Les 3 raisons pour lesquelles l’OL peut se qualifier en Ligue des Champions

Invaincu depuis sept rencontres, et sur une série de trois victoires consécutives, l’OL reprend progressivement des couleurs en Ligue 1. De quoi se replacer durablement dans la course à la Ligue des Champions ?

Le chiffre clé : 6

C’est le chiffre clé de ce retour de l’OL dans la course à la C1. En l’emportant devant l’OM (2-1), Lyon a gagné un match à six points, puisqu’une défaite l’aurait repoussé à 12 longueurs des Marseillais. Autant dire que l’affaire aurait été compliquée pour les Gones, à huit points de Nice. Grâce à ce succès, la formation de Peter Bosz n’a plus que six points de retard sur son concurrent olympien, qui ne l’a plus battu à Lyon depuis la saison 2007-2008.

1. L’état d’esprit est de retour

Sur le papier, l’OL possède incontestablement l’un des meilleurs effectifs de Ligue 1, bien que bancal sur certains postes. Ce qui fait principalement défaut à la formation rhodanienne, c’est son manque de continuité dans les performances, et son incapacité chronique à s’imposer lorsqu’elle est ultra favorite. Ces problèmes s’expliquent principalement par des carences au niveau de l’état d’esprit et témoignent un manque d’engagement global.

Mais en refusant la défaite contre Marseille, malgré de nombreuses absences et un départ de Bruno Guimaraes qui remet en question la stabilité de l’effectif, les Lyonnais ont fait preuve d’une belle force de caractère. Après le nul contre le PSG ou la victoire dans le derby, l’OL a confirmé qu’il n’avait plus envie de perdre du temps et des points. La course poursuite au podium est lancée.

2. Une stabilité défensive retrouvée

Si tout n’est pas encore parfait, l’OL a stoppé l’hémorragie en défense. Avec 28 buts encaissés, l’OL a pris 10 buts de plus que les trio de tête (18). Des défaites marquantes à Nice (3-2) ou à Rennes (4-1) avaient mis en lumière le manque de sécurité dans l’arrière garde. Mais depuis le retour de la trêve, les Gones n’ont concédé que deux buts à leurs adversaires en quatre rencontres, malgré la réception du PSG et de l’OM.

Une stabilité qui permet de ne pas avoir à marquer beaucoup pour remporter un match, et de s’offrir des succès courts mais précieux comme contre Troyes ou l’ASSE. Avec une solidité défensive nouvelle, que Lyon devra afficher face à l’AS Monaco ce samedi, la dynamique positive pourrait perdurer encore plusieurs semaines.

3. Les individualités sont à Lyon

Et si le collectif va mieux, les individualités lyonnaises devraient aussi en bénéficier. Si Moussa Dembélé confirme lors des prochaines rencontres, que Lucas Paqueta continue de porter l’équipe, et qu’Anthony Lopes se montre toujours autant décisif, alors l’OL va être difficile à arrêter. Peu d’équipes de Ligue 1 possèdent des éléments comme ces derniers cités, auxquels s’ajoutent des Emerson, Jérôme Boateng ou Xherdan Shaqiri.

Malgré le départ de Bruno Guimaraes, Lyon a sauvé la mise en récupérant Tanguy Ndombélé en prêt et Romain Faivre en provenance du Stade Brestois. S’il n’est pas garanti que ces deux joueurs performent sous le maillot des septuples champions de France entre 2002 et 2008, ils viennent a minima enrichir l’effectif quantitativement.

Lyon a donc encore du retard à combler pour se replacer sur le podium, après cinq premiers mois difficiles en championnat. 48 points restent néanmoins à distribuer et tout reste donc encore à faire dans une Ligue 1 surprenante. Si les semaines européennes compteront aussi dans la fraîcheur physique, une grande aventure en Europa League pourrait redorer le blason OL.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :