aussi battu par forfait (28-0). S’ils ont manqué de réalisme pour prendre le bonus offensifs aux Gallois ce week-end, la performance collective était bien plus aboutie que la plupart de celles entrevues en Top 14. L’effectif semble donc concerné pour tirer son épingle du jeu lors d’une nouvelle édition chaotique.

Attention : compétition imprévisible

Mais c’est aussi pour cette raison que les Racingmen ne peuvent pas pleinement s’engager sur un seul tableau. En cas de d’un nombre d’infections trop important au sein de l’effectif, les Ciel et Blanc s’exposeraient à un forfait, qui pourrait leur être fatal en phase finale. Ce risque, malgré toutes les précautions possible, ne saurait être évité à 100%. L’enjeu sanitaire dépassé, il faut aussi reconnaître que la concurrence sera une nouvelle fois au rendez-vous. Le Stade Toulousain se refera probablement vite une santé, tandis que La Rochelle ambitionne toujours de gagner un titre et que les club Irlandais et Leicester semblent difficiles à manoeuvrer.

Si la ligne de trois-quart du Racing sera capable de renverser n’importe quel adversaire sur son passage, il faudra donc aussi être capable de retrouver un pack solide et une charnière rayonnante. Quoi qu’il en soit, la fraîcheur des joueurs de Laurent Travers nous procure le plus grand des plaisirs, alors que l’avenir européen de certains de nos clubs s’avère plus qu’incertain.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page
Powered By
CHP Adblock Detector Plugin | Codehelppro