Les chances de médailles françaises aux Jeux Olympiques d’hiver de Pékin

Les Jeux Olympiques d’hiver commencent dans deux jours. L’occasion de faire un tour d’horizon des français à suivre.

Biathlon

C’est la discipline où l’équipe de France a remporté le plus de médailles à Pyongyang (5) et c’est celle qui pourrait encore l’être cette année au vu des athlètes présents.

Du côté masculin on peut espérer de nombreuses médailles et pourquoi pas des titres avec tout simplement les deux meilleurs biathlètes du circuit depuis le début de la saison avec Quentin Fillon-Maillet et Emilien Jacquelin. Ils font figures de favoris avec notamment les norvégiens. Quatre ans après les trois médailles d’or de Martin Fourcade, l’équipe de France n’a jamais parue aussi forte. En plus des deux leaders, on peut ajouter de gros outsiders avec Simon Desthieux et Fabien Claude ou encore Antonin Guigonnat. Une chose est sûre, le relais masculin a le potentiel pour ramener l’or en France.

Chez les filles, la concurrence est plus dure et les françaises plus irrégulières. Les deux plus grandes chances sont Justine Braisaz-Bouchet et Julia Simon mais arriveront-elles à gérer ce pas de tir qui est annoncé particulièrement difficile. Pourquoi pas alors croire aux chances de Anaïs Chevalier-Bouchet et Anaïs Bescond. La France a vraiment de nombreux atouts à faire valoir et les relais vont offrir de grandes chances de médailles. Une fois encore le biathlon va attirer l’attention et les espoirs du clan français.

Ski de Bosses

C’est l’immense favorite, elle est attendue. Perrine Laffont, 22 ans, championne olympique à Pyeongchang, va tenter de faire un improbable doublé. Depuis 4 ans, elle s’est imposée comme la patronne du ski de bosses mondiale. Triple championne du monde, triple vainqueur du gros globe de cristal, l’ariégeoise rafle tout sur son passage depuis une olympiade et ne laisse que les miettes à ses adversaires. Pour ces troisième Jeux Olympiques, la française ne vise qu’une seule médaille: l’or.

Du côté des hommes, on peut espérer un beau résultat de la part de Benjamin Cavet. Le français, passé totalement à côté il y a 4 ans, va tenter de décrocher une médaille. Mais la concurrence est rude notamment avec le Perrine Laffont masculin: Mikaël Kingsbury, le meilleur skieur de l’histoire. Le skieur de Châtel, vice champion du monde l’année dernière va tenter de décrocher une première médaille olympique

Quatre ans après un premier sacre, Perrine Laffont va tenter un improbable doublé. Photo: DR

Ski Alpin

Le dernier champion olympique de ski alpin, c’était Antoine Dénériaz, en 2006 lors de la descente. Depuis plus rien. 3 médailles à Pyeongchang, mais aucun titre. En début de saison nous étions plutôt confiant avec une équipe masculine très performante avec Alexis Pinturault, vainqueur du dernier gros globe de cristal, Mathieu Faivre double champion du monde ou encore Clément Noël, souvent impérial en slalom. Mais cette saison la tendance s’est légèrement inversée. 

Alexis Pinturault n’y arrive plus. Il a déjà abandonné son gros globe de cristal avant même le mois de Février. Le skieur de Courchevel est en pleine confusion et en gros manque de confiance. Il tentera de rebondir et de rajouter des médailles à sa collection (3 médailles olympiques, 2 en bronze, une en argent). Il s’alignera sur quatre épreuves dont le géant et le parallèle.

Justement ces deux disciplines, Mathieu Faivre est champion du monde en titre. Mais tout comme Pinturault, le skieur de Isola 2000 est loin de son niveau de l’année dernière malgré quelques places d’honneur depuis le début de l’hiver. Il fera partie des outsiders avec son compatriote.

Clément Noël quant à lui est imprévisible. Capable de gagner en coupe du monde en remportant les deux manches comme à Val d’Isère ou bien de commettre de grosses erreurs comme sur ces trois derniers slaloms du mois de janvier. Le Vosgiens fait tout de même partie des favoris pour le slalom qui viendra clôturer les épreuves de l’alpin.

Pour les épreuves physiques, le clan français peut avoir des espoirs. Johan Clarey ( 41 ans ) paraît comme le principal atout des tricolores. Deuxième à Kitzbühel fin janvier, « papy » est loin de faire que de la résistance et pour décrocher sa première médaille olympique. A ses cotés Blaise, Giezendanner fait quant à lui parti des outsider avec son récent podium sur la Streif.

Chez les féminines, les espoirs se portent en grande partie sur Tessa Worley. La porte drapeau voudra ajouter à son immense palmarès une première médaille olympique. Performante en géant et en super G depuis le début de l’hiver, la skieuse du Grand Bornand est revenue à un niveau qui lui permet de jouer le podium sur chaque course.

Patinage artistique

C’est sans doute la plus grande chance de titre du côté français. Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont tout gagné en danse sur glace, sauf l’or aux Jeux. En 2018, ils étaient passés à côté de l’or, faute à un col en tissu fragile. Cette année ils viennent pour un seul métal: l’or. Un autre résultat serait une déception.

Ski acrobatique

Tess Ledeux n’a pas une mais deux chances de titre cette année. Pour la première fois de l’histoire, le Big Air sera présent à Pékin. Ça tombe bien, la française est championne du monde de la discipline. Le slopestyle lui offrira une autre possibilité de médaille. Après la douloureuse expérience de Pyeongchang, tous les voyants sont au vert pour la skieuse de 20 ans.

A seulement 20 ans, Tess Ledeux est la grande favorite du big air et du slopestyle. Photo Peter Morning

Ski-Cross

Qu’ils paraissent loin ces souvenirs de ce triplé historique à Sotchi en 2014. Quatre an plus tard, aucun tricolore en finale à Pyeongchang. Depuis, la hiérarchie a un peu évolué. Mais cette discipline reste française. Terence Tchiknavorian et Bastien Midol occupent les deux premières places du classement général de la Coupe du monde. A eux deux, en six courses cette saison, ils ont signé sept podiums. Chez les dames, Marielle Berger Sabbatel et Alizée Baron figurent dans le Top 5 de la Coupe du monde. Malgré le lot de surprises, les chances de médaille françaises restent importantes.

Ski de fond

Lucas Chanavat et Richard Jouve représentent les plus grands espoirs du ski de fond français. Les deux skieurs ont réalisé un podium fin décembre. Mais la force du clan tricolore, c’est leur collectif. Comme il y a 4 ans, ils tenteront de décrocher une breloque lors des relais.

Aymeric Moulin

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page
Powered By
CHP Adblock Detector Plugin | Codehelppro