LOU : la Challenge Cup pour enfin garnir l’armoire à trophées ?

Large vainqueur de Perpignan ce week-end (37-6), à Aimé-Giral, le LOU a confirmé son excellente forme en Challenge Cup pour remporter un troisième succès en autant de rencontres.

Baptiste Couilloud et le LOU jouent cette Challenge Cup à fond (image Rugbyrama)

C’est la coupe qui compte pour des prunes pour certains participants. Celle qui doit permettre de dégourdir les jambes des remplaçants et d’apercevoir certains jeunes, tout en faisant souffler les titulaires habituels. Au LOU, la Challenge Cup n’est pas galvaudée. Si elle permet aussi de procéder à une légère revue d’effectif, elle est surtout vectrice de victoires. Après une entrée timide, mais réussie devant Gloucester (19-13), Lyon séchait Newport (41-28) et l’emportait à Perpignan. Largement en tête de la Poule B, avec huit points d’avance sur son dauphin, le LOU peut s’assurer d’occuper cette position à l’issue de la phase de poule, en cas de victoire sur Trévise vendredi prochain.

La meilleure équipe de la compétition ?

Première de la Poule B, la formation rhodanienne est aussi celle qui a le plus de points (14) sur les trois groupes. Si Toulon (leader de la Poule A) et les London Irish (leader de la Poule C) n’ont pas joué autant de matchs, ou ont subi les aléas du Covid, cela n’enlève rien aux performances des joueurs de Pierre Mignoni, qui n’ont jamais été inquiétés jusqu’à maintenant. Si les Saracens faisaient clairement office d’épouvantail au coup d’envoi de cette Challenge Cup, une défaite devant Edimbourg, et un forfait à Pau, les contraignent actuellement à la dernière place de la Poule C.

Alors, la carte à jouer semble belle pour le LOU. Certes, à l’issue des phases de groupes, six écuries de Champions Cup entreront en lice. Mais seront-elles vraiment meilleures sur le papier ? A voir. Les pensionnaires du Stade Gerland ont un effectif complet, avec de nombreux jeunes internationaux (Cretin, Couilloud, Barassi…) capables de porter l’équipe. Peut-être encore un peu juste pour s’offrir un titre de champion de France, cette équipe peut tenter de franchir une première étape en remportant cette compétition plus modeste, mais non négligeable au regard du maigre palmarès du club.

Prendre sa part du gâteau

Lors des six dernières éditions, la Challenge Cup n’a échappé que deux fois aux clubs français. Tenant du titre, Montpellier a remporté la compétition à deux reprises dans ce laps de temps (2016, 2021). Le Stade Français (2017) et Clermont (2019) ajoutaient eux aussi leur nom au palmarès. Si le niveau s’est peut-être un peu durci avec l’apparition des six fameux clubs de Champions Cup l’an passé, le squad lyonnais n’a rien à envier à celui que possédait les derniers vainqueurs.

Avec un effectif soudé et déterminé, le MHR a montré la voie lors de la précédente édition. Cinquième de Top 14, Lyon n’aura pas la même obligation de sauver sa saison à travers ce trophée, comme c’était le cas de Montpellier il y a quelques mois. Il représenterait néanmoins une belle occasion de franchir un cap, et de sanctionner le bon travail effectué depuis plusieurs années pour placer le LOU sur la carte du rugby hexagonal et européen.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :