Endurance : Les Français en tête aux Rolex 24h de Daytona !

La soixantième édition des 24h de Daytona de l’IMSA s’est tenu du 29 au 30 janvier. Au total, 61 voitures se sont lancées à l’assaut de l’International Speedway dans cinq catégories différentes. Vainqueurs, accrochages et batailles épiques, voici les temps forts de cette course mythique.

61 voitures au départ des 24h de Daytona 2022, dont 13 Français
Cinq catégories au départ des 24h de Daytona 2022. ©IMSA

Nouvelle édition, nouveaux enjeux

Qui dit nouvelle année, dit aussi nouveautés sur le circuit. D’abord, le tracé en lui-même. L’International Speedway est un circuit emblématique pour tous les fans de course automobile. Long de 5,729km, il comprend une série de virages lents, « l’Infield », une longue partie ovale inclinée et une chicane fraîchement renommée « Le Mans Chicane ». Inutile de vous expliquer d’où vient cette nouvelle appellation.

Les pilotes de cinq catégories se sont livrés bataille sur la piste pendant ces 24h. La principale étant la DPi (Daytona Prototype International), les LMP2 et LMP3 (Le Mans Prototype) ont suivi. La nouveauté intervient dans les deux dernières catégories. Les GTE réservées aux équipages professionnels ont été remplacés par des GT3, divisées en sous catégories : GTD Pro et GTD. Par ailleurs, 2022 est la dernière saison où nous verrons les DPi, prochainement renommées LMDh (Le Mans Daytona h).


La grille de départ de cette course s’est effectuée grâce au « Roar Before the Rolex 24« , autrement dit, la course de qualifications. Heureux polemen du jour, les pilotes de l’Acura n°10 (Konica Minolta – Wayne Taylor Racing, tenante du titre) se sont donc élancés en tête pour ces 24h. Au volant : Filipe Albuquerque, Ricky Taylor, Will Stevens et Alexander Rossi.

Côté français, ils étaient 13 à prendre le départ. Sébastien Bourdais, quadruple vainqueur du Champ Car a débarqué chez Chip Ganassi Racing, tandis que Simon Pagenaud est le petit nouveau chez Meyer Shank, devenant l’équipier d’Hélio Castroneves. Tristan Vautier et Loïc Duval ont également couru en DPi. En LMP2, Paul-Loup Chatin, Nicolas Lapierre et François Hériau ont répondu présents. Un seul frenchie en LMP3, Antoine Doquin, âgé de 17 ans seulement. Quatre tricolores en GTD Pro : Mathieu Jaminet, Patrick Pilet, Julien Andlauer et Jules Gounon. Enfin, Franck Perea est l’unique Français inscrit en GTD.

Dernier détail tout aussi important, la température de l’air. Car si les images de la Floride nous donnaient une impression de chaleur printanière, les doudounes des pilotes reflétaient davantage la réalité. Des températures particulièrement froides étaient attendues, certains craignaient même le gel sous la barre du 0°. Mais heureusement pour tous, la piste est restée suffisamment chaude pour éviter le bobsleigh.

#10: Konica Minolta Acura ARX-05, Acura DPi, DPi: Ricky Taylor, Filipe Albuquerque, Alexander Rossi, Will Stevens. ©LAT Images

24h de course pour une fin en apothéose

Une course d’endurance de 24h, c’est un peu comme une série. Un départ en bazar où tout le monde se double et quelques accrochages en bonus, un ventre mou en plein milieu et une fin où tout s’accélère.

Daytona Prototypes International

En DPi, la première place s’est jouée sur le fil, les quatre premiers n’ayant que très peu d’écart. Si on a longtemps cru à une victoire des Français Loïc Duval et Tristan Vautier au volant de la Cadillac #5, en tête pendant 106 tours, c’est bel et bien l’Acura #60 qui s’impose. Et ce n’est pas pour nous déplaire, puisque c’est la voiture de Simon Pagenaud, Hélio Castroneves, Oliver Jarvis et Tom Blomqvist. Mais nous sommes bien loin de la victoire facile.

L’Acura #60 remporte les 24h de Daytona en DPi. ©Lat Images

Au cours de la nuit, la Cadillac #02 et l’Acura #10 nous ont offert une bataille épique. On retiendra le dépassement hallucinant de Kevin Magnussen (#02) sur Filipe Albuquerque (#10). Et oui, sans les Mazda au départ des 24h, le duel Cadillac / Acura était extrêmement attendu. Qui plus est, l’équipage de l’Acura #60 a souffert pendant la course. Quelques tours après le départ, Hélio Castroneves a subi une crevaison de son arrière gauche. S’il a perdu un tour sur ses rivaux, il est parvenu à remonter rapidement.

Mais une fois n’est pas coutume. Après 6h de course le Brésilien subit cette fois un changement de capot moteur, et ce en plus d’une pénalité pour excès de vitesse dans la voie des stands. Néanmoins, rien n’a semblé pouvoir arrêter cette Acura, première à franchir la ligne d’arrivée avec 3 sec d’avance sur l’Acura #10 de Filipe Albuquerque et 4 sec 420 sur la Cadillac #5 des deux Français. Des temps incroyablement serrés après 24h de course et 761 tours de piste.

En bref, le quadruple vainqueur des 500 miles d’Indianapolis s’offre une nouvelle victoire à 46 ans, quelques jours à peine après la victoire de Sébastien Loeb sur le rallye de Monte-Carlo. Agés vous dites ? L’un vient de remporter un relais de 24h quand l’autre envoie des backflips pour fêter sa première place.

Malheureusement pour Sébastien Bourdais, le retard pris au cours de la nuit a privé la Cadillac #01 de toute chance de victoire. L’équipe de Cadillac Racing n’a pas été en mesure de fournir les pièces nécessaires à la réparation de la courroie d’alternateur du véhicule.


Le Mans Prototypes

En LMP2, l’Oreca 07 de DragonSpeed USA #81 s’impose après 751 tours, devant les Oreca #29 du Racing Team Nederland et l’Oreca #8 de Tower Motorsport. Les pilotes Devlin DeFrancesco, Colton Herta, Eric Lux et pato O’Ward signent une performance exceptionnelle pour ce début de saison. Ils sont parvenus à rattraper leur retard de cinq tours pour l’emporter à 7 secondes devant les deuxièmes, malgré un nombre de pénalités conséquent. Trois pilotes d’IndyCar et un vétéran pour une première victoire sur les 24h de Daytona.

Au final, quatre équipages de LMP2 ont dû abandonner la course, après un accident ou un problème mécanique. L’Oreca 07 de Paul-Loup Chatin a vu sa course s’arrêter au bout de 718 tours. La boîte de vitesse est en cause.

Antoine Doquin nous a fait une sacrée frayeur en LMP3. A neuf heures de la ligne d’arrivée, le Français est victime d’un accident et d’une voiture en feu. Heureusement pour lui, il s’en sort indemne. Mais on ne peut pas en dire autant de la Duqueine M30 – D08. Kay Van Berlo, Michael Cooper, Felipe Fraga et Gar Robinson, pilotes de Riley Motorports, remportent la victoire aux 24h de Daytona dans la catégorie aux commandes de la Ligier JS P320.


GTD Pro / GTD

C’est sans nul doute la plus belle bataille de ces 24h que nous ont offert le Français Mathieu Jaminet et le Belge Laurens Vanthoor. Cette lutte fantastique en GTD Pro s’est étendue sur un nombre de tours phénoménal. Laurens Vanthoor a enchaîné les attaques sur la Porsche 911 GT3 R, allant jusqu’à taper le pare-choc du Français à maintes reprises. Le pilote de Pfaff Motorports n’a rien lâché dans cette course. Si le Belge a réussi à le doubler une fois dans les derniers tours, Mathieu Jaminet a tout donné pour décrocher cette victoire. Leur duel s’est soldé par un accrochage à l’intérieur de la chicane et un tête à queue de Vanthoor.

Au final, la Porsche #9 de Jaminet termine victorieux de ces 24h quand la Porsche #2 de Vanthoor se fait voler la seconde place sur le fil et finit donc troisième à Daytona.

En GTD, Porsche est une nouvelle fois gagnante. Ryan Hardwick, Jan Heylen, Richard Lietz et Zach Robichon ont amené la Porsche 911 GT3 R #16 sur la plus haute marche du podium au terme de 707 tours de piste. Ils devancent ainsi l’Aston Martin Vantage #44 de Magnus Racing et la Mercedes – AMG GT3 Evo #32 de Gilbert / Korthoff Motorsports.


Ces 24h de Daytona lancent le WeatherTech SportsCar Championship 2022. Seconde étape du chmpionnat, les 12h de Sebring se tiendront le 19 mars sur le circuit floridien « Sebring International Raceway ».

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :